Navigation – Plan du site
Échos d'ici et d'ailleurs

Compte rendu du congrès de l’AFEA

(21-24 septembre 2011)
Cindy Adolphe, Maya Leclercq, Marine Robillard et Catherine Sabinot
p. 343-349
  • 1 Le 1er congrès de l’Association française d’ethnologie et d’anthropologie (AFEA) s’est tenu à l’Éco (...)
  • 2 Comité de préparation aux Assises, 2008. « Compte-rendu des Assises de l’ethnologie et de l’anthrop (...)

Le premier congrès de l’Association française d’ethnologie et d’anthropologie (AFEA)1 est le résultat de la mise en œuvre de deux décisions prises lors des Assises de l’ethnologie et de l’anthropologie en France qui se sont déroulées en décembre 2007 : la mise en œuvre d’une structure associative fédératrice et d’un congrès fondateur2. L’AFEA a ainsi proposé de se réunir autour des limites ou frontières de la connaissance.

  • 3 Le programme contenant les résumés de chaque atelier et de l’ensemble des communications est dispon (...)
  • 4 Trois ateliers thématiques ont été annulés.

Le congrès, intitulé « Connaissances No(s) Limit(es) », a réuni près de 600 participants pendant trois journées et demie pour discuter et échanger des recherches menées par les anthropologues et les ethnologues en France aujourd’hui. Le comité d’organisation a lancé deux thématiques relatives aux frontières et limites de la connaissance, « anthropologie comme connaissance » et « anthro­pologie de la connaissance », qui ont suscité l’intérêt de chercheurs de nombreuses structures et disciplines, instituts de recherche, asso­ciations et organisations non gouvernementales. Près de 450 communications individuelles ont été présentées au sein de treize tables rondes3, ainsi que 42 ateliers thématiques4, proposés par des chercheurs ou invités par les organisateurs afin de regrouper plusieurs propositions individuelles.

C’est un large éventail de thèmes étudiés en anthropologie aujourd’hui qui ont été abordés : anthropologie du corps, de la santé, économies de la nature, épistémologie – méthodologie – éthique, anthropologie et dynamiques urbaines, anthropologie et nouvelles technologies, transmission – institution, support du savoir – catégories, anthropologie et société, anthropologie du sensible – art, anthropologie et politique.

Cette diversité de grands thèmes regroupant chacun deux à six ateliers, parfois répartis sur plusieurs demi‑journées, a permis de faire dialoguer, dans une certaine mesure, les différentes branches disciplinaires entre elles, au sein des ateliers mêmes, des tables rondes ou encore dans les couloirs et autour des espaces‑café ou librairie, autres espaces favorisant les échanges.

  • 5 Nous remercions Pascale Moity-Maïzi à qui nous empruntons cette formulation.

Au-delà de la diversité des thèmes, c’est aussi la diversité des statuts qui a marqué ce congrès : l’opposition statutaire/non statutaire ou précaire/non précaire fut transversale à de nombreux débats, que ce soit au sein des sessions ou lors des discussions plus informelles. Si l’anthropologie a récemment conquis de nouveaux terrains et s’aventure parfois en dehors de sa sphère traditionnelle d’action, cette liberté de pensée et d’action possède aussi son revers de la médaille, qui se traduit par une réduction drastique des postes et une augmentation globale de la précarité des anthropologues, qui menace ainsi la discipline dans sa globalité. Aujourd’hui, de plus en plus d’anthropologues pratiquent leur discipline « comme ils peuvent et non comme ils veulent5 ».

Des séances plénières…

À chaque journée, sa conférence plénière, rassemblant environ 200 participants.

  • 6 Abélès M., 2008. Anthropologie de la globalisation. Paris, Payot.

Si Paul Rabinow n’a pas pu être présent lors de la première matinée, sa conférence « Connaissances de l’anthropologie » a été lue et a suscité de nombreuses remarques et un long débat entre les auditeurs. Marc Abélès, dans son allocution « Anthropologie de la globalisation », a présenté l’impact de la globalisation, qu’il distingue bien de la mondialisation, sur la formation des connais­sances. Cette présentation, qui s’appuyait sur son livre6, montrait de quelle manière la globalisation suscite de nouveaux champs de réflexion en sciences sociales. Enfin, la dernière plénière s’intitulait « Engagements de l’anthropologie » : Catherine Quiminal et Emmanuel Terray ont discuté de l’engagement de la discipline et de son rôle dans la société.

Des ateliers…

Nous ne saurions ici faire un résumé exhaustif des présentations du congrès mais la question des méthodes employées (Qui peut (doit) travailler sur qui (quoi) ; Pratiques comparées de l’ethnographie…) fut largement reprise et est toujours sujette à débat ; une part importante fut aussi attribuée à la ville et à l’anthropologie visuelle, des champs émergents.

L’économie de la nature est un thème qui a rassemblé quatre ateliers dont un consacré au monde agricole et pratiques alimentaires de France et d’ailleurs. Ce dernier rassemblait anthro­pologues, sociologues, ethnobiologistes et historiens pour des présentations qui se répondaient l’une l’autre, se complétaient. Les échanges ont été fructueux et des collaborations sont désormais en cours.

Les ateliers étaient tous thématiques, cependant la création a posteriori de certains, suite au regroupement de propositions individuelles, a pu entraîner une hétérogénéité au niveau des dynamiques.

Si nous avions un seul regret, ce serait celui-ci : l’impossibilité de changer d’atelier pour assister à certaines interventions. Le non‑respect des ordres de passage au sein des ateliers ou les retards accumulés lors des présentations, n’ont pas toujours permis de changer d’atelier avec « succès ». Néanmoins, ces quelques difficultés d’organisation sont aussi le reflet de l’engouement important qu’a suscité le congrès.

Et des tables rondes…

  • 7 Ce phénomène est sans aucun doute à relier à l’avènement de la notion de patrimoine immatériel port (...)

Que ce soit au sein de la table ronde sur l’ethnologie patrimoniale, de celles consacrées aux stages de terrain ou à l’anthropologie juridique et la recherche‑action, la place et le rôle à jouer de l’anthropologue, notamment au sein de projets de développement, questionnent. La table ronde sur « Les relations entre ethnologie patrimoniale et anthropologie générale » a souligné le regain d’intérêt pour l’ethnologie lors de processus de patrimonialisation avec un changement de statut : la discipline n’agit plus dans l’urgence (documenter avant disparition) mais acquiert un véritable rôle public (« inventions des traditions », tourisme culturel…)7. Ces questions transversales aux différents ateliers ont été centrales dans la table ronde consacrée aux associations et structures associatives de la discipline. Lors de cette table ronde, qui a rassemblé une dizaine d’associations, l’assemblée s’est principalement intéressée aux rôles de l’anthropologie et à la place des anthropologues dans les débats publics et l’action politique mais aussi hors des structures académiques et des circuits universitaires.

L’AFEA, en tant que structure fédératrice des associations d’anthropologie pourrait devenir une formidable tremplin pour faire entendre les points de vues et apports de la discipline dans le champ de l’action publique.

Une actualité anthropologique à suivre…

Le congrès a permis d’une part de rendre compte de la grande diversité de sujets qui retiennent le regard des anthropologues ainsi que des connaissances variées qui sont actuellement produites par la recherche anthropologique française, et d’autre part de s’interroger sur les manières de s’engager en tant qu’anthropologue. Ce dernier point a été largement discuté dans plusieurs ateliers, notamment ceux sur les « Savoirs sur la nature » et sur les « Pratiques comparées de l’ethnographie », ainsi que lors de la séance plénière dédiée à ce sujet.

  • 8 Président de l’AFEA.
  • 9 Secrétaire générale de l’AFEA.
  • 10 Ce module serait accessible à tous et non pas uniquement aux élèves des filières économiques et soc (...)

Lors de l’allocution de clôture du congrès, Gilles Raveneau8 puis Irène Bellier9, après avoir remercié tous ceux qui ont activement pris part au défi de la réalisation de cet important congrès, ont mis en avant des objectifs à court et long terme que souhaite atteindre l’AFEA. Dans un premier temps, il a été décidé de faire une demande au ministère de l’Éducation nationale afin d’inclure un module de découverte de sciences humaines et sociales au lycée, qui inclurait l’anthropologie10.

La généralisation de ce type d’actions, déjà mises en place par des associations, permettrait de changer le regard sur « l’autre », de renforcer le dialogue entre les chercheurs et les citoyens, de nourrir des vocations et de mieux ancrer le travail des anthropologues dans la société civile où ils ont toute leur place. Cela nécessite également de reconsidérer la place de l’anthropologie et des anthropologues au‑delà des institutions de recherche, dans l’associatif, l’entreprise, l’action politique, etc.

  • 11 Nous faisons ici un clin d'œil à l’association Passerelles qui a activement participé à la création (...)

Les associations, qui étaient largement présentes au sein du congrès, sont en effet un acteur clef, une passerelle11 qui permet d’ouvrir le dialogue entre le monde de la recherche et la société civile. Il est envisagé qu’un forum des associations soit désormais régulièrement organisé, ainsi que des séminaires thématiques. L’AFEA est prête à accueillir et à soutenir ces débats et encourage toute personne qui souhaite organiser un tel événement ou atelier à se faire connaître et à utiliser le site web pour partager ses attentes.

La richesse et la diversité des présentations et des échanges qui se sont déroulés durant ces quatre journées montrent le dynamisme et l’inventivité dont font preuve les chercheurs, et particulièrement les jeunes chercheurs, souvent précaires. Cela prouve également, s’il en était besoin, que l’anthropologie est une discipline vivante en France qu’il importe de maintenir et de renouveler dans la continuité des travaux de l’anthropologique française, mais que l’anthropologie est aussi une discipline qu’il est nécessaire de soutenir, notamment financièrement. Le congrès sera organisé tous les trois ans, selon le rythme que souhaite tenir l’association, à Paris ou dans toute autre ville.

En conclusion, ce premier congrès de l’AFEA, en promouvant la pluralité de l’anthropologie, son développement, ses pratiques, sa transmission, et son devenir dans ses multiples domaines d’application, a été un succès. Désormais, il se veut être un tremplin vers une meilleure visibilité de la discipline dans les réformes des institutions. L’AFEA encourage le développement des partenariats entre les institutions, les associations et les citoyens. Elle promeut la pratique engagée de l’anthropologie et souhaite que la dynamique nouvellement créée perdure…

Notes

1 Le 1er congrès de l’Association française d’ethnologie et d’anthropologie (AFEA) s’est tenu à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) du 21 au 24 Septembre 2011 à Paris.

2 Comité de préparation aux Assises, 2008. « Compte-rendu des Assises de l’ethnologie et de l’anthropologie en France », Journal des anthropologues, 112-113 : 439-441.

3 Le programme contenant les résumés de chaque atelier et de l’ensemble des communications est disponible en ligne. De plus, une rubrique « Les papiers du congrès » destinée à recueillir les communications réalisées dans les différents ateliers a été créée sur le site internet de l’AFEA : http://asso-afea.fr/-Les-papiers-du-congres-html, afin de faciliter la diffusion des recherches de chaque communicant.

4 Trois ateliers thématiques ont été annulés.

5 Nous remercions Pascale Moity-Maïzi à qui nous empruntons cette formulation.

6 Abélès M., 2008. Anthropologie de la globalisation. Paris, Payot.

7 Ce phénomène est sans aucun doute à relier à l’avènement de la notion de patrimoine immatériel portée par l’UNESCO. En 2006, la France ratifiait la Convention de sauvegarde du patrimoine immatériel créée par l'UNESCO trois ans plus tôt.

8 Président de l’AFEA.

9 Secrétaire générale de l’AFEA.

10 Ce module serait accessible à tous et non pas uniquement aux élèves des filières économiques et sociales.

11 Nous faisons ici un clin d'œil à l’association Passerelles qui a activement participé à la création de l’AFEA. Elle regroupe des chercheurs (doctorants, docteurs hors-statuts et statutaires) en anthropologie. Son objectif principal est la diffusion de la culture scientifique et anthropologique auprès d’un large public et plus particulièrement en milieu scolaire.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org