Navigation – Plan du site
Activités de l'AFA

Assemblée générale de l’AFA 2011

(Université Lyon 2, 25 novembre 2011)
Judith Hayem
p. 373-379

L’assemblée générale est ouverte par Laurent Bazin en présence de plus d’une quarantaine de personnes et sur fond sonore de slogans anti-lru. En effet, signe des temps, une manifestation se tient à proximité du lieu de réunion pour protester contre le passage de l’université Lyon 2 au deuxième niveau d’autonomie, prévu par la lru.

Le tour de table, lors duquel chacune des personnes de l’assistance se présente, révèle que l’assemblée est constituée d’un certain nombre de membres du bureau et du comité de rédaction qui se sont déplacés pour assister au colloque et à l’assemblée générale ; mais surtout d’étudiants lyonnais (de niveau Master et doctorat) et de collègues du crea. À l’occasion de ce tour de table, les candidats au bureau présentent leur candidature (assistent à la réunion : Wanda Dressler, Judith Hayem, Pierre Prud’homme, Marie Rebeyrolle et Priscille Touraille).

Laurent Bazin commence par remercier Lyon 2 et tout particulièrement le laboratoire crea de son accueil pour cette assemblée générale. Il se félicite du bon déroulement du colloque Anthropologie du numérique, coorganisé à Lyon par le crea et l’afa les 24 et 25 novembre, qui vient de s’achever et remercie chaleureusement tous les étudiants qui ont contribué à son organisation. Il indique qu’à titre de gratification symbolique il souhaite les faire bénéficier d’un abonnement d’un an gratuit au Journal des anthropologues.

Rapport moral

Laurent Bazin présente succinctement l’Association française des anthropologues et ses activités au cours de l’année écoulée en reprenant un à un les thèmes évoqués dans le rapport moral écrit.

Il insiste notamment sur l’appartenance de l’afa à l’afea (Association française d’ethnologie et d’anthropologie). Il indique que lors du premier congrès de cette dernière en septembre 2011 à Paris, il a été décidé d’organiser en 2012 ou 2013 un « forum des associations » afin de discuter des projets et orientations individuelles et communes des différentes associations membres de l’afea, en attendant la tenue d’un second congrès dans 3 ans.

Parmi les points présentés dans le rapport moral écrit, Laurent Bazin insiste sur les effets néfastes de l’aeres dans le monde de la recherche. Les injonctions contradictoires de l’agence d’évaluation invitent à une production de savoir normalisé sur des objets de recherches préfabriqués par les appels à projets. Dans ce contexte, l’afa s’emploie à conserver son autonomie intellectuelle, sans pour autant se soustraire aux normes académiques, ni renoncer à obtenir les financements indispensables au fonctionnement de la recherche et de l’édition ; mais surtout sans négliger les enjeux et questionnements centraux de nos disciplines.

Laurent Bazin énumère ensuite les nombreuses activités de l’afa au cours de l’année écoulée (séminaire Anthropologie et psychanalyse, séminaire autour de la sortie du numéro Sports dans la mondialisation à Lille 1, rencontres ethno à la librairie Le Merle Moqueur à Paris, conférence à la Commune d’Aligre, Séminaire afa à Aix-en-Provence, contributions au colloque de l’afea en septembre).

Il annonce notamment le cycle de conférences prévu à Aix‑en‑Provence autour d’une revisitation des grandes figures de l’anthropologie. Ce dernier séminaire atteste du souci de l’afa de décentraliser ses activités qui, bien que le bureau soit domicilié en région parisienne, (plus précisément, depuis 2011, à Charenton-le-Pont dans les nouveaux locaux de la msh), n’ont pas vocation à se dérouler de manière exclusive à Paris. À ce titre, et au vu du succès du colloque et du déploiement de la discipline anthropologique à l’université Lyon 2, il appelle de ses vœux la création d’une antenne de l’afa dans cette ville. Il espère que cette assemblée générale décentralisée sera l’occasion pour les collègues et étudiants lyonnais de faire part de leurs envies et de leurs projets en la matière.

  • 1 Depuis janvier 2012 la liste de l’AERES a été actualisée et le Journal des anthropologues y figure.

Un vote à main levée est ensuite organisé pour obtenir l’accord des membres de l’association sur la hausse des cotisations au Journal des anthropologues. Ce dernier est au même prix depuis plusieurs années et cette hausse de tarif permettra pour partie de combler la perte de financement du cnl pour l’année 2011. En effet, suite à une réduction des budgets du cnl consécutive entre autres raisons à un retard d’inscription du Journal des anthropologues sur la liste internet des revues agréées par l’aeres1 – et ce, en dépit de la reconnaissance officielle de la revue quelques mois plus tôt – la subvention demandée en avril 2011 a été pour la première fois depuis 4 ans refusée. Une nouvelle subvention sera sollicitée en avril 2012.

La hausse des cotisations est approuvée par 17 voix pour, 1 contre et 0 abstention par les 18 membres de l’association présents.

Rapport financier

Marie Bonnet présente les principaux points du rapport financier contenus dans le document écrit.

Élections et votes du rapport moral et financier

Le dépouillement des votes pour le renouvellement partiel du bureau a lieu et on annonce les candidats élus :

  • Frédérique Guyader, Judith Hayem et Marie Rebeyrolle sont réélues pour un second mandat.

  • Pierre Prud’homme et Priscille Touraille sont élus pour un premier mandat.

Le rapport moral et le rapport financier sont approuvés à l’unanimité des voix.

Questions et débats

La parole est ensuite donnée à l’assemblée afin de discuter des orientations et projets de l’afa, à Lyon notamment.

  • 2 Pour le programme du colloque consulter le Journal des anthropologues, 126-127 : 503-506.

Michèle Cros demande quelle sera la suite donnée au colloque sur le numérique qui s’achève2. Est-il prévu de publier les actes du colloque sous forme d’un numéro hors‑série du Journal, comme cela a été évoqué lors de la préparation du colloque ? La région Rhônes-Alpes serait susceptible de contribuer au financement de cette publication et les étudiants de Master qui ont déjà publié sous la direction de M. Cros ont fait la preuve de leur diligence à achever leurs textes. M. Cros insiste sur la nécessité de publier les papiers dans un délai court.

Laurent Bazin et Judith Hayem indiquent qu’à ce jour un numéro consacré au numérique n’est pas encore programmé par le Journal des anthropologues, que cela soit au titre des numéros réguliers ou sous la forme d’un hors‑série. Toute décision en la matière doit d’abord faire l’objet d’un projet rédigé et communiqué au comité de rédaction, seul habilité à accepter ou refuser la programmation d’un numéro. Par ailleurs, si le numéro était programmé, tous les articles devraient ensuite passer par la règle habituelle de la double évaluation (un membre du comité de rédaction, un extérieur), selon le fonctionnement habituel de la revue. De plus, il faudrait définir si le numéro se compose exclusivement des actes du colloque ou bien s’il lance un appel à communications ouvert sur la thématique du numérique. Enfin, que le numéro soit un numéro hors‑série ou non, il faut être lucide sur le délai de publication qui même en allant vite ne saurait être inférieur à deux ans. Laurent Bazin invite Nadine Wanono Gauthier, Julie Peghini et Michèle Cros qui ont été les principales coordinatrices du colloque à soumettre une proposition écrite au prochain comité de rédaction du Journal des anthropologues qui se réunira le 16 décembre 2011.

Étienne Bourel, doctorant à Lyon, prend ensuite la parole. Il indique qu’il a particulièrement été intéressé par le travail mis en œuvre par Frédérique Guyader au sein de l’afa visant à réfléchir à la professionnalisation de l’anthropologie et soulignant la nécessité de créer sa place et son rôle de manière inventive pour pouvoir trouver un emploi tout en continuant à pratiquer cette discipline. Il a beaucoup apprécié cette réflexion théorique sur le travail de l’anthropologue.

Un autre doctorant souligne quant à lui, que dans le même esprit, l’atelier « Hors les murs » organisé par l’association Passe­relles au colloque de l’afea mettant en lumière les perspectives d’emploi des jeunes chercheurs dans le monde associatif ou dans l’enseignement l’a particulièrement intéressé. Pour continuer à faire de l’anthropologie ne serait‑il pas utile de se mobiliser pour faire entrer celle‑ci dans le cursus des lycées à côté de la philosophie, l’histoire, l’éducation civique à la laïcité, etc. ? Surtout, ajoute le jeune homme, pour un département aussi imposant en nombre d’étudiants en anthropologie que celui de Lyon 2. Il est clair en effet que la compétition pour les postes sera rude et que tous les étudiants ne peuvent pas prétendre à être recrutés au cnrs ou à l’université. Laurent Bazin rappelle que ce souci était déjà massivement présent au moment des assises de l’anthropologie qui ont servi de prémisse à la création de l’afea. Ce point est important et la sortie prochaine du numéro du Journal des anthropologues consacré à la formation et aux devenirs des anthropologues ne dément pas cette inquiétude. La question du devenir de l’anthropologie doit être à nouveau ouverte et discutée au sein des associations et des universités.

Axel Guïoux, prend alors la parole en sa qualité de responsable du département depuis 2011 et précise qu’il ne faut pas trop s’enorgueillir de la taille imposante du département d’anthropologie à Lyon. En effet, la présidence de Lyon 2 et le rectorat viennent d’annoncer la mise en place d’un numerus clausus pour l’anthropologie comme pour d’autres disciplines qui va réduire d’année en année les effectifs. La question de la sécurité et des capacités d’accueil a été l’argument avancé pour justifier cette décision. Axel Guïoux indique par ailleurs, qu’il est quant à lui, très favorable à la création d’une antenne de l’afa à Lyon. Sa charge de travail ne lui permettra pas de s’y impliquer personnellement tant qu’il dirige le département mais il appuiera les initiatives des étudiants et de ses collègues dans ce sens.

Gilles Raveneau, membre de l’afa et président de l’afea rappelle que dans la perspective des élections présidentielles de mai 2012 et dans la suite des propositions des Assises de l’anthropologie, on avait proposé de porter collectivement au ministère de l’Éducation nationale une proposition d’introduction de l’anthropologie dans le secondaire. Plusieurs personnes manifestent leur intérêt pour cette proposition. Judith Hayem et Laurent Bazin soulignent qu’il s’agit toutefois d’être prudents dans la formulation d’une telle requête et dans son instrumentalisation potentielle par les candidats à l’heure de « l’identité nationale » et de la « diversité ». Il ne s’agit pas de faire jouer aux anthropologues dans les écoles un rôle idéologique dévoyé.

Quelqu’un demande si l’afa va participer au congrès de l’easa à Nanterre en juillet 2012. Monique Selim indique que plusieurs ateliers organisés par des membres de l’afa ont été écartés par le comité scientifique lors de la sélection. Seul l’atelier de Judith Hayem intitulé « Ruptures politiques, subjectivités politiques : comment les jeunes générations s’orientent‑elles dans un monde incertain ? » a été sélectionné. Judith Hayem précise que les organisateurs ont dit avoir été confrontés à un nombre très important de propositions dont ils ont dû refuser la moitié. Il semblerait que les ateliers co‑organisés selon les règles édictées par l’easa par plusieurs coordinateurs de nationalités différentes aient été privilégiés. En tout état de cause, aucun atelier n’a le label afa.

Laurent Bazin indique que l’afa sera représentée au sein du Forum mondial des associations si celui-ci se réunit à Nanterre en 2012.

Il poursuit en soulignant que suite au report de l’organisation d’un colloque avec son homologue catalan en 2013, l’afa est actuellement sans point de chute pour sa prochaine assemblée générale en 2012. Bien sûr, celle‑ci peut avoir lieu à Paris, mais si on veut qu’elle se tienne à nouveau en province, il faut l’anticiper.

La discussion reprend sur la possibilité de créer une antenne de l’afa à Lyon, en s’appuyant à la fois sur le département d’anthropologie de Lyon 2 le crea et l’ara (Association Rhônes‑Alpes d’anthropologie). On décide de poursuivre les discussions à ce propos dans les prochains mois.

L’assemblée générale est levée.

Notes

1 Depuis janvier 2012 la liste de l’AERES a été actualisée et le Journal des anthropologues y figure.

2 Pour le programme du colloque consulter le Journal des anthropologues, 126-127 : 503-506.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org