Navigation – Plan du site
Dossier

La conquête du « genre » et l’anthropologie au Mexique

Anthropology in Mexico and the Victory of « Gender »
Mathieu Caulier
p. 117-136

Résumés

La recherche féministe en Amérique latine est historiquement étroitement liée à l’anthropologie. Au Mexique, qui retiendra notre attention, la connexion historique entre mouvements féministes et recherches académiques s’est produite dès le milieu des années 1970. Une grande partie de ce tableau changea avec la préparation des conférences onusiennes des années 1990 (Le Caire et Beijing). La légitimation du genre et des études sur le genre permit, parallèlement aux nouvelles possibilités de financements internationaux et philanthropiques, un développement sans précédent des études de genre dans toute la région et une dissémination du concept du genre dans toutes les politiques publiques. Cette légitimité du genre permit un développement scientifique des recherches sur les femmes mais produisit également une neutralisation croissante du féminisme militant et des femmes comme sujet/objet d’étude au sein des champs académiques latino-américains.

Haut de page

Texte intégral

1Ces vingt dernières années, les études sur le genre ont peu à peu pris le pas au Mexique – comme dans toute l’Amérique latine – sur les études féminines. Cette transformation conceptuelle et méthodologique doit beaucoup au fort degré d’implication des anthropologues féministes mexicaines dans la préparation des conférences internationales du Caire sur la population en 1994, et de Beijing sur les femmes en 1995, qui ont consacré l’utilisation internationale du concept de genre dans les politiques publiques.

2La création d’ONG « de genre » – essentiellement centrées sur la santé reproductive – par ces mêmes anthropologues accentua également l’emprise du vocable género dans les secteurs de la santé et de l’action sociale. Le concept de género est rapidement devenu un succédané politiquement correct pour signifier les « femmes » en tant que groupe ciblé de l’action sociale, évolution que les insti­tutions internationales ont largement contribué à entretenir. La relative neutralisation scientifique de la question des sexes et des femmes par le genre a permis une transversalisation des question­nements sur les rapports sociaux de sexe dans les années 1990 et a donné lieu à une pléthore de nouveaux objets scientifiques (migra­tions, revenus, santé, identité ethnique, participation politique). Nous verrons également que le genre, institutionnellement produit, reconduit la tendance à inclure uniquement les femmes dans celui‑ci et que ce même genre est largement construit depuis une position conservatrice – liée à l’inertie de l’habitus viridominant – qui omet les hommes dans les rapports sociaux de sexe, reconduisant les femmes dans leurs manques et leurs « tares sociales » (Tain, 2003 : 174-176). Dans l’enseignement secondaire mexicain, depuis une série de réformes qui en a également fait un élément de morale civique et un élément de réflexion des classes de sciences, le genre s’impose comme une catégorie d’analyse largement socialisée dans l’espace pédagogique et se nourrit de signifiés toujours plus nombreux.

3Dans cet article, je souhaiterais ainsi aborder les conditions de possibilité d’une anthropologie du genre/des sexes/des femmes telle qu’elle a été produite depuis plusieurs décennies au Mexique, et en Amérique latine, et comment la généralisation des questionnements genrés s’inscrit dans un contexte socio‑historique international propice. La relative dissolution des rapports sociaux de sexe répond ainsi d’une part à la nécessité de s’inscrire dans un mainstream international légitimant la centralité des études sur le genre, d’autre part à une mise en adéquation avec les appels d’offre institution­nels.

Des femmes et du sexe au genre

4Les questionnements qui produisent controverses et débats à la fois politiques et scientifiques sur le genre ne sont pas l’apanage du Mexique (Löwy & Rouch, 2003). Ils prennent néanmoins une configuration bien spécifique au Mexique car le Mexique possède cette position unique d’être à la fois la plus grande nation hispanophone au monde et le voisin direct des États-Unis. Les échanges et les pénétrations théoriques furent constants avec l’espace intellectuel nord-américain, ce qui contribue à donner une consistance toute singulière à la fois aux féminismes mexicains en tant que mouvements sociaux et aux études des femmes/genre comme domaine épistémique à la construction longue et chaotique. Les études féminines, commencèrent à se structurer autour de 1975 et du développement des premiers groupes féministes (Caulier, 2009 & 2010). Dans la principale université de la capitale, l’immense UNAM, l’intellectuelle féministe Alaide Foppa participa à la fois à la création de la revue FEM, développa les premiers cours de Sociología de la mujer1 au début des années 1970 et lança le premier programme sur les femmes sur les ondes de la radio universitaire. Eli Bartra, anthropologue féministe, fut également une pionnière en matière d’enseignement des études sur les femmes (Cardaci, Goldmstih & Parada-Ampudia, 2002 : 249). La termino­logie des études féminines reprend directement celles des Women’s Studies développées par les féministes nord-américaines, avec le soutien des fondations libérales2. Ces nouveaux programmes de recherche étasuniens reprennent la forme classique des studies, centre de recherche centrant l’analyse et la recherche sur un objet et mettant en jeu une dynamique interdisciplinaire3. C’est donc l’objet-sujet « femme » qui s’impose premièrement en Amérique du Nord et inspire les premiers pas d’une structuration académique féministe au Mexique. Dès les années 1970, nous pouvons citer des travaux pionniers qui ont diffusé les questionnements féministes dans les sciences sociales mexicaines et latino-américaines. Les travaux de l’anthropologue Lourdes Arizpe sont certainement les plus connus de cette période. Cette anthropologue qui étudiait la parenté Nahua publia ainsi le tout premier livre sur les femmes indigènes du pays et leur insertion dans la modernité de la mégalopole (1975). L’anthropologie, avec ses objets traditionnels tels que la parenté, fut la discipline maîtresse de l’introduction des études sur la/les femme/s. De même, en 1977, le premier congrès centro‑américain de recherches sur la femme, « I Simposio Mexicano y Centroamericano de Investigación sobre la Mujer », fut essentiel à l’ouverture de la discussion scientifique et à la publication de nombreux travaux4. Ce fut d’ailleurs Lourdes Arizpe qui convoqua l’évènement (Forgues, 1999 : 431).

  • 5 Entretiens avec Maria Luisa Tarrès et Teresita de Barbieri, respectivement exilées chilienne et uru (...)

5Le contexte national mexicain était plus favorable au féminisme que les dictatures dans la région latino-américaine. Le « 68 » mexicain a été particulièrement violent et a remis en question le régime de contrôle et de répression politique que les factions les plus conservatrices du PRI (Partido de la Revolución Institucional) prônaient. Les partis politiques de gauche furent peu à peu autorisés, bien que sous contrôle. La plupart des féministes, universitaires et militantes de gauche, avaient ainsi la possibilité de s’exprimer et de vivre leur féminisme radical publiquement sans risquer l’emprisonnement, à l’inverse de ce que certaines autres m’ont conté5. La réception de la première conférence internationale sur les femmes en 1975 montra la volonté officielle de s’inscrire dans les processus internationaux et de signifier que l’effort politique portant sur la situation des femmes allait exister au sein de l’État mexicain. L’effort politique des Nations Unies aida à légitimer, bien que faiblement, les thématiques féminines dans le contexte académique mexicain. Cependant, nombreuses étaient les féministes qui ne perçurent pas positivement la tenue d’un tel sommet mondial :

  • 6 Déclaration faite dans la revue FEM par les féministes du groupe MLM : Marta Acevedo, Angelina Del (...)

La création d’une année internationale de la femme est le fruit direct d’une attitude de tutelle, de charité et de protection. Une fois de plus, en nous concédant une année, on nous confirme, dans notre qualité d’êtres faibles et nécessitant une aide [...] avec la création d’une année dont le principal objectif est de canaliser notre potentiel physique et politique vers la continuation du système capitaliste6.

6Le premier programme mexicain de recherche sur la femme fut, lui, l’œuvre de féministes radicales sans appuis internationaux. L’área Mujer, identidad y poder de la UAM-Xochimilco, autre grande université publique de Mexico, fut fondée en 1982 et représenta le premier véritable signe d’institution des études sur les femmes/la femme au Mexique :

Au début des années 80, en 1982, on a créé le premier programme, qui n’était pas encore une área. On a démarré avec des choses très radicales et en faisant ce qu’on voulait. Le programme était très engagé avec une optique fondamentalement novatrice. « Femme, identité et pouvoir », c’était une chose que personne n’avait encore fait au Mexique et on était le premier programme officiel, un an avant le Colegio de México. Beaucoup d’analyses étaient faites depuis la psychologie et la psychanalyse. On était également investies dans les conflits sociaux de l’époque, les grèves des couturières, comme l’était le mouvement féministe de l’époque (entretien personnel avec Eli Bartra, février 2007).

7Les universitaires engagées de l’UAM-X connurent un grand succès tant la formation rencontrait les besoins de nombreuses militantes engagées dans les premières ONG féministes (Lau & del Pilar Cruz, 2005 : 239). Les enseignements se sont cependant largement imprégnés des théories du genre et des évolutions scientifiques des années 1990 (ibid. : 240). La création du PIEM du Colegio de México a constitué un autre jalon d’une importance considérable dans la mesure où elle a pris place dans l’institution de recherche la plus prestigieuse du pays. Ce programme s’est, par contre, largement réalisé avec l’aide de la fondation Ford. Ces premières années de développement académique des études sur les femmes marquèrent profondément les mouvements féministes dans la mesure où les premières ONG qui travaillaient avec les mouvements populaires de la capitale purent avoir accès à des formations féministes de qualité et aux liens étroits avec l’activisme social et politique. La question de savoir si les études féminines remplissaient déjà correctement leurs fonctions de centre de formation et de lieu de légitimation des savoirs féministes, qui reste en débat au sein des féminismes mexicains, se posait au sein des cercles de la recherche féministe. De nombreuses auteures au Mexique ont fait part de leur attachement aux études sur les femmes comme projet académique militant (Goldsmith, 1997 ; Bartra, 1999 & 2000) et ont développé de nombreux questionnements portant sur l’évolution de ces études, notamment sur l’emprise institutionnelle du genre qui a gommé « la femme » des politiques publiques comme des cursus académiques officiels (Goldsmith, ibid. : 30-33). La neutralisation du sujet politique « femme », si important dans l’œuvre politique et intellectuelle du mouvement par les études sur le genre, est illustrée dans les années 2000 par les impératifs bureaucratiques qui pèsent sur les centres de recherche au Mexique :

  • 7 Organisme public de financement de la recherche au Mexique.

Les études de genre au Mexique évoluent dans des directions qui sont contrôlées par ceux qui les payent. Le CONACYT7 fait pression pour que nous intégrions des hommes ! Tu t’imagines ? On a passé toute notre jeunesse à gagner un petit espace d’autonomie pour qu’on nous le reprenne après trente ans […] Et puis on m’a demandé de trouver un homme pour parler de « masculinités » et ce, malgré l’intitulé « femme, pouvoir et identité » de notre área […] Tu vois un peu les contradictions de notre position. Féministes, on nous demande de faire de la place pour des cours sur les hommes ! (entretien avec Eli Bartra, février 2007).

8Avec l’affaiblissement des mouvements populaires au Mexique, la fin de la Guerre Froide et surtout la préparation d’un cycle de conférences internationales mondiales développé par les Nations Unies, le contexte changea radicalement en faveur d’une plus grande ouverture institutionnelle aux expressions scientifiques et intellectuelles du féminisme. Les organisations internationales se firent elles-mêmes les apôtres de l’intégration des femmes et du genre à leurs programmes de développement et de démocratisation. Ce nouveau contexte fut préparé par la montée croissante de la contestation sociale. Cette brève période d’effervescence populaire fut favorisée par le climat de transition dans tout le continent mais aussi par la force des mouvements sociaux urbains de la capitale (Espinosa, 1992). La période 1985-1988 fut la plus intense, elle vit la réaction populaire, après le séisme de Mexico en octobre 1985, dynamiser la gauche et rapprocher les mouvements populaires des groupements politiques. Ce contexte favorisa grandement la candidature du très populaire Cuauhtémoc Cardenas autour duquel se regroupèrent les partis de gauche et les syndicats, fondant le Parti de la Révolution Démocratique. L’élection présidentielle de 1987 vit une fraude massive du PRI au pouvoir ce qui occasionna une mobilisation populaire à nouveau considérable. Cette démocratisa­tion politique et ces luttes sociales ouvrirent de nouvelles possibilités d’action et firent entrer nombre de féministes dans la professionnalisation et la création d’ONG.

Du « genre-concept » au « genre-politiques publiques ». Le mainstream et le genre neutre

  • 8 Commentaire d’Estela Casados sur l’article de Joan Scott (1986) qui a introduit la réflexion sur le (...)

Joan Scott et son texte de 19868 représente un sommet pour les chercheur-e-s au Mexique. Cette définition de la catégorie du genre par Scott sert de référence à tous les cours du pays et bien que le texte soit de grande qualité, il faudrait parfois voir un peu plus loin. Il y a parfois une idolâtrie démesurée des auteures anglo-saxonnes qui n’est pas assez remise en question (Estela Casados, anthropologue, Universidad Veracruzana, mars 2010).

9Au début des années 1990, la région a vécu la fin de la Guerre Froide sur le mode conjoint de la démocratisation politique, des privatisations et du développement des politiques néolibérales qui ont parachevé la création d’institutions et opérateurs privés dans quasiment tous les domaines d’action publique (Guilhot, 2005). Ce contexte marqua un tournant dans l’ancrage politique des mouvements féministes et des militantes (Caulier, 2010) et produisit des effets immédiats dans leur évolution qui éloigna une portion majoritaire du marxisme et de la « révolution » après la fin des luttes populaires des années 1980 (Lamas, 2006). La déradicali­sation des féminismes s’accompagna d’un mouvement sans précédent d’institutionnalisation du féminisme dans le champ aca­démique et de création d’ONG en vue de la préparation des conférences du Caire et de Pékin. Ce procès d’institutionnalisation a durablement fractionné les féminismes mexicain et latino‑américain (Gargallo, 2005 ; Caulier, 2010).

  • 9 Deux Colegios sont à la pointe des recherches en matière de genre : le Colegio de la Frontera Norte (...)

10La légitimité des problématiques de genre au niveau international a permis une seconde vague de création de centres de recherche sur le genre. Les grandes conférences onusiennes et l’afflux de financements philanthropiques nord-américains ont contribué à asseoir une légitimité renouvelée de la problématique. Mais cette seconde vague de création de programmes et centres de recherche s’est faite sous la bannière du genre et la traditionnelle ligne d’investigation des femmes et des études féministes a dû s’effacer pour laisser la place au « genre » comme objet central et postulat théorique fécond des recherches des années 1990. Pourtant, dans bien des cas, les recherches ont continué de porter sur les femmes comme classe sociale de sexes (Lamas, 2002 : 163-175 ; Goldsmith, op. cit. ; Ungo, 1993) et le genre a bien souvent été mal employé ou compris pour légitimer de nouveaux travaux. La place considérable prise par le genre dans le féminisme académique s’est illustrée dans la création des nouvelles institutions académiques au Mexique. On comptait ainsi dans les années 2000 plus de vingt‑cinq centres ou programmes de recherche sur le genre dans le pays, la plupart dans les principales universités du pays mais aussi dans les Colegios, institutions indépendantes de recherche au niveau des États9. Les « études de genre » ont connu des évolutions similaires, bien que propres à chaque contexte national, dans le reste de l’Amérique latine. La création de centaines d’ONG, l’influence principielle des fondations Ford et MacArthur (Alvarez, 1998 ; Caulier, 2009 & 2010 ; Zirbel, 2007), l’institutionnalisation croissante des féminismes dans les centres de recherches privés ou publics ont constitué des axes transversaux rendant compte d’une convergence historique des études des femmes/féministes vers les « études du genre » comme formes légitimes de construction scien­tifique et épistémologique au sein des institutions universitaires et gouvernementales. L’institutionnalisation des études sur les femmes ne fut ainsi pas seulement une victoire académique des années 1990 mais une longue construction depuis des espaces universitaires minoritaires des métropoles latino‑américaines (les plus vigoureuses étant Mexico, Sao Paulo et Rio) dès les années 1970. En 1994, l’insurrection zapatiste éclatait et dévoilait au monde comme à la société mexicaine les profondes inégalités que vivent les autochtones. Ce ne fut pas sans incidence sur la pensée féministe ni sur l’anthropologie, principale pourvoyeuse de discours scientifique, bien souvent militant, sur le mouvement zapatiste. Le genre a filtré jusqu’au discours et à la pensée de ce mouvement indigène qui a contribué à l’éclosion d’un féminisme indigène et au développement des études sur les femmes indigènes au sein de l’académie (Rodriguez Aragon, 2010).

11Les travaux anthropologiques nous informent sur l’évolution de la pensée et de la théorie féministe au contact du genre. Marcela Lagarde ou Marta Lamas, deux des grands noms de l’anthropologie féministe actuelle, connurent une relation fort distincte au concept de genre. La première n’a employé que tardivement le concept et sans toutes ses implications alors que Marta Lamas en faisait un élément central de sa pensée et de sa réflexion dès 1986. Son pre­mier article sur la « catégorie genre » (Lamas, 1986 : 173-198) fut un des plus importants de la décennie pour l’anthropologie latino‑américaine et fut largement commenté. Marcela Lagarde écrivit son ouvrage majeur à la fin des années 1980 et le publia en 1990 (Lagarde, 1990). Elle utilisait largement les concepts du marxisme scientifique, Gramsci et la psychanalyse, notamment Lacan. Au cours des années 1990, l’utilisation du genre progressa remarquablement et Marcela Lagarde s’y référa constamment par la suite, discutant également de sa valeur scientifique et heuristique (Lagarde, 1996). L’anthropologie des années 1990‑2000 est deve­nue profondément irriguée par le genre. Les débats au sein des sciences sociales sont, eux, permanents. Si l’on devait définir la profonde mutation par rapport aux études féministes militantes des années 1980, l’explosion de réflexions et de recherches sur le genre dépassant le cadre du féminisme pour innerver l’ensemble des sciences sociales serait certainement la transformation majeure produite par l’introduction du genre (Montecino, 1996 ; Perez-Gil & Ravelo Blancas, 2004). Il est certainement contestable de parler d’une anthropologie féministe en soi tant les travaux féministes furent fréquemment transdisciplinaires. Les travaux s’intéressant plus particulièrement aux transformations que le genre a fait subir aux études féministes (Perez-Gil & Ravelo Blancas, 2004 : 7) nous permettent de saisir ce qui se joue théoriquement et épistémologi­quement. Perez-Gil et Ravelo posaient clairement que les études féministes possédaient un biais centré sur la « femme‑victime », lequel empêchait le développement de concepts « plus ouverts, plus amples et plus précis » (ibid.). Les implications politiques et épis­témologiques revenaient « à faire disparaître "la femme" comme catégorie substantive et à la resignifier dans la catégorie relation­nelle "genre", elle a perdu une partie de son caractère subversif et émancipateur » (ibid.). Cette formulation est sans doute la plus fréquente dans le champ des études féministes/féminines. Elle rap­pelle ce que le centrage sur les femmes en tant que science militante a possédé d’émancipateur et de subversif dans le champ de l’anthropologie mexicaine, comme dans le reste des sciences sociales. On ne peut cependant qu’admirer l’explosion exponen­tielle de travaux genrés au sein de l’anthropologie mexicaine, en partie permis par la relative déradicalisation des études féministes et la généralisation non‑féministe de l’utilisation conceptuelle du genre. La démographie, la santé publique, la sociologie, l’histoire, la philosophie furent également radicalement touchées par le genre et ont permis de nets gains en termes d’interdisciplinarité. Peu d’études excluent aujourd’hui une approche épistémologiquement genrée bien que leur focale ne soit pas prioritairement axée sur celle-ci (Cordero Diaz, 2007). Marta Lamas, elle, posait le pro­blème de la « fétichisation » du genre et de sa mauvaise utilisation par les féministes elles-mêmes (Lamas, 2002 : 163-182). Elle y traitait la non‑problématisation du genre comme catégorie‑valise qui a distendu les capacités signifiantes du concept jusqu’à ne plus permettre une identification claire de ses attributs. Comme le signalait Lamas, l’utilisation de género ne se réfère pas toujours à la construction sociale des sexes et des rapports sociaux de sexe mais en vient à se substituer à toutes les catégorisations de sexe ou à l’identité sexuée. Les critiques de certains usages du genre ne provinrent pas uniquement de chercheures dites « radicales » mais sont réellement diverses et témoignent de la profonde réflexion engagée sur la théorie et les concepts du genre au Mexique :

Je trouve que le « genre » tel qu’il est de mode en ce moment, notamment avec Judith Butler, n’est pas très empirique, ni proche du réel. Elle méconnait l’histoire et aurait besoin de revenir à des bases plus structurelles. Le gender de Butler, c’est quelque chose que personne ne vit concrètement. En Amérique latine, par exemple, ce sont des sociétés très stratifiées où on ne vit pas les mêmes relations de genre, pas la même culture. L’histoire pèse très différemment sur les femmes indigènes et sur les bourgeoises de la capitale ! (entretien avec Teresita de Barbieri, chercheure à l’UNAM de México, décembre 2005).

  • 10 Certaines publications du groupe de recherche ONG GIMTRAP tombent parfois dans ce travers, bien que (...)

12Le principal écueil méthodologique et théorique consiste fréquemment à présenter une étude essentiellement sur les femmes, et ce dans une perspective non dialectique et relationnelle, comme une étude de género10. Partant d’une stratégie de fonte conceptuelle et politique dans les grandes lignes des organisations internationales, la reformulation des études féministes sous forme d’« études sur le genre » a progressivement conquis les espaces institutionnels et s’est imposée comme la formulation légitime des études sur les femmes/féministes. Accepter une refonte politique du féminisme académique a permis de s’inscrire dans le mainstream international mais aussi de réduire l’hostilité envers ce champ d’études dans les universités :

Nous sommes toujours très contestées et minorées au Colegio de México. Beaucoup de collègues, et pas seulement des hommes, considèrent qu’un programme sur les femmes n’est pas très scientifique. La santé reproductive, le genre, les sexualités sont plus aisément intégrés à la santé publique ou à la démographie que des études « sur les femmes ». Mais les progrès généraux des « études sur le genre » ont bénéficié à toutes et à la recherche féministe (entretien avec Mercedes Barquet, Colegio de México, septembre 2005).

  • 11 Entretiens privés avec Estela Casados et Cristina Millán de l’université de l’État de Veracruz.

13Produits de stratégies politiques et scientifiques, les études sur le genre sont aujourd’hui largement présentes dans le monde académique latino-américain. Les gains en termes de réflexion scientifique, de développement de l’enseignement, comme de diffusion du féminisme sont indéniables. La production scientifique est devenue considérable et dispose de nombreux canaux de diffu­sion et de production (universités, ONG, institutions publiques) qui établissent le genre dans une légitimité certaine. Dans le cas de mon expérience de terrain au Mexique, j’ai eu l’occasion de devenir familier de l’université de Veracruz à Xalapa, ville où j’ai travaillé comme consultant dans une ONG. Cette expérience m’a permis de participer à des cours et à des séminaires de recherche. Dans cette institution académique de province possédant une certaine renom­mée, le genre s’est imposé sous la forme de cours, spécialisation et séminaires. J’ai recensé trois espaces où les anthropologues mexicaines ont pu développer des ouvertures sur les études du genre. Ils attirent un nombre restreint d’étudiantes et le mépris des collègues, masculins notamment, est assez fréquent quant à la sup­posée non‑scientificité du genre11. Au niveau local les liens et le fonctionnement en réseau permettent un nombre d’actions considérable : des chercheur-e-s de l’institut local de santé publique ont clairement une approche genrée et collaborent avec les chercheur-e-s en anthropologie. L’Instituto Veracruzano de las Mujeres, entité publique dépendante de l’État, commande également des recherches et contribue parfois à dynamiser les liens entre groupes de recherches. Le CIESAS del Golfo (Centro de Investigación y Estudios Superiores en Antropología Social), qui compte peu de chercheur-e-s, a néanmoins un axe de recherche sur le genre et accroît la communauté locale des chercheur-e-s en « études sur le genre ». Ainsi, même en l’absence d’institutions au niveau local académique, une communauté de chercheur-e-s sur le genre existe et partage parfois des espaces universitaires comme les séminaires ou se retrouve lors des présentations de livres pour échanger.

Le genre neutre de la pratique technocratique

  • 12 Jai eu récemment connaissance de l’ouverture à Mexico d’un centre culturel sur les estudios de gén (...)
  • 13 Au sens bourdieusien du terme. Cf. Bourdieu (1972).

14Corollairement au genre académique, le genre technocratique a également pris forme à travers de nombreux programmes sociaux et politiques publiques. Ces politiques s’expriment sous la forme de la perspectiva de género qui n’est pas une théorie unifiée du genre ni un courant de pensée mais une mise en pratique bureaucratique de savoirs sanitaires ou juridiques sur le genre. C’est donc la version technocratique du genre et du féminisme qui revient fréquemment dans les discours publics mexicains comme dans la littérature. De nombreuses féministes, les plus productrices de réflexions théoriques, ont fait l’effort d’élaborer une réflexion conséquente sur ce qu’implique ce dernier artefact reprenant les travaux féministes et anthropologiques pour en faire un produit de politique publique nationale12. La perspective de genre prend en compte les différentiels de vie et de traitements entre hommes et femmes dans l’élaboration des politiques publiques. L’idée d’une « perspective de genre » qui se substituerait au « genre » et à la complexité des études et théories anthropologiques, sociologiques et philosophiques qui ont cours dans le champ pose question. L’incompatibilité du genre et de la perspective transparaît parfois dans les discours féministes. C’est une forme de bréviaire du genre qui permet d’aspirer à une analyse scientifique sans prendre la peine de produire des analyses contradictoires ou de remettre en question les usages nomothétiques de ce genre tronqué en abstraction de programmes de gouvernance sociétale. Ce genre de la « perspective de genre » devient un genre pratique13. Un genre qui est produit par le travail technocratique comme réalité. Le genre devient un élément comptable qui vient rejoindre l’ethnie, les revenus par tête ou l’impact environnemental. Ce genre comptable devient brevet de féminisme pour des générations entières de jeunes salariées des ONG qui adoptent une pratique politiquement ambigüe sans avoir la maîtrise des effets mêmes de son utilisation. « Perspective de genre » est ainsi devenue synonyme de « prendre en considération la position subordonnée des femmes ».

15Alors que le genre est pris dans les contradictions de son rap­port au sexe (Mathieu, 1991 : 205-213) et de la production sociétale de multiples arrangements du sexe-genre (Mathieu, 2007), la « perspective de genre » tend à entériner la permanence biologico‑ontologique des différences en faisant de cette perspective une vue désarticulée dans laquelle les hommes disparaissent et les femmes deviennent le seul objet de politique sociale. Ainsi s’opposent le genre, production sociale, sexe social (Mathieu, 1991 : 210), et la « perspective de genre » qui est un outil d’affirmative action contestable mais obtenant un ample succès dans le design des politiques publiques.

16La « perspective de genre » c’est prendre en compte la place, la position des femmes dans la mise en œuvre de politiques d’aide, de santé, voire lorsqu’il s’agit de négocier une plus grande entrée des femmes dans les assemblées locales et fédérales. Par le biais de l’action d’un grand nombre de militantes, la « perspective de genre » est devenue un outil de conversion théorique et axiologique de pratiques médiatiques, politiques et institutionnelles, marquant dans le champ politique la victoire idéologique du genre sur les femmes comme actrices politiques.

Conclusion

  • 14 On se reportera notamment aux travaux de Benno de Keijzer, Matthew Guttmann ou Guillermo Figueroa q (...)

17Avoir une « perspective de genre » est devenu le lot des ONG qui sous-traitent les politiques publiques mais peut également être exprimé dans un cadre plus académique selon des modalités plus fines. Un des principaux bénéfices du genre est d’avoir permis un développement, certes modeste, des études sur les masculinités. L’exploitation du potentiel théorique du genre a largement profité aux chercheurs masculins désireux d’ouvrir de nouvelles voies heuristiques en matière de sexualités notamment14, ce que les études féminines ne permettaient pas toujours, en égalisant − parfois en essentialisant – les positions et situations des femmes. Le genre est aujourd’hui « transversalisé » dans les politiques publiques et enseigné dans le système scolaire aux adolescents, comme la production sociale des identités sexuées. Le mainstreaming va au-delà des seuls ministères et des politiques publiques et atteint la formation civique et scientifique de l’éducation secondaire mexicaine.

18La réalité est bien souvent complexe et il est difficile de dépeindre l’ensemble des rapports qui unissent sexe et genre. La spécificité mexicaine se situe plus dans la quasi absence de la catégorie « sexe » et l’importance de la catégorie « femme » dans la première phase historique des études féminines. Les travaux poursuivant les études féminines et féministes ont intégré le genre comme catégorie d’analyse tout en maintenant leur caractère militant. Les études sur le genre portent encore majoritairement sur les discriminations et inégalités que vivent les femmes mais ont intégré également la classe, les catégories d’âge, l’ethnie et les orientations sexuelles. C’est surtout dans le cadre de l’État mexicain que le genre a « gommé » les femmes dans une optique de minorisation des inégalités de genre dans la société mexicaine, notamment par la droite conservatrice au pouvoir. Il y a ainsi un genre académique qui s’est ouvert sur un nombre de problématiques et d’objets toujours plus vastes et un genre des politiques publiques qui tend bien souvent à essentialiser les rôles de genre. Reste que l’on ne peut véritablement parler du « genre » ou d’un « genre », car la production mexicaine est complexe et les auteur-e-s en font un usage parfois aussi immodéré que les institutions étatiques qui miment le discours scientifique pour légitimer une politique publique à l’échelle internationale.

Haut de page

Bibliographie

ACEVEDO M., DEL VALLE A., LAMAS M., SÁNCHEZ M. E. & ZAMARRÓN G., 1977. « Piezas de un rompecabezas », Revista Fem, vol. II(5) oct.-déc. : 23.

ALVAREZ S., 1998. « Latin American Feminism "Go Global"; Trends of the 1990’s and Challenges for the New Millenium », in alvarez e., dagnino e. & escobar a. (eds), Cultures of Politics, Politics of Culture. Re-visioning Latin American Social Movements. Boulder, Westview Press : 293-324.

ARIZPE L., 1975. Indigenas en la ciudad : el caso de las Marías. México, sep.

BARTRA E., 1999. « El movimiento feminista en México y su vínculo con la academia », La Ventana, 10 : 215-235.

BARTRA E., 2000. « Tres décadas de neofeminismo en México », in Feminismo en México ayer y hoy. México, uam.

BONFIL P., SUÁRES B., 2000. « Género, empoderamiento y sustentabilidad », in Una experiencia de microempresa artesanal de mujeres indígenas. México, gimtrap.

BOURDIEU P., 1972. Esquisse d’une théorie de la pratique. Paris, Minuit.

CARDACI D., GOLDSMITH M. & PARADA-AMPUDIA L., 2002. « Los programas y centros de études féminines y de género en México », in gutierrez C. G. (coord.), Feminismo en México : revisión histórico-critica del siglo que termina. Mexico, pueg : 247-261.

CAULIER M., 2009. Faire le genre, défaire le féminisme. Philanthropie, politiques de population et ONG de santé reproductive au Mexique. Paris, ehess, PhD dissertation.

CAULIER M., 2009. « Dall’internazionalismo marxista al neoliberismo globale : i femminismi messicani tra attivismo continentale e impegno transnazionale, 1970-2000 », Rivista Genesis, vol. viii(2) : 85-108.

CAULIER M., 2010. « The Population Revolution: from Population Policies to Reproductive Health and Women’s Rights Politics », International Review of Sociology, vol. xx(2), july : 321‑346.

CORDERO DIAZ B. L., 2007. Ser trabajador transnacional : clase, hegemonia y cultura en un circuito migratorio internacional. Puebla, buap.

ESPINOSA G., 1992. « Mujeres del movimiento urbano popular, 1983-1985 », in massolo a. (compiladora), Mujeres y ciudades, participación social, vivienda y vida cotidiana. México, El Colegio de México.

FORD FOUNDATION, 1979. Financial Support of Women’s Programs in the 1970s. A Review of Private and Government Funding to the United States and Abroad. New York, Ford Foundation.

FORGUES R., 1999. Mujer, creación y problemas de identidad en América Latina. Merida (Venezuela), Universidad de los Andes.

GARGALLO F., 2005. Las ideas feministas latinoamericanas. México, Edición Fem-e-libros.

GOLDSMITH M., 1997. « Estudios de género : debates metodológicos y epistemológicos », Sociológico, 33 (janv.-avril) : 25-43.

GONZALEZ-SUAREZ M., 1977. « La escuela como modeladora de estereotipos actitudinales en relación a la división del trabajo por sexo », in Memoria del primer simposio mexicano centroamericano sobre la mujer, México.

GUILHOT N., 2005. The Democracy Makers. Human Rights and the Politics of Global Order. New York, Columbia University Press.

LAGARDE M., 1990. Los cautiverios de las mujeres. Madresposas, monjas, putas, presas y locas. México, unam, Coordinación general de estudios de posgrado.

LAGARDE M., 1996. « La multidimensionalidad de la categoría de género y del feminismo », in gonzález marín m. l. (coord.), Metodología para los estudios de género. México, Instituto de investigaciones económicas, Universidad nacional autónoma de México : 48-71.

LAMAS M., 1986. « La antropología feminista y la categoria género », Nueva antropología. Estudios sobre la mujer: problemas teoricos, vol. vii(30) : 173-198.

LAMAS M., 2002. Cuerpo : diferencia sexual y genero. Mexico, Taurus.

LAMAS M., 2006. Feminismo : transmisiones y retransmisiones. Mexico, Taurus.

LAU J. A., DEL PILAR CRUZ M., 2005. « La incorporación de los estudios de mujeres y de género a las instituciones de educación superior. El Programa de Especialización-Maestría en Estudios de la Mujer de la uam-Xochimilco », La Ventana, 21 : 228-251.

LÖWY I., ROUCH H., 2003. « Genèse et développement du genre : les sciences et les origines de la distinction entre sexe et genre », Cahiers du Genre, 34 : 5-16.

MATHIEU N.-C., 1991. L’Anatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe. Paris, Côté-femmes.

MATHIEU N.-C. (dir.), 2007. Une maison sans fille est une maison morte. La personne et le genre en sociétés matrilinéaires et/ou uxorilocales. Paris, msh.

MONTECINO S., 1996. « De la mujer al género : implicancias académicas y teóricas », Excerpta, 2 (avril) : 1-11.

PÉREZ-GIL ROMO S. E., RAVELO BLANCAS P. & S. E. (coords), 2004. Voces disidentes. Debates contemporáneos en los estudios de género. México, ciesas.

RODRIGUEZ ARAGÓN M. B., 2010. Las mujeres totonacas en Veracruz. Perspectiva generacional de su cuerpo, sexualidad y relaciones de género. Xalapa, Universidad Veracruzana.

SCOTT J. W., 1986. « Gender: a Useful Category of Historical Analysis », The American Historical Review, vol. 91(5): 1053‑1075.

UNGO M. U., 1993. « Del feminismo al Enfoque de Genero », fem, 124 (juin) : 7‑12.

TAIN L., 2003. « Corps reproducteur et techniques procréatives : images, brouillages, montages et remue-ménage », Cahiers du Genre, 34 : 171-192.

ZIRBEL I., 2007. Estudos feministas e estudos de gênero no Brasil. Um debate. Dissertação de mestrado do Programa de Pós‑Graduação em Sociologia Política da ufsc, Florianópolis, capítulo 4 : 96-128.

Haut de page

Notes

1  http://cem.ve.tripod.com/sitebuildercontent/sitebuilderfiles/conferenciainaugural.pdf.

2 Ford Foundation (1979). Les fondations donnèrent 83 % des fonds destinés aux programmes de bourses pour les chercheures désirant se former. Parallèlement, la proportion des grants alloués à l’enseignement et à la recherche, fonds privés et publics confondus, représente 70 % des subventions qui sont allées aux activités pour les femmes entre 1971-1976.

3 Les modèles historiques étant les Area Studies et les Behavioral Studies.

4 Des travaux comme ceux de l’Argentine Mirta González-Suárez (1977).

5 Entretiens avec Maria Luisa Tarrès et Teresita de Barbieri, respectivement exilées chilienne et urugayenne depuis les années 1970 (octobre-décembre 2005).

6 Déclaration faite dans la revue FEM par les féministes du groupe MLM : Marta Acevedo, Angelina Del Valle, Marta Lamas, María Elena Sánchez et Guadalupe Zamarrón (1977).

7 Organisme public de financement de la recherche au Mexique.

8 Commentaire d’Estela Casados sur l’article de Joan Scott (1986) qui a introduit la réflexion sur le genre dans les sciences historiques mexicaines.

9 Deux Colegios sont à la pointe des recherches en matière de genre : le Colegio de la Frontera Norte et celui de la Frontera Sur.

10 Certaines publications du groupe de recherche ONG GIMTRAP tombent parfois dans ce travers, bien que la qualité des travaux soit indéniable. Voir par exemple Bonfil & Suárez (2000).

11 Entretiens privés avec Estela Casados et Cristina Millán de l’université de l’État de Veracruz.

12 Jai eu récemment connaissance de l’ouverture à Mexico d’un centre culturel sur les estudios de género, prévue pour le début de l’année 2011. Le centre comprendra 40 000 ouvrages référencés, plusieurs salles et une très grande bibliothèque : www.conaculta.gob.mx/medios/comunicado.php ?id =9814. Consulté le 24/05/2010.

13 Au sens bourdieusien du terme. Cf. Bourdieu (1972).

14 On se reportera notamment aux travaux de Benno de Keijzer, Matthew Guttmann ou Guillermo Figueroa qui ont tous acquis une renommée nationale et internationale en travaillant les masculinités depuis un appareil théorique des gender studies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Caulier, « La conquête du « genre » et l’anthropologie au Mexique », Journal des anthropologues, 124-125 | 2011, 117-136.

Référence électronique

Mathieu Caulier, « La conquête du « genre » et l’anthropologie au Mexique », Journal des anthropologues [En ligne], 124-125 | 2011, mis en ligne le 01 mai 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://jda.revues.org/5287

Haut de page

Auteur

Mathieu Caulier

CERMES/INSERM – 7 rue Guy Môquet, 94801 Villejuif cedex
Courriel : matcaulier@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Journal des anthropologues

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org