Navigation – Plan du site
Echos des assises - Activités de l'AFA

Proposition jeunes chercheurs des Assises de l’ethnologie et de l’anthropologie 12-15 décembre 2007

Émanant d’étudiants, doctorants, post-doctorants et hors statuts présents aux Assises de l’ethnologie et de l’anthropologie
p. 443-445

Préambule

À l’occasion des Assises de l’anthropologie qui se sont tenues au musée de l’Homme et au musée du quai Branly du 12 au 15 décembre 2007, certaines des personnes présentes se sont accordées sur la nécessité d’agir rapidement, pour une amélioration des conditions actuelles de recherche des jeunes chercheurs et plus globalement sur un positionnement de l’anthropologie française face aux changements (institutionnels et politiques) en cours.

Il va sans dire que la mise en application des directives récentes concernant une modification en profondeur de l’enseignement et de la recherche (plus spécifiquement de leurs financements) laisse à penser une dérive gestionnaire et utilitariste de nos pratiques, au profit d’intérêts dûment orientés, désengageant à terme l’anthropologue de la temporalité et de l’investissement propres à la construction de ses objets. N’est‑ce pas en ces deux aspects que se définit pour une part la qualité de toute recherche ?

Propositions

Nos propositions sont les suivantes :

1- Mise en place d’associations de recherche pour les doctorants et post-doctorants au sein de leurs laboratoires, et/ou reconnaissance par ces mêmes laboratoires d’associations existantes en lien avec une ou plusieurs de leurs thématiques de recherche.

2- Ces associations de recherche devront être officiellement recon­nues par ces laboratoires et leurs institutions de rattachement, à des fins d’obtention de financements auprès des institutions de recherche et/ou de financement (universités, CNRS, ministère de la Recherche, municipalités, régions, départements, conseils euro­péens, fondations etc.).

3- Application de la représentativité des doctorants et post‑doctorants dans les assemblées générales des laboratoires et participation aux prises de décisions.

4- Prise en compte des travaux et publications des jeunes chercheurs dans les laboratoires.

5- Mise en place, quand c’est possible, d’un contrat/protocole de recherche en coopération avec les participants de l’enquête ethno­graphique pour définir les termes de l’engagement du chercheur en fonction des préoccupations communes au chercheur et aux partici­pants de l’enquête.

6- Possibilité, pour les chercheurs non statutaires, de monter et coordonner tous programmes de recherche de l’ANR en tant que « coordinateur du projet » à temps plein (partenaire 1).

7- Accroître la place des jeunes chercheurs dans les programmes de l’ANR avec la possibilité de salarier plusieurs doctorants et post‑doctorants et dans un programme sur de moyennes et longues durées.

8- Mise en place de bourses sur critères sociaux et/ou pédagogiques de type Crous pour tous les doctorants non allocataires (qui n’ont accès ni aux bourses de type étudiants ni aux minimums sociaux).

9- Possibilité de postuler à l’allocation de recherche au cours des 1re, 2e et 3e année de doctorat, supposant une augmentation notable du nombre d’allocations, dont est dotée chaque année chaque école doctorale.

10- Une reconnaissance des approches, terrains, objets et méthodes de l’anthropologie par les institutions d’orientation professionnelle (ANPE, UNEDIC ou de la tierce institution qui procèdera de la fusion des deux), en vue d’une création, à court terme, d’un régime adapté à la réalité de nos pratiques.

11- Afin de maintenir la spécificité d’une recherche qualitative et de longue durée, il convient de conditionner l’autonomie des uni­versités à une répartition proportionnelle du budget des universités entre les différents départements (y compris les disciplines dont la rentabilité et les profits ne sont pas d’ordre financier, comme l’anthropologie, la philosophie ou la littérature).

12- Investir et s’approprier le champ médiatique (notamment les nouveaux médias) pour réintroduire l’analyse anthropologique critique et reposer les termes du débat actuel sur l’altérité, l’immigration, les discriminations et la figure de « l’étranger » telle qu’elle est construite dans les médias généralistes et le ministère de l’Identité nationale et de l’Immigration triée. L’anthropologie se doit d’être présente sur ces questions.

Premiers signataires :
Ghali Beniza (EPHE, Ve section), Catherine Bitauld (diplômée en anthropologie, université Paris VIII), Flavia Carraro (université Paris VIII), Lise Garond (LAS, James Cook University/EHESS), Guillaume de Gracia (université Paris VIII), Frédérique Guyader (IRSEA, faculté Aix‑Marseille I), Florent Kolandjian (EHESS/CRBC), Sanaa Mefiteh (présidente de l’association Le Lab’o, université Paris VIII), Florent Molle (université de Provence, Aix‑Marseille III), Arnaud Morvan (LAS, University of Melbourne/EHESS), Ariel Planeix (IEDES, université Paris I Panthéon‑Sorbonne), Alexis Roy (EHESS, Centre d’études africaines), Liza Terrazzoni (LADYSS, université Paris X).

Contacts :
a.morvan@pgrad.unimelb.edu.au
benizaghali@yahoo.fr

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org