Navigation – Plan du site
Table ronde

Anthropologues et travailleurs sociaux face à la gouvernance

Anthropologists and Social Workers in the Face of Governance
Bernard Hours et Monique Selim
p. 253-255

Résumés

Ce court texte rappelle que les normes de gouvernance mises en œuvre à travers les réformes sectorielles sont aliénantes et éradiquent le sujet des rapports sociaux. Anthropologues et travailleurs sociaux sont exposés aux mêmes risques en la matière et il leur appartient de réagir avec leurs outils respectifs.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les exposés et discussions du colloque montrent qu’anthropologues et travailleurs sociaux sont exposés à des contraintes communes de gestion et d’organisation professionnelles qu’il faut interpréter plutôt que commenter en vases clos, disciplinaires ou professionnels.

2Plus qu’une somme de contraintes, il s’agit d’un processus général de gouvernance des sociétés qui se manifeste sous la forme de normes et d’outils de management présentés comme le principe de réalité actuel : unique, surplombant, commandeur de l’ordre social. Entendons du « bon ordre » social, celui de la gouvernance comme norme des normes et accomplissement. Celle-ci, évacuée, il n’y a plus qu’à éliminer les sujets, citoyens, acteurs divers, à travers ce qu’on appelle pudiquement des « réformes », en fait des remises en ordre qui exigent obéissance et conformité. Ce sont ces réformes et les normes qui les inspirent qui font qu’on se suicide à France Télécom, ou qu’on se tue, ailleurs, à petit feu, de façon moins spectaculaire.

3La souffrance au travail n’a plus le sens d’une épreuve. Elle provient du non-sens du travail. L’épreuve s’est transformée en humiliation permanente.

4Les mêmes normes de gouvernance, de l’entreprise aux États produisent les mêmes objectifs qui engendrent les mêmes contraintes et en aval les mêmes outils de gestion que les acteurs croient spécifiques et particuliers alors qu’ils ne sont que les déclinaisons sectorielles micro des normes macro. Aussi les chercheurs ne sauraient s’imaginer dans une situation singulière qui répondrait à l’exception fantasmée d’un statut propre. Au contraire c’est dans la mise en évidence de ce qui leur est commun avec les différentes couches d’employés et de salariés de toutes sortes, qu’ils peuvent construire et inventer de nouveaux dispositifs de pensée et d’interprétation. Céder au mythe d’une condition qui, entre science et intellectualité, hier et aujourd’hui, serait à la fois inestimable et intouchable les enfoncerait dans une méconnaissance et une inconscience bien aliénantes.

5En n’identifiant pas le caractère général ou global du processus, les acteurs se transforment en victimes et perdent du coup toute capacité de résistance, de prise de position politique.

6Ces phénomènes s’observent autant dans les usines, les institutions de recherche, l’université. C’est toute l’autonomie (relative) des sujets individuels et des rapports sociaux qui est en jeu dans ces transformations. Le paradoxe idéologique de ces processus réside dans le fait qu’ils sont présentés comme porteurs d’autonomisation des agencements collectifs et des individus peuplant les champs sociaux : la privatisation permettrait l’autonomie alors même qu’elle enchaîne dans les rets d’une rentabilité que la concurrence rend de plus en plus difficilement atteignable. Les normalisations plus ou moins radicales mises en œuvre interdisent toutes les initiatives qui ne seraient pas productives de profit. La liberté résiduelle concédée aux acteurs c’est celle de consommer plus après avoir produit plus. Sinon le sujet est superflu, inutile, marginalisé. In fine, il ne possède plus en propre que son exclusion, qui intéresse les travailleurs sociaux et les anthropologues. Les premiers pour les ramener dans le droit chemin de la normalité productive (c’est cela qu’on leur de­mande) ; les seconds pour analyser les normes et leurs déviances, deux exercices hautement complémentaires.

7Face à cette situation globale, le recours à des utopies antérieures ou à des mots défunts n’est qu’une fausse issue, un repli nostalgique qui n’est porteur d’aucune dynamique. Travailler sur la société et ses acteurs, largués y compris, ce n’est ni accepter le statu quo, ni se réfugier dans le passé. C’est plutôt s’approprier la réalité des rapports sociaux à travers une écoute attentive de la parole des gens et une autocritique permanente des outils du contrôle social : celle-ci appelle moins des plaintes qu’une déconstruction rigoureuse de leur dynamique liberticide et aliénante qualifiée de réformes ; ces réformes ne sont que des mises au pas déguisées, la solution unique, parfaite et ultime qui signale une utopie libérale hautement toxique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Hours et Monique Selim, « Anthropologues et travailleurs sociaux face à la gouvernance », Journal des anthropologues, Hors-série | 2011, 253-255.

Référence électronique

Bernard Hours et Monique Selim, « Anthropologues et travailleurs sociaux face à la gouvernance », Journal des anthropologues [En ligne], Hors-série | 2011, mis en ligne le 09 mars 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://jda.revues.org/5841

Haut de page

Auteurs

Bernard Hours

Bernard Hours est anthropologues à l’Institut de recherche pour le développement et membres de l'Unité mixte de recherche 201 Développement et sociétés (IRD-Université Paris 1).
IRD, UMR 201 Développement et Sociétés
45 bis rue de la Belle Gabrielle – 94736 Nogent-sur-Marne
bernard.hours@ird.fr

Articles du même auteur

Monique Selim

Monique Selim est anthropologue à l’Institut de recherche pour le développement et membres de l'Unité mixte de recherche 201 Développement et sociétés (IRD-Université Paris 1).
IRD, UMR 201 Développement et Sociétés
45 bis rue de la Belle Gabrielle – 94736 Nogent-sur-Marne
monique.selim@ird.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Journal des anthropologues

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org