Navigation – Plan du site
Activités de l’AFA

Séminaire de l’AFA

Anthropologie, psychanalyse et politique : Regards sur les terrains (hiver 2011 - printemps 2012) - Maison SUGER, 16-18 rue Suger – Paris, 75006
p. 507-511

Notes de la rédaction

Organisateurs du séminaire :
Marie Bonnet : mbonnet@ehess.fr
Olivier Douville : douvilleolivier@noos.fr
Monique Selim : monique.selim@ird.fr

Ce séminaire propose de repenser les dialogues et les mises à l’épreuve réciproques entre anthropologie et psychanalyse. Il s’efforce d’articuler trois lignes de questionnement :

Clinique du terrain et terrains cliniques : des anthropolo­gues s’interrogent sur la nature des relations interpersonnelles développées durant leurs enquêtes, le sens et les modalités de leur écoute, et, corollairement, les mobiles intimes de la parole des acteurs. Les crises économiques et politiques qui bouleversent de nombreuses sociétés s’impriment, en effet, dans la situation ethnologique. De surcroît, l’ethnologue se trouve de plus en plus fréquemment en contact avec des populations en fragilisation croissante, en état de non inscription, et même d’errance.

Folie et État : on développera une réflexion croisée, d’un côté sur les effets sur les élaborations identitaires des nouvelles représentations du bien-être psychique, de l’autre, sur les instances de légitimation sur ce que serait une bonne santé psychique en termes de prévention, de diagnostic, de traitement et de leur évaluation. Enfin, le lien doit être souli­gné entre les terreurs issues de la violence de l’État et les confusions des registres du Réel, de l’Imaginaire et du Sym­bolique, qui font tenir l’existence singulière et les échanges sociaux. D’une certaine manière, la folie a disparu au profit de l’exclusion et de la stigmatisation des perdants. Dans les pays lointains qui ne rentrent pas dans cette industrialisation du soin, l’oms, au contraire, préconise un retour aux dispositifs dits « traditionnels », légitimant médiums, devins et autres guérisseurs. Dans ces deux configurations du monde globa­lisé, les États jouent un rôle majeur, idéologique, symbolique, mais aussi institutionnalisant les corps des professionnels du soin psychique. La psychanalyse fait actuellement l’objet d’un débat social, d’autant plus aigu que c’est la singularité du sujet individuel qui est en jeu. La présence de la psychanalyse dans les institutions de soin et d’enseignement redevient l’enjeu d’une lutte, alors que la psychiatrie et la psychopa­thologie sont de plus en plus biologiques.

Un dernier volet : rouvrir le débat entre anthropologie et psychanalyse de l’ordre épistémique et épistémologique, à l’heure où le cognitivisme est, pour un nombre croissant d’anthropologues, un outil de validation de leurs recherches et de leurs résultats. La généralisation de l’économie de marché a eu des effets de plus en plus prononcés sur les définitions de la souffrance psychique, des troubles mentaux, leurs modes de diagnostic et leur traitement. Dans les démocraties industriel­les, on constate la dominance des modélisations biologiques et neurologiques, le retour à un primat héréditaire et la mise en avant de polices de rééducation comportementaliste.

*

Séance de rentrée : 22 novembre 11h-13h

« Démarche clinique d’orientation psychanalytique en sciences sociales et humaines. Réflexion et études de cas sur les rites de passage aujourd’hui »

Françoise HATCHUEL, Marilyne NOGUEIRA-FASSE
(Équipe « clinique du rapport au savoir » - Centre de recherches en éducation et formation/université Paris Ouest Nanterre).

Créée en 1989 par Jacky Beillerot, l’équipe « savoirs et rapport au savoir » a travaillé, pendant près de 20 ans au sein du cref (Centre de recherches en éducation et formation) de l’université Paris x Nanterre), la notion de rapport au savoir, qu’elle a contribué à installer durablement dans le paysage des sciences de l’éducation, sous le double angle de la psychanalyse et des sciences sociale (voir l’ouvrage de Françoise Hatchuel Savoir Apprendre transmettre [2007], qui en donne une synthèse). Sa diversification en 2009 a donné naissance à l’équipe « clinique du rapport au savoir », fondée par Claudine Blanchard-Laville et dirigée aujourd’hui par Philippe Chaussecourte, qui s’inscrit dans le mouvement de développement et de structuration de la recherche clinique d’orientation psychanalytique en sciences de l’éducation (voir par exemple la note de synthèse publiée en 2005 dans la Revue française de pédagogie). En effet, si la démarche clinique en sciences humaines (voir l’ouvrage du même nom sous la direction de Claude Revault d’Allones en 1983) s’appuie sur l’analyse fine des mouvements transférentiels du chercheur ou de la chercheuse vis-à-vis de ses données de recherche telle que l’a théorisée Georges Devereux, dans une visée davantage compréhensive qu’explicative, elle est particulièrement riche en sciences de l’éducation où elle contribue à mieux cerner les enjeux psychiques de la relation éducative. Dans ce cadre, Françoise Hatchuel a développé une ouverture à l’anthropologie qui lui permet de relier ces enjeux psychiques aux grandes questions humaines et la façon dont les sociétés aident les sujets à y faire face. La question des rites de passage, et de ce qu’ils signifient, psychiquement et anthropologiquement, nous semble notamment particulièrement intéressante.

Nous présenterons donc les grandes lignes de notre réflexion, étayée par deux exemples de recherches cliniques menée via l’analyse d’entretiens non directifs de sujets engagés dans une problématique éducative. Nous montrerons ainsi la façon dont les concepts de la psychanalyse et de l’anthropologie sont mobilisés afin de construire des hypothèses permettant d’approcher la singularité d’un sujet en lien avec nos élaborations personnelles et l’analyse de la dynamique des entretiens. La première recherche a été menée auprès d’enseignants ayant participé à un dispositif d’écriture dans le cadre de leur formation en iufm. Ce temps de formation, envisagé comme une crise identitaire, telle qu’elle a été analysée par Louis-Marie Bossard (2004), nous apparaît lié au « passage » que constitue le « devenir enseignant ». Des liens seront alors tentés entre les marquages corporels des sociétés premières et les phénomènes « d’inscription de soi » proposés, nous semble-t-il, par un travail écrit, dans une perspective commune de mouvement identitaire. La seconde recherche porte sur le rapport au savoir de jeunes dits « en difficulté » (en tout cas désignés comme tels par leur placement dans un institut spécialisé). Là encore, la question du passage à l’âge adulte et de la façon dont il peut être étayé par l’environnement va s’avérer cruciale. Nos réflexions théoriques sur le rapport au savoir nous poussent à penser que cet étayage n’est pas sans lien avec le type de savoirs et de rapport au monde valorisés dans une société donnée.

Calendrier des séances 2011/2012

• Mardi 13 décembre 9h-11h : « Interactions et entretiens cliniques dans un projet sur le rapport au corps des adolescents : questions d’éthique de l’évaluation » Virginie Valentin.

• Mardi 10 janvier 11h-13h : « Internet en chine : problèmes méthodologiques pour l’anthropologue » Wenjing Guo, commentaire Monique Selim.

• Mardi 14 février 10h-12h : « Histoire et l’actualité de la psychanalyse en Chine » Jie Yao, Yan Helaï (sous réserves), Olivier Douville.

• Mardi 20 mars 10h-12h : « "L’autothérapie" : un phénomène religieux de "New Age"? » Élisabeth Kaluaratchige.

• Mardi 17 avril 10h-12h : « Lacan, la femme n’existe pas » Marie Bonnet.

• Mardi 15 mai 10h-12h : « Réflexions sur la violence en Colombie » Tania Rolens.

• Mardi 12 juin 10h-12h : « Le coaching de dirigeants en entreprise : retour sur une pratique » Marie Rebeyrolle.

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org