Navigation – Plan du site
Activités de l'AFA

Journée d’étude AFA

Désir d’éthiques, 22 novembre 2012 (10h-17h00)
p. 393-394

Notes de la rédaction

Maison Suger 16-18 rue Suger – Paris 6 (RER Saint-Michel)

Le constat du développement de comités d’éthiques requis par les instances de financement et d’évaluation de la recherche ainsi que de chartes de bonnes pratiques dont se dotent nombre d’associations professionnelles en sciences sociales a conduit l’AFA à organiser une journée pour interroger ce désir d’éthiques. Elle aura lieu le 22 novembre 2012 à la Maison Suger.

Un numéro du Journal des anthropologues de 1993 avait déjà interrogé l’« éthique professionnelle » en la mettant en rapport avec l’expérience de terrain. Faisant remarquer que « l’usage du terme "éthique" s’était trouvé banalisé par le développement de la bioé­thique », Nicole Échard montrait comment l’éthique profession­nelle, bien que se constituant aux deux niveaux de l’individu et de la communauté sociale, relevait surtout de la responsabilité du chercheur. Elle était liée à la réflexivité. Quant aux questions que soulève la pratique d’une anthropologie institutionnelle, mobilisant des prises de position vis-à-vis des sujets de l’enquête, elles étaient posées dans les termes du politique.

Aujourd’hui, s’interroger sur l’emprise de l’éthique dans les sciences sociales, c’est poser la question du contrôle des recherches scientifiques, de leur soumission à des normes éthiques édictées par les instances politiques et à la formalisation que ces normes entraî­nent. C’est aussi interroger l’épistémologie et les méthodes du ter­rain de l’anthropologie. Nous souhaitons ne pas dissocier les deux questionnements et inviter les participants à revenir sur un certain nombre de points abordés par Alice Desclaux et Aline Sarradon-Eck dans l’introduction au dossier « L’éthique en anthropologie de la santé : conflits, pratiques, valeur heuristique ».

  • Dans quelle mesure, en acceptant l’idée du contrat éthique, l’anthropologue se trouve-t-il/elle confronté/e à des règles qui le/la dépossède de son rapport singulier aux objets de la recherche et à la réflexivité propre à sa démarche ?

  • L’anthropologie travaille-t-elle sur des constructions cultu­relles particulières qui l’affranchirait du rapport à l’universel ; le/la chercheur/e est-il/elle confronté/e à une redéfinition des valeurs éthiques par les groupes singuliers avec lesquels il/elle travaille ?

  • Que faire concrètement face à la menace de voir les normes éthiques bouleverser nos pratiques et contraindre négativement notre discipline ?

Telles sont les questions dont nous voulons débattre. À cet ef­fet, les intervenants que nous avons invités à cette journée pourront s’appuyer sur des études de cas qui montrent les conséquences, sur le terrain, du passage par l’éthique normative mais la réflexion devra également prendre en considération les autres questions évo­quées ci-dessus.

À l’issue des travaux l’Association française des anthropologues tiendra son Assemblée Générale annuelle. Cette année 9 postes sont à pourvoir au sein du bureau dans le cadre du renouvellement de celui-ci.

Cette journée ainsi que l’Assemblée Générale sont ouvertes à tous.

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org