Navigation – Plan du site
Activités de l'AFA

Anthropologie du numérique – Atelier organisé par l’AFA

Issy-les-Moulineaux – 18 novembre 2010
Étienne Bourel
p. 459-468

Cet atelier, précédant l’assemblée générale annuelle de l’Association française des anthropologues, s’est déroulé le 18 novembre 2010 au Cube, à Issy-les-Moulineaux. Comme l’indiquait le programme, cette journée visait à « introduire une réflexion sur les diverses modalités de construction et de déconstruction du champ social par la médiation de ces outils numériques et de ces structures techniques » et ainsi de « saisir l’importance du numérique pour les sciences sociales ». À ce titre, les différentes perspectives (anthropologique avec Nadine Wanono, Sophie Accolas, Axel Guïoux et Évelyne Lasserre, épistémologique avec Sophie Pène, méthodologique avec Pierre Mounier, philoso­phique avec Christian Bourdin et Bernard Stiegler) ont permis d’envisager différentes possibilités de liens entre anthropologie et numérique. Si la matinée a plus été consacrée aux questions des modes de diffusion, l’après-midi permit d’approfondir les nouveaux enjeux du numérique à travers notamment la question de l’expérimentation. En conclusion, Bernard Stiegler a questionné plus spécifiquement les problématiques soulevées par la diffusion des techniques. D’autre part, le lien avec le second volet relatif à cette thématique qui se déroulera durant les prochaines journées d’études, l’an prochain à Lyon, a été plusieurs fois mentionné.

En ouverture de la journée, après les premiers remerciements de Laurent Bazin, Nils Aziosmanoff, président du Cube, a présenté le lieu. Afin de montrer son caractère relativement unique, voir pionnier (surtout lors de son ouverture en 2001), il est revenu sur les principales étapes qui ont permis sa genèse et notamment sur l’association à laquelle il a participé durant les années 1990, et qui gère et anime toujours le Cube, Art3000. C’est au tournant des années 2000 que, lors d’une table ronde à laquelle il a participé avec Bernard Stiegler et André Santini, l’idée d’un « centre de création numérique » fut lancée. Moins d’un an plus tard, le Cube était inauguré afin d’être un lieu de pratiques créatives pour tous les publics, un lieu de découverte, d’expérimentation ou de production, notamment à travers le thème de la « ville communicante ». Il est possible que le Cube se développe dans les prochaines années dans le cadre d’une implantation sur l’île Seguin. Nils Aziosmanoff a eu l’occasion de définir le terme « création numérique » comme renvoyant à des formes traditionnelles évoluant avec l’arrivée du numérique (comme la photographie) mais aussi comme lié à des innovations de rupture débouchant sur des œuvres numériques.

L’introduction du thème a été assurée par Sophie Accolas et Nadine Wanono, de l’afa, au cours d’une intervention à part en­tière. La première, après avoir indiqué que le numérique, en tant que nouvelle forme d’écriture automatisée, concerne l’anthropologie, en tant que science exerçant une partie de ses observations sur les actes, traits et comportements techniques, a rappelé l’importance de prendre en compte les chaines opératoires techniques pour finaliser l’objet et non de se focaliser uniquement sur l’acte achevé. Différents auteurs, tels qu’André-Georges Haudricourt ou Robert Cresswell, ont ensuite été mentionnés, comme autant de moments de la pensée anthropologique sur les techniques. C’est avec Jacques Godbout et Bernard Stiegler que la question du don a été introduite et qu’Internet put être présenté à travers une culture de la liberté et de la gratuité, une pensée libertaire basée sur une logique contributive en opposition à une vision mercantile. Ceci a permis d’aboutir à la mention du récent (puisque promulgué en mai 2010 à Paris) « Manifeste des Humanités digitales ». Ensuite, Nadine Wanono a expliqué en quoi le numérique modifie la relation à l’environnement, permet de repenser les systèmes techniques et sociaux et a introduit la distinction entre la part irréductible et la part contingente de ses usages. En insistant, elle aussi, sur la lignée dans laquelle s’inscrit Bernard Stiegler quand il indique que l’intérêt pour le numérique se trouve dans la prise en compte des traces et des outils dans la production du savoir, en l’occurrence celle d’André-Georges Haudricourt, André Leroi-Gourhan, Georges Simondon, Bruno Latour, elle n’a que mieux mis en avant l’impasse, la dénégation du rôle des techniques dans le milieu universitaire. L’usage de ces dernières, dans une perspective stieglerienne donc, a été envisagé à un croisement entre dynamiques vitales et aspects sociaux, ceci aboutissant à une coconstruction entre humains et techniques, dans un processus d’extériorisation, un processus de mémoire (désigné comme épiphylogénétique). Ces réflexions ont débouché sur des considérations politiques à propos de l’idée de baisse de la « valeur esprit », décelée par Paul Valéry dans les années 1930, reprise par Ars Industrialis et visant à mettre l’accent sur le danger du capitalisme pulsionnel en tant qu’il cherche à capitaliser sur l’esprit (ce qui a permis de renvoyer à la distinction entre information et connaissance).

  • 1 Une continuité de ce travail est réalisée par le groupe de recherche Hypertexte.

Durant la première intervention de la journée, intitulée « L’éclatement de l’article. À nouveaux formats d’écriture, nouveaux usages de la recherche », Sophie Pène, directrice de la recherche à l’École nationale supérieure de création industrielle, a tracé, par le biais d’une histoire des technologies industrielles au xxe siècle, une histoire des formes de présentation de l’œuvre, de la recherche à travers l’analyse du travail sur l’exposition, le curating, utilisant les technologies informatiques notamment. Il s’agit donc d’une réflexion sur la manière dont l’intangible du matériau de la création est pensé et recomposé comme une scénographie. Est posée ainsi la question de l’intention, de l’agencement des données du travail, du rapport entre désir du travail et processus d’organisation mais aussi du rapport éthique à la tâche en se regardant travailler. Il fut ainsi fait mention, entre autres, du travail d’Aby Warburg sur les mnémosynes (idée se rapprochant de celle de sérendipité), notamment à travers l’Atlas Mnémosyne (1924-29) et des commentaires de Georges Didi-Huberman à ce sujet, du Mundaneum (1910) de Paul Otlet, « l’homme qui voulait tout classer », du « memex » de Vannevar Bush1, de la carte mondiale des sciences réalisée par l’Institut de Santa Fe à Los Alamos (Nouveau Mexique – États-Unis), de la prolifération narrative dans les 1001 Nuits à partir d’un article du Journal canadien de sémiotique, de la revue Rosa B de l’École des beaux-arts de Bordeaux, du site internet de Pierre Giner qu’il est possible de qualifier de « livre qui se débat », de l’enquête sur l’écrit réalisée par Jérôme Denis, Philippe Artières et David Pontille à travers Scriptopolis, de l’œuvre comme forme d’archive de soi d’Hasan Elahi Trackingtransience, de la plateforme Hypothèses mise en place par Pierre Mounier sur Revues.org, du réseau collaboratif de la culture scientifique et technique que constitue Knowtex, de l’idée d’« extended brain assistant » de Maria Laura Mendez, ou encore des phycons mis au point au Media Lab du mit.

Au cours de l’intervention suivante, c’est à partir d’exemples concrets que Pierre Mounier, directeur-adjoint du Cléo, a voulu s’interroger sur « Numérisation des données et publication en ligne », soit ce que le numérique change aux pratiques de recherche en shs, notamment dans la communication des recherches. L’état des lieux qu’il a dressé mettait en avant trois aspects :

  • La numérisation des sources de la recherche, où est manifeste une efflorescence de l’utilisation des sources numériques, selon différentes possibilités que sont :

    • Les collections numérisées, exemple les Visualizing cultures du mit.

    • Les corpus instrumentés, comme un ensemble de journaux de la presse ouvrière au xixe siècle en France, utilisés notamment à travers le développement d’outils basiques d’exploitation de corpus.

    • La visualisation de données, comme ont pu en réaliser une Dominique Cardon, Guilhem Fouetillou, Clémence Lerondeau et Christophe Prieur à travers leur Esquisse de géographie de blogosphère politique (cf. notamment les pages 14 à 16) où ils ont analysé les liens croisés entre blogs de gauche et blogs de droite.

    • Le traitement des données, où s’inscrit le projet Textométrie qui vise à développer une lexicométrie pour l’analyse des corpus textuels.

    • Les données nativement numériques, telles que celles issues du jeu/enquête sur la pudeur dans les réseaux sociaux, Sociogeek.

    • Les Open Data, qui posent des problèmes épistémologiques.

  • Au niveau de la publication numérique, il est possible de noter :

    • Une stabilité des modes de publication avec la reproduction dans le monde numérique des formats imprimés antérieurs, le meilleur exemple ici étant Jstor. Il est possible de distinguer :

      • La numérisation des revues.

      • Les revues en ligne, où se retrouve une persistance des canons de l’imprimé.

      • Le livre numérisé, dont le modèle papier demeure immuable, encore plus que pour les revues. C’est ce que propose L’Harmathèque : des livres encapsulés dans un fichier pdf, une simulation du livre papier à l’écran.

    • Des expérimentations cherchant à casser le carcan de l’imprimé selon différentes modalités :

      • L’Arkeotek vise à opérer une séparation entre données et raisonnement pour réécrire les articles, expérimentation qui reste quantitativement marginale.

      • Le recueil d’articles électroniques de la mmsh propose une autre forme de visualisation, de mise à disposition documentaire.

      • Le site Interdisciplines.org propose une publication d’actes de colloque purement numérique.

  • Ces dernières possibilités restent souvent au statut d’expérimentation car la tradition reste très forte et on note surtout une reproduction de l’imprimé vers le numérique.

  • Pour la communication scientifique, le numérique permet une multiplication des possibilités, ce qui engendre une effervescence, un foisonnement. C’est ce que relate le rapport de l’Association of Research Librairies intitulé Current Models of Digital Scholarly Communications qui met en avant les nouvelles formes de communication.

Au final, la situation est peu satisfaisante puisque, si beaucoup de données sont numérisées, l’imprimé reste toujours le modèle et les tentatives d’utilisation des vastes possibilités offertes par le numérique en restent au stade de l’expérimentation. Toutefois, différents types d’innovations sont à signaler :

    • Au niveau éditorial. La revue EspaceTemps.net est une revue purement numérique qui rompt avec le principe des numéros thématiques par une structuration de l’offre éditoriale en rubriques, ce qui n’est pas sans poser des problèmes éditoriaux. La revue Ethnographiques.org a développé la notion de compte rendu de sites internet. Enfin, la revue Nuevo Mundo a mis en place beaucoup d’innovations éditoriales : des rubriques, des critiques de sites, de cd-roms, un mélange d’informations théoriques ou plus légères, des bibliographies, des colloques, des expositions virtuelles.

    • L’article recomposé. Proposé par la revue de biologie Cell, il marque le passage de l’article séquentiel à une recomposition de l’article, éclaté en onglets, dans un processus de décomposi­tion/recomposition. Ceci pose la question de la formalisation de l’écriture scientifique qui n’est pas aussi poussée dans toutes les disciplines mais particulièrement avancée en biologie.

    • La publication et ses sources. Est posée ici la question du lien entre les sources numériques disponibles et l’article qui les exploite. Dans le cas de l’imprimé, cette mise en relation est forcément différée dans le temps. Mais avec le numérique, il est possible d’envisager la présence de la source dans l’article, ce qui entraine un régime d’administration de la preuve différent (en gardant à l’esprit qu’une source numérisée, comme un vieux manuscrit qui serait scanné, constitue déjà une interprétation).

    • Les sources visuelles. Le Journal of visualized experiments publie des films des expérimentations scientifiques durant leur réalisation afin d’exposer les protocoles aux critiques. Les Collections électroniques de l’Ifpo proposent également des approches intéressantes.

En conclusion, les relations entre sources numériques, publication numériques et discussions numériques sont à interroger selon la manière dont elles font évoluer les shs. L’ensemble de cette problématique correspond à ce qui est dénommé les Digital Humanities. Le réseau Centernet vise à mettre en relation les centres de recherche travaillant sur cette problématique au niveau mondial.

En début d’après-midi, Christian Bourdin, veilleur multimédia à la prospective du csa, a présenté une communication intitulée « Chaos, cyberculture, cybersubjectivités ». À partir de l’idée de territoire des ondes hertziennes (dont le spectre électromagnétique a été multiplié par trente millions entre 1906 et 1976 pour aboutir à une bande de trois cents gigahertz), il a retracé le développement des télécommunications depuis la Seconde Guerre mondiale et la théorie de l’information de Claude Shannon jusqu’aux estimations mondiales de flux réalisée par l’université de Berkeley en 2003. Les nouveautés permises par ces nouveaux territoires sont à comprendre en termes de navigation, d’interrelation, de rhizomisation, de relati­vité des points de vue et il est intéressant de faire un parallèle avec les grands récits (L’Iliade et L’Odyssée, Le Tao, La Torah, Le Roi Arthur) qui sont autant de récits non linéaires, navigables, interac­tifs. Plus récemment, le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare proposait trois modes de lecture en interactions les uns avec les autres. On retrouve ces idées à travers des récits délinéarisés tels que la traduction des théories de Newton effectuée par Madame du Châtelet, L’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert, Microméga de Voltaire. Au xxe siècle, il convient de faire référence à Albert Einstein, Boris Podolsky et Nathan Rosen, à Sigmund Freud, aux surréalistes, à Locus Solus de Raymond Roussel, à 1984 de Georges Orwell, à Homo ludens du sociologue hollandais Johan Huizinga, au Nouveau roman, à la Nouvelle vague, à l’Oulipo, à William Burroughs, à Gilles Deleuze et Félix Guattari marquant la crise des subjectivités occidentales et réfléchissant aux « agencements col­lectifs de subjectivités ». Concernant le numérique, il faudrait exiger un Habeas Corpus protégeant les données de l’esprit. Ceci introduit l’idée de chaosphère et, face aux risques de dérives com­merciales du net, les espoirs se trouvent dans les réseaux ouverts et le diy.

Par la suite, c’est en filant la métaphore deleuzienne qu’Axel Guïoux, maitre de conférence à l’université Lumière Lyon 2–crea, et Évelyne Lasserre, maitre de conférence à l’université Lyon 1−s.2s.h., ont introduit leur réflexion anthropologique comme située sur un autre plateau que celui de l’analyse des formes qui avait été traité le matin. Ils ont ainsi eu l’occasion de questionner, dans un propos intitulé « Se jouer des situations : ethnographie, virtualité et mondes procurés », l’usage des tic pour des personnes handicapées, notamment dans les mondes persistants proposés par des jeux en ligne massivement multi-joueurs (mmog), comme World of Warcraft. Leur intérêt s’est porté sur l’adaptation du handicap via des interfaces spéciales, puisque ces jeux donnent la possibilité d’investir des corps, désignés par le terme « avatar », qui représentent la personne physiquement mais également moralement. Ils ont ainsi eu l’occasion de rencontrer régulièrement et de s’entretenir (de manière semi-directive) avec cinq personnes âgées de 15 à 46 ans. Il en ressort que les tic permettent une remédiation du handicap, une nouvelle adaptation. Ainsi, les nouvelles technologies prennent place dans l’intégration des personnes handicapées. Par ailleurs, il a pu être mis en avant que les discours technophobes ou technophiles ne sont que les deux côtés d’une même mythologie. Concernant le rapport à la virtualité, dans la lignée des travaux de Vili Lehdonvirta il apparaît que ces « mondes jumeaux » que sont le réel et le virtuel ne sont pas distincts mais se coconstruisent. À propos des jeux vidéo en tant que tel, les approches narratologiques (américaines et tendant vers le logocentrisme) ou ludologiques (nord-européennes et tendant vers l’hyperspécialisation du jeu) sont renvoyées dos-à-dos par la conception pragmatiste de Thomas Malaby pour qui le jeu est une effectuation d’expérience à part entière, du fait que jouer revient à agir, produire de la contingence voir du déplaisir, de la souffrance. Il est dès lors possible de poser la question de l’incorporation pour penser le dispositif technique, notamment pour des personnes qui négocient déjà avec un dispositif technique car handicapées. Les travaux de thèse d’Étienne Armand Amato ont ainsi permis de mettre en avant la simultanéité de l’émergence de ces deux mondes, réel et virtuel, à travers un processus d’instanciation. Au final, c’est la notion de procuration qui émerge puisque lorsque qu’un personnage virtuel évolue, un tiers‑espace se dessine car le joueur vit un peu à travers lui, par procuration, par instanciation de la procuration.

  • 2 Détienne M. (dir.), 1992. Les savoirs de l’écriture : en Grèce ancienne. Villeneuve d’Ascq, P.U. de (...)
  • 3 Après cette conclusion, une présentation du portail des sciences humaines AnthropoWeb a été réalisé (...)

En conclusion de la journée, Bernard Stiegler, directeur de l’Institut de recherche et d’innovation du Centre Georges Pompidou est intervenu pour présenter une communication intitulée « Anthropologie et numérique » qui lui a permis de brosser un panorama rapide de plusieurs de ses principales idées. Le numérique fut ainsi envisagé comme un cas particulier de support d’écriture et d’enregistrement, un hypomnémata. Si cette question fut réactivée par Jacques Derrida ou Michel Foucault, ce sont sur­tout Marcel Détienne et Jean-Pierre Vernant qui, dans deux textes essentiels2, ont montré le rôle décisif joué par l’écriture dans l’émergence de la rationalité. À propos de la place de la technique dans l’anthropologie, Bernard Stiegler défend le point de vue d’André Leroi-Gourhan pour qui l’anthropogenèse est une techno­genèse et la technique, une mémoire supplémentaire. Il s’agit, en effet, d’une troisième mémoire, qualifiée d’épiphylogénétique, après les mémoires génétiques et épigénétique. Est ainsi introduite la problématique de la grammatisation, procédure consistant à discrétiser des flux, c’est‑à‑dire à les spatialiser et donc les rendre reproductibles : cela rend possible l’enregistrement des phénomènes et donc leur répétition. Si l’imprimerie fut une grammatisation qui permit la Réforme, la révolution industrielle a entrainé la grammati­sation des corps. Avec la photographie et le phonogramme, au xixe siècle, a débuté la grammatisation de la perception. Le numérique, au xxe siècle, a engendré la grammatisation du social (social enginering), social envisagé ici comme une transindividuation. Ceci entrainant une prolétarisation accrue, il est possible d’aboutir à la conclusion paradoxale que l’hominisation est un processus de déshominisation. La grammatisation est donc à comprendre comme le développement de pharmakons. Dès lors, pour qu’une société fonctionne, il lui faut construire les circuits très longs (intergénéra­tionnels) de l’anthropogenèse. L’idée d’anamnèse renvoie à ces circuits absolument longs, conditions de la confiance, de la fidélité, de l’investissement social, de la société. En tant que pharmakon, le numérique commence par produire des courts‑circuits avant de produire des circuits longs. Pour le comprendre, il faut passer par une organologie générale afin de saisir les individuations psychiques, techniques et sociales possibles. Ainsi, si le virtuel produit des courts-circuits (effrayants) dans l’anthropogenèse, il présente aussi des possibilités d’expérimentations (passionnantes). Pour l’anthropologie, il s’agirait de faire des usagers du virtuel, des anthropologues critiques, la spatialisation rendant les éléments sociaux analysables. Pourrait alors se profiler la création de nouveaux modes sociaux3.

Notes

1 Une continuité de ce travail est réalisée par le groupe de recherche Hypertexte.

2 Détienne M. (dir.), 1992. Les savoirs de l’écriture : en Grèce ancienne. Villeneuve d’Ascq, P.U. de Lille, Cahiers de philologie.
Vernant J.-P., 2004 [1962]. Les origines de la pensée grecque. Paris, PUF.

3 Après cette conclusion, une présentation du portail des sciences humaines AnthropoWeb a été réalisée par la personne qui en est à l’origine, Sophie Haberbüsch.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org