Navigation – Plan du site
Échos d'ici et d'ailleurs

« Makuhari – Where Many Wests Meet Many Easts »

IXe Congres mondial de l’ICCEES
Laurent Sébastien Fournier
p. 329-333
Référence(s) :

« Makuhari – Where Many Wests Meet Many Easts », IXe Congres mondial de l’ICCEES, Makuhari (Japon), 3-8 août 2015

Texte intégral

1Au début du mois d’août 2015 a eu lieu à Makuhari, au Japon, à quelques kilomètres à l’est de Tokyo, le IXe congrès mondial de l’« International Council for Central and East European Studies »1. Cette société savante internationale et interdisciplinaire, fondée en 1974, en pleine guerre froide, concernait à l’époque de sa fondation l’étude de l’Union soviétique et de ses pays satellites. Structure fédérative, elle réunit un ensemble d’associations nationales spécia­lisées dans l’étude de ces pays et de leurs cultures. On y retrouve à la fois des économistes, des politologues, des historiens et des géo­graphes, des sociologues et des anthropologues, ainsi que des lin­guistes et d’autres « slavisants » ou spécialistes de « slavistique ». Tous les cinq ans, le congrès permet de rassembler un nombre im­portant de chercheurs pour sonder l’actualité de la recherche à propos de l’aire culturelle eurasiatique, dans les différentes disci­plines des sciences humaines et sociales concernées. Pour l’édition de 2015, la première à être organisée hors d’Europe ou d’Amérique du Nord, plus de 1 300 chercheurs de 60 pays différents se sont rendus au congrès, témoignant d’une belle vitalité de l’ICCEES, malgré l’absence signalée de nombreux collègues, notamment les Ukrainiens en raison de l’actualité difficile de ce pays en guerre avec la Russie de Vladimir Poutine depuis l’annexion de la Crimée par ce dernier.

  • 2 Cet archipel, qui relie l’extrême nord du Japon à la péninsule russe du Kamtchatka, a changé plusie (...)

2Particulièrement ouverte sur des aspects géopolitiques, la discussion plénière du premier jour du colloque a mis en présence trois anciens ministres de pays importants de la zone considérée : Serguei Stepashin (Russie), Yasuo Fukuda (Japon) et Han Sung-Joo (Corée du Sud). Ces grands témoins de l’évolution politique récente de la région ont abordé la question de l’ouverture de la Russie vers l’Est, avec l’hypothèse d’un probable changement d’axe de développement de ce pays de l’Atlantique vers le Pacifique. L’idée d’un sea shift, passage d’une mer à l’autre avec de nouveaux enjeux pour les pays limitrophes et l’inévitable rôle de la Chine, a été explorée. De la discussion, il est ressorti que la Russie souhaite actuellement développer sa façade pacifique autour de Vladivostok, et qu’un nouvel équilibre des pouvoirs est en train de se constituer autour de la Russie, de la Chine et de la Corée du Nord d’une part, du Japon, des États-Unis et de la Corée du Sud d’autre part. Cette nouvelle situation remplace la bipolarité qui existait au temps de la guerre froide et nécessite une réflexion de fond pour construire la confiance et augmenter les possibilités de coopération dans la région. Le Japon, lui, se retrouve pris dans ce contexte entre sa volonté de poursuivre ses relations de coopération avec la Russie, malgré l’épineuse question des îles Kouriles2, et son alliance avec les États-Unis qui suppose d’appliquer strictement les sanctions internationales prises à l’encontre de la Russie après l’annexion de la Crimée.

3Après cette entrée en matière, les débats ont occupé les parti­cipants pendant cinq jours consécutifs sous forme d’ateliers paral­lèles dans les bâtiments de la Kanda University of International Studies, une université locale. Le gigantisme du congrès, avec par­fois 20 à 30 ateliers en parallèle, a paradoxalement permis de se retrouver en petits groupes disciplinaires ou intéressés par certains objets en particulier. Bien sûr, dans ces conditions, il était impos­sible de parvenir à une vision générale du congrès, mais circuler d’une salle à l’autre permettait au fil des jours de se familiariser avec certaines approches en particulier. Le congrès étant à la fois international et interdisciplinaire, il était possible de comparer des approches de chercheurs européens, russes et japonais de certaines questions, mais aussi de faire varier les méthodes et les centres d’intérêt disciplinaires. Parmi les sujets traités, on retiendra par exemple les analyses concernant le passage d’un régime post‑soviétique à un régime autoritaire en Russie (Vladimir Gel’man), le « patronalisme » et la corruption dans les ex-républiques soviétiques du Caucase et d’Asie centrale (Henry E. Hale), les relations entre art contemporain et contestation dans la Russie de Poutine (Lena Jonson), ou encore les spécificités des identités linguistiques dans les Balkans (Motoki Nomachi). D’autres débats, confrontant des doctorants ou des chercheurs confirmés, ont concerné les nationalismes, les conflits locaux et régionaux, les politiques ethniques et les sentiments d’appartenance dans un con­texte de frontières mouvantes, les usages de l’humour et le langage de la résistance au pouvoir établi, les possibilités de développement économique en Sibérie ou à la frontière sino-russe, le poids de l’héritage soviétique dans les pays de l’Est de l’Europe, etc3.

4Deux salles étaient occupées par des stands d’éditeurs, par des centres universitaires et par des structures privées. Le centre de recherches slaves et eurasiatiques de l’université de Hokkaïdo, parti­culièrement actif dans l’organisation du congrès, distribuait ses productions aux côtés de quelques revues japonaises4. Il était pos­sible aussi de se renseigner sur les grandes bases de données inter­nationales spécialisées dans l’aire culturelle étudiée, sur les revues savantes ou sur certaines publications récentes. On retiendra par exemple que des organisations comme East View Information Services5 ou MIPP International6, depuis les États-Unis, proposent d’importantes bases de données thématiques en ligne, plus ou moins spécialisées, ainsi que des revues de presse périodiques consacrées à l’aire eurasiatique. Dans un autre registre, il était intéressant de noter la présence d’opérateurs privés comme NovaMova7, qui organise des séjours d’étude en Ukraine, en Géorgie, en Moldavie et en Arménie pour mieux comprendre les situations de conflit et leurs possibles résolutions. De même, certaines librairies spécialisées en études russes avaient fait le déplacement.

5Bien que l’acronyme ICCEES suggère un intérêt pour l’Europe centrale et orientale, l’espace russe et eurasiatique était largement surreprésenté dans le congrès, les Russes et les Japonais formant le contingent le plus important des participants. Dans ce contexte, la présence française était peu nombreuse mais néanmoins significa­tive, puisque le nouveau président élu de l’ICCEES est le français Georges Mink, un économiste de Nanterre qui succède au politologue australien Graeme Gill. Quelques universitaires français expatriés ou hors-statut étaient présents, mais aussi des chercheurs du Centre d’études des mondes caucasien et centre européen (CERCEC, CNRS-EHESS) venus présenter leurs travaux (Françoise Daucé, Silvia Serrano, Anne Le Huerou) ou leurs revues : les Cahiers du Monde Russe et la Revue d’Études Comparatives Est‑Ouest. Un atelier sur l’histoire de l’ethnologie et du folklore m’a permis, pour ma part, de présenter quelques éléments exploratoires d’une recherche portant sur l’influence de l’idéologie soviétique sur la conception des inventaires du patrimoine chez les ethnologues français du début du XXe siècle.

6L’expérience d’un congrès de ce type offre plusieurs ensei­gnements. D’abord, la fréquentation de spécialistes d’autres disci­plines montre tout l’intérêt des area studies pour les anthropo­logues qui peuvent mieux se rendre compte, par contraste, de la spécificité des méthodes d’enquête qu’ils utilisent. On voit bien la nécessité, ici, d’un regard fondé sur une ethnographie fine pour comprendre de l’intérieur les grands mouvements que l’analyse politique et géos­tratégique ne fait que supposer parce qu’elle tra­vaille à une toute autre échelle. Ensuite, ce type de congrès permet un décentrement comparatif très productif car il conduit à fréquenter des collègues de nombreux autres pays. Le regard que les chercheurs japonais par exemple portent sur les pays de l’ex-bloc soviétique ne dément pas le nôtre ; il le complète. Se confronter à ce regard, c’est invalider toute approche européocentrique sur l’Europe. L’expérience est donc particulièrement utile dans une perspective générale de lutte contre l’ethnocentrisme ou le nationalisme métho­dologique. Enfin, et pour prolonger cette idée, le congrès de l’ICCEES est un lieu où sont présent des chercheurs venus de Géorgie, d’Azerbaïdjan, du Kazakhstan, de la Bachkirie, et de nom­breux autres pays satellites de la Russie. Les rencontrer est une occasion rêvée pour préparer un nouveau terrain ou tout simplement pour s’informer des traditions de recherche différentes des nôtres mais organisées autour de centres d’intérêt semblables.

Haut de page

Notes

1 Voir  http://www.iccees.org/ (consulté le 11 septembre 2015).

2 Cet archipel, qui relie l’extrême nord du Japon à la péninsule russe du Kamtchatka, a changé plusieurs fois de statut en fonction de différents traités russo-japonais au cours du XIXe et du XXe siècle. Actuellement rattaché à la Russie, l’archipel fait encore l’objet de revendications japonaises pour sa partie méridionale. En termes d’anthropologie politique, il s’agit d’un exemple intéressant de « frontière mouvante », avec des enjeux stratégiques majeurs pour la Russie qui y voit un accès à l’océan Pacifique depuis Vladivostok.

3 Programme complet : http://c-linkage.com/abs/iccees2015/program/program.html (consulté le 11 septembre 2015).

4 Voir : http://src-h.slav.hokudai.ac.jp/index-e.html
(consulté le 11 septembre 2015).

5 Voir : https://www.eastview.com/ (consulté le 11 septembre 2015).

6 Voir : http://www.mippbooks.com/ (consulté le 11 septembre 2015).

7 Voir : http://novamova.net/ (consulté le 11 septembre 2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Sébastien Fournier, « « Makuhari – Where Many Wests Meet Many Easts » », Journal des anthropologues, 146-147 | 2016, 329-333.

Référence électronique

Laurent Sébastien Fournier, « « Makuhari – Where Many Wests Meet Many Easts » », Journal des anthropologues [En ligne], 146-147 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://jda.revues.org/6559

Haut de page

Auteur

Laurent Sébastien Fournier

Idemec UMR 7307 (Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative) d’Aix-en-Provence. 5 rue du Château de l’Horloge – CNRSAMU
BP 647 – 13094 Aix-en-Provence cedex 2
Courriel : laurent.fournier@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Journal des anthropologues

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org