Navigation – Plan du site
Anthropologies actuelles

Éditorial

p. 255

Texte intégral

1« Anthropologies actuelles » publie deux contributions sur le printemps égyptien. Alors que la situation évolue chaque jour et que les rapports de force politique sont en recomposition constante dans la suite de la mobilisation partie de la place Tahrir (départ du prési­dent H. Moubarak, gouvernement militaire provisoire, dissolution de l’Assemblée par les militaires puis élections présidentielles de juin 2012 et arrivée au pouvoir de Mohamed Morsi, candidat des Frères musulmans), l’article de la politiste Assia Boutaleb sur l’atmosphère de la place Tahrir au lendemain de la chute de Moubarak parle déjà d’une époque révolue. Mais cette ethnographie d’un « vendredi ordinaire à Tahrir » nous permet d’appréhender l’état d’esprit des manifestants, dans ce moment intermédiaire où la mobilisation de la rue peut encore se targuer d’avoir été victorieuse dans sa capacité à chasser le tyran puisque la reprise du pouvoir par les militaires et le jeu des urnes sont encore à venir.

2En contrepoint de ce regard très circonscrit dans l’espace et dans le temps, la contribution de Samir Amin, économiste du dévelop­pement, connu pour son travail sur la théorie de la dépendance, et lui‑même de père égyptien, offre une analyse plus historique et structurelle de la situation égyptienne en nous rappelant, notam­ment, quels sont les groupes sociaux qui composent la société et les rapports complexes qu’ils entretiennent.

3Au travers de ces deux articles, de nature et de forme totalement différente, l’un beaucoup plus descriptif et au plus près d’un mo­ment précis, l’autre d’un mouvement beaucoup plus ample et fondé sur une analytique classiste éprouvée de longue date, nous avons souhaité souligner l’importance de cette séquence de mobilisation politique inédite, forte et singulière. Quel qu’en soit le devenir, nous n’avons pas fini de comprendre et d’identifier ce qui a permis et nourri le soulèvement. Ces deux articles esquissent à ce sujet une première série de pistes. « Anthropologies actuelles » fera son possible pour poursuivre la publication d’observations et de réflexions à propos de l’Égypte en étant attentif à ce qui va désormais y advenir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Éditorial », Journal des anthropologues, 128-129 | 2012, 255.

Référence électronique

« Éditorial », Journal des anthropologues [En ligne], 128-129 | 2012, mis en ligne le 14 octobre 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://jda.revues.org/5935

Haut de page

Droits d’auteur

Journal des anthropologues

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org