Navigation – Plan du site
Activités de l'AFA

Anthropologie au temps du numérique. Objets, pratiques et éthique

Colloque international AFA – CREA (24-25 Nov. 2011 - Université Lyon 2)
Nadine Wanono Gauthier
p. 363-371

Ces deux journées coordonnées par l’Association française des anthropologues et le Centre de recherche et d’études anthropo­logiques de l’université de Lyon 2, consacrées à la présentation des nouveaux terrains anthropologiques, situés de plus en plus souvent sur le territoire fertile d’Internet, visaient à considérer l’importance des mutations engendrées par l’avènement du numérique, envisagé tant comme un média s’inscrivant dans un réseau communicationnel de plus en plus étendu que comme un support à de nouvelles interactions relationnelles. Tour à tour ou simultanément réception d’informations, production de ressources, consommation de contenus et/ou utilisation de dispositifs technologiques, les usages des mondes numériques témoignent d’une plasticité qui oblige l’anthropologue à adapter ses habitudes disciplinaires et à reformuler ses positionnements éthiques.

  • 1 Chargée de recherche. CNRS, UMR 7535. Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative. Maison (...)
  • 2 Maître de conférences en Digital Humanities, ParisTech, Paris. Chercheur associé en sociologie, EHE (...)
  • 3 Membre fondateur responsable de Réseaux, Savoirs et Territoires, MCF en sciences de l’information e (...)
  • 4 MCF-HDR, université Claude Bernard Lyon 1.

Quatre panels furent proposés pour aborder des thèmes parti­culièrement riches et variés comme : « Territoires numériques » modéré par Sophie Houdart1, « Méthodes à réinventer » dirigé par Antonio Cassilli2, « Pouvoir et institution à l’heure d’Internet » qu’Éric Guichard3 a animé et enfin « Transformer la recherche par le numérique » coordonné par Nadine Decourt4.

  • 5 École normale supérieure de Lyon, président de l’université Lyon 2.
  • 6 Maître de conférences en sciences de la communication à l’université Paris 8 – UFR Culture & Commun (...)
  • 7 Chercheur au Centre d’études des mondes africains, UMR 8171, membre de l’AFA.

Deux tables rondes furent présentées : la première « Ville numérique, ville créative », présidée par Michel Lussault5, avait été conçue et programmée par Julie Peghini6 et Nadine Wanono7, afin de proposer aux étudiants une vision d’ensemble de la chaîne de production du savoir en invitant des industriels ou des partenaires associatifs à venir présenter leur programme de recherche, ou leurs activités propres liées à la ville numérique. Cette rencontre visait à établir un dialogue entre universitaires et acteurs de la ville (designers, politiques, urbanistes, artistes) et étudiants autour des usages innovants susceptibles de transformer en profondeur la vie urbaine en matière de mobilité, de vivre ensemble ou de gouvernance. Cette rencontre proposait également d’étudier l’émergence d’un imaginaire de la ville de demain, pensée comme ville numérique et créative.

  • 8 Professeur en sociologie des politiques urbaines à l’université Lumière Lyon 2.
  • 9 Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 13.
  • 10 Enseignant-chercheur au département d'anthropologie, université de Lyon.
  • 11 Elsa Vivant, 2009. Qu’est-ce que la ville créative ? Paris, PUF.

Philippe Chaudoir8, Sarah Labelle9 et Patrick Deshayes10 ont rappelé les troubles provoqués par l’arrivée du numérique pour saisir l’évolution du paysage urbain en collectivité sociale. Le numérique en devenant une nouvelle dimension de l’espace urbain influe sur les objets urbains en constante transformation, compte tenu de pratiques innovantes. En retenant l’aspect créatif de la ville, l’idée première est de considérer le créatif comme une valeur ajoutée. Michel Lussaut souligne que la dimension politique de ces questions ne facilite pas la mise à plat du questionnement autour de la place des activités de création au sein de l’urbain. Philippe Chaudoir, en s’appuyant sur les travaux d’Elsa Vivant11, rappelle que la créativité peut être considérée comme un prêt à penser, une construction politique porteuse d’enjeux multiples, pour des acteurs aux intérêts a priori divergents. Il y a un passage rapide entre l’objet scientifique qui vise à analyser le rôle d’acteur dans l’identité de la ville à une catégorie qui relève de l’action publique.

  • 12 Président de la Commission européenne de 1985 à 1995. En octobre 1996 il a créé le Groupement d'étu (...)

Pour Sarah Labelle il y a une mise en tension de deux termes : les politiques publiques qui conçoivent la ville comme un objet symbolique d’investissement et l’idée de la citoyenneté renforcée avec une cité de verre. Les technologies de l’information et de la communication permettraient d’acquérir une transparence démo­cratique, qui libérerait le politique des formes traditionnelles du pouvoir. Cette idée avait déjà était développée par Jacques Delors12 en 2003. Les liens entre acteurs publics et privés visent de fait à inscrire le culturel dans l’économique et à favoriser la mise à dispo­sition des données publiques dans les portails de données privées.

Lors du débat, il est apparu clairement que les fondements mêmes de l’urbain sont à reconsidérer puisque la ville, qui se construisait comme un lieu singulier, devient un espace d’accueil d’individus connectés, véritables commutateurs centraux universels.

La ville créative et la ville organique sont attirées par une logique corporelle qui laisse place aux métaphores comme la « symbiocity » où la conception symbiotique de l’urbain durable renvoie à la ville transparente ou au citoyen éclairé.

  • 13 Président du Cube.
  • 14 Jeremy Rifkin, 2009. Une nouvelle conscience pour un monde en crise. Vers une civilisation de l'emp (...)

Nils Aziosmanoff13, partenaire de ce colloque, provoque des questionnements en se referant aux travaux de Jeremy Rifkin14, qui prône une civilisation de l’empathie où les arts numériques réin­venteraient la ville. Une courte vidéo nous présente des espaces magiques où des écrans géants permettent aux enfants de Shanghai de jouer sur ces miroirs sans tain des réalités virtuelles qui façon­nent leur quotidien urbain.

La ville sera un hub identitaire (interconnectée), smart (pro­ductrice de connaissances), elle produira de l’expérience (émotionnelle, sensible) augmentée avec l’hyperespace, mais où les interfaces offrent un territoire à expérimenter.

  • 15 Anthropologue, entrepreneure, spécialisée dans la valorisation des sciences humaines, créatrice du (...)
  • 16 Membre fondateur et membre du comité de direction de la revue ethnographiques.org, responsable du s (...)

La seconde table ronde abordait la question fondamentale de la publication et de la diffusion de ces recherches multimédia. « Les outils du numérique au service de la recherche et de l’enseignement », proposée par Sophie Haberbüsch15, fondatrice d’Anthropoweb et Dominique Schoeni16, membre fondateur d’ethnographiques.org visait à attirer l’attention des étudiants sur les difficultés d’intégrer le numérique comme objet et support de diffusion des connaissances. Sophie Haberbüsch retrace l’histoire de la création de ce portail d’information en sciences sociales et l’importance pour nos disciplines d’avoir une plateforme de diffu­sion et de valorisation tant des publications que des séminaires et colloques. Dans le prolongement de cette démarche Dominique Schoeni nous présente tant ethnographiques.org, revue en ligne des sciences humaines et sociales créée en 2002, que les recherches qu’il mène afin d’enrichir et de favoriser les publications d’article visuel. En effet, nombre de chercheurs souhaitent avoir plus de flexibilité sur les modes de publication qui, le plus souvent, se limitent à lire et à visionner alternativement textes ou images. Ses recherches visent à permettre une lecture et une analyse des images conjointement. Il montre certains exemples qui ont trait à la décou­verte de l’espace au sein même d’un travelling. Le spectateur/lecteur saisit de fait la cohérence spatiale et ses différentes composantes symboliques et analyses proposées par le chercheur cinéaste.

Le débat confirme l’intérêt de ces applications expérimentales qui méritent toute notre attention car nous allons devoir les intro­duire sur les différentes plates-formes de publication des journaux en ligne.

Plus généralement, les capacités d’analyse issues de ces ter­rains construits autour du visuel, du sonore posent directement les questions des capacités de publications et de transmission de ces données. Comment ces masses de données peuvent-elles être ex­ploitées, comprises, assimilées et publiées ? Le statut de la publication se transforme, devient support non plus de résultats de recherches finies et abouties mais en cours comme un processus ouvert…

Je reprendrai volontiers la méthode proposée par Jean Rouch qui montait ses films par la fin pour proposer un compte rendu des sessions et des débats qui ont souvent emprunté des chemins de traverse, nécessaires à considérer et encore délicats à baliser et à systématiser à partir de données théoriques, d’analyses ou de classification disciplinaire.

En qualité de géographe travaillant sur la question de l’urbanisme, Michel Lussault soulignait son trouble face au numérique qui amplifie les capacités, la diversité, la complexité de nos compétences et les répercussions en chaîne que cela pouvait avoir sur sa propre discipline et les brouillage de pistes que cela pouvait provoquer.

L’amplification

Le numérique est reconnu comme une technologie d’amplification et de complexification des données, des méthodes, ce qui nous entraîne à les reconsidérer, à travailler sur des terrains nouveaux, fluides, instables, et à préciser ou à inventer des con­cepts.

  • 17 Centre de recherche et d' études anthropologiques - Lyon 2.

Alors qu’au sein de nos départements, laboratoires, universités, la cadence et la multiplicité de nos activités s’accélèrent au rythme des machines, que nos données doivent être diffusées, quantifiées, évaluées au même rythme que les processeurs, nous nous retrouvons dans une situation paradoxale où nous devons laisser une place au doute et au questionnement comme une composante intégrante de nos méthodes et de nos cheminements, comme pouvait le rappeler Alice Atnarius17 dans sa présentation intitulée « Percer sur la toile ».

De fait, les capacités du chercheur, au même titre que celles des interlocuteurs sur la toile, sont amplifiées et recomposent les modes relationnels et conceptuels qui régissent cette relation.

L’amplification des capacités de traitement influe sur les quantités de données traitées.

  • 18 Centre de recherche sur les médiations, université de Metz.
  • 19 Post-doc à l'université de Bergen, Norvège.
  • 20 Doctorant EHESS, IMPROTECH, Technologies et musiques improvisées, Projet ANR.

Les espace des recherches s’étendent, se croisent, il y a de plus en plus de multi sites : comme Emmanuelle Simon et Brigitte Simonnot18 l’évoquent dans leur étude sur l’usage de l’Internet pour l’accès aux soins de santé. Les sources d’information de données se constituent spontanément sur le réseau, se construisent sur Internet, la base de données devient figure récurrente comme réservoir potentiel, source de création ou corpus de référence comme l’ont démontré Eduardo Navas19 ou Dario Rudy20 avec la présentation respective de la notion de Remix ou la notion de temps dans la créativité musicale. Ces entités de recherche acquièrent des multifonctions, induisent des changements de registre et les limites entre ces fonctions s’estompent jusqu’à devenir plus poreuses (intime/publique, amateur/professionnel)

Amplification de la complexité 

Nombre de conférenciers ont souligné la complexité du terrain, son identité même qui peut passer d’une déterritorialisation à une reterritorialisation comme le soulignait Sophie Houdart.

Dès que les enquêtes s’inscrivent dans un monde virtuel, les notions d’avatar se déploient pour laisser place à l’imaginaire, au traitement de l’identité, à la double ou triple dimension de l’individu et au positionnement du chercheur face à cette com­plexité.

Peut-on garder notre identité ? le monde virtuel nous demande de nous fondre, de nous dissoudre dans les éléments de composition de cet univers, lors d’enquêtes sur Facebook on devient nous-même une identité cartographiée, fichée par le dispositif perdant ainsi notre spécificité ou notre singularité.

  • 21 Centre d'études africaines, EHESS, Paris.

Il y a une recomposition de notre identité en tant que citoyen, pris entre les faisceaux de réseaux sociaux, de conservation de nos données, de nos identités, de nos pratiques qui produit un nouvel avatar, pur produit du tissu social… David Puaud21 l’a finement démontré dans son analyse des technologies de bio-informatiques mises en place dans le cadre d’un travail social.

Amplification des compétences 

  • 22 Centre de recherche et d' études anthropologiques - Lyon 2.
  • 23 Centre de recherche et d' études anthropologiques - Lyon 2.

Les questionnements issus de ces recherches pluridiscipli­naires aboutissent souvent à un travail en équipe, à des regards successifs, multiples, la transversalité s’impose alors que l’interdisciplinarité était restée lettre morte pendant de nombreuses années. La réflexivité dans les méthodes employées est très souvent présente, le retour au terrain se fait directement, tout en enrichissant ou complexifiant nos données. La communication « Un fantôme sur l’iphone » de Julien Bondaz22 ou « Cuba métamorphosée par le numérique » de Didier Laurencin23 s’appuient sur ces regards croi­sés entre le terrain, les protagonistes et l’ethnologue.

Les compétences des utilisateurs, des groupes constitués sur Internet implosent : que ce soit dans le domaine médical ou entre lecteurs ou bloggeurs qui s’expertisent, se conseillent et renforcent leurs liens sociaux circonscrits principalement à la sphère d’Internet.

Les compétences techniques favorisent l’innovation, la créa­tion, tout en favorisant la recomposition de nos catégories, la flui­dité entre les registres. En effet une des spécificités du numérique réside dans le paradoxe d’un traitement unique, d’un classement qui engendre une ontologie constituée à partir de catégories très dis­tinctes. Ainsi une nouvelle organisation peut apparaître grâce à cette concomitance fortuite : original, copie, fiction, documentaire par exemple pourraient être classifiés sous la rubrique film tout en permettant de découvrir de nouveaux agencements entre ces catégo­ries.

  • 24 Thomas L Friedmann, 2005. The World is Flat. New-York, Farrar, Straus and Giroux.

Ne sommes-nous pas face au « Flat World » tel que Thomas Friedmann24 le démontre ? Les nouvelles phases de la globalisa­tion ne provoquent-elles pas un réseau global sans frontière où l’érosion des reliefs et des barrières entre marchandise et connais­sance redessinerait un monde plat.

  • 25 L'Association française des anthropologues a initié ce partenariat en 2010, en organisant une journ (...)
  • 26 Institut de recherche et d'innovation dirigé par Bernard Stiegler.

Conscient de l’importance de la création tant au niveau des outils de recherche, des concepts à réinventer, des méthodes à recomposer, nous avons sollicité Le Cube, premier centre d’art numérique en France à collaborer à ces réflexions exploratoires. Travailler conjointement25 avec un centre d’art numérique démontre assez bien le déplacement des frontières et les nouvelles transversalités qui s’inscrivent. Comme le rappelait Nils Aziosmanoff, l’Institut de recherche et d’innovation26 au Centre Pompidou fonctionne comme un laboratoire de recherche et le Cube serait un atelier de mise en forme. L’idée de pouvoir s’adjoindre comme partenaire un centre de création numérique peut prendre d’autant plus de sens que nous nous devons d’imaginer et de concevoir de nouvelles formations : tant pour utiliser ces nou­veaux outils, faciliter la création de ces nouvelles interfaces, favoriser l’accueil de ces nouvelles capacités par les anthropo­logues.

Peut-être pour conclure, il serait sans doute pertinent de voir émerger un séminaire deux fois par an, qui nous permettrait de partager ces interrogations, ces redéfinitions conceptuelles dans les coulisses du rituel de présentation officielle de nos résultats dont on a pu voir l’intérêt dans sa fonction de partage mais aussi les limites de cet exercice de style, compte tenu de la contrainte temporelle nécessaire au bon déroulement des débats.

Notes

1 Chargée de recherche. CNRS, UMR 7535. Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative. Maison René Ginouvès, Paris Ouest, Nanterre.

2 Maître de conférences en Digital Humanities, ParisTech, Paris. Chercheur associé en sociologie, EHESS, Paris.

3 Membre fondateur responsable de Réseaux, Savoirs et Territoires, MCF en sciences de l’information et de la communication.

4 MCF-HDR, université Claude Bernard Lyon 1.

5 École normale supérieure de Lyon, président de l’université Lyon 2.

6 Maître de conférences en sciences de la communication à l’université Paris 8 – UFR Culture & Communication, membre de l'AFA.

7 Chercheur au Centre d’études des mondes africains, UMR 8171, membre de l’AFA.

8 Professeur en sociologie des politiques urbaines à l’université Lumière Lyon 2.

9 Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 13.

10 Enseignant-chercheur au département d'anthropologie, université de Lyon.

11 Elsa Vivant, 2009. Qu’est-ce que la ville créative ? Paris, PUF.

12 Président de la Commission européenne de 1985 à 1995. En octobre 1996 il a créé le Groupement d'études et de recherches Notre Europe, dont il est aujourd’hui le président fondateur.

13 Président du Cube.

14 Jeremy Rifkin, 2009. Une nouvelle conscience pour un monde en crise. Vers une civilisation de l'empathie. Paris, éditions Les Liens qui Libèrent.

15 Anthropologue, entrepreneure, spécialisée dans la valorisation des sciences humaines, créatrice du Portail des sciences humaines.

16 Membre fondateur et membre du comité de direction de la revue ethnographiques.org, responsable du service audiovisuel à la Haute école de travail social de Genève.

17 Centre de recherche et d' études anthropologiques - Lyon 2.

18 Centre de recherche sur les médiations, université de Metz.

19 Post-doc à l'université de Bergen, Norvège.

20 Doctorant EHESS, IMPROTECH, Technologies et musiques improvisées, Projet ANR.

21 Centre d'études africaines, EHESS, Paris.

22 Centre de recherche et d' études anthropologiques - Lyon 2.

23 Centre de recherche et d' études anthropologiques - Lyon 2.

24 Thomas L Friedmann, 2005. The World is Flat. New-York, Farrar, Straus and Giroux.

25 L'Association française des anthropologues a initié ce partenariat en 2010, en organisant une journée d'études intitulée « Anthropologie du numérique ».

26 Institut de recherche et d'innovation dirigé par Bernard Stiegler.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org