Navigation – Plan du site
Le journal

Appels à contribution

p. 445-452

Anthropologie et eau(x)

Sans évoquer son caractère évident de base essentielle de la vie, l’eau constitue l’une des ressources les plus imbriquées dans les rapports sociaux, un aspect qui découle de sa capacité d’établir des connexions entre plusieurs domaines du social : le rapport homme/nature, le milieu, les modes d’organisation du territoire, les institutions, les relations de pouvoir, les perceptions culturelles, les systèmes de valeurs et les identités. Étudier l’eau signifie ainsi appréhender les réseaux sociaux, économiques, politiques, culturels ainsi que les divers types de liens et les formes de dépendance, exclusion, solidarité ou conflit, qui se nouent autour de l’accès à ce bien commun.

Le fort potentiel relationnel de l’eau, couplé à sa « vocation » inter­disciplinaire et comparative, renforcé par son statut d’enjeu crucial et stratégique des dynamiques au cœur des processus de globalisation, tous ces éléments en font un objet privilégié de la réflexion et de la production des connaissances en anthropologie. Pourtant, malgré la présence diffusée de volets consacrés à certains aspects de la gestion de l’eau auprès des sociétés humaines étudiées par les anthropologues (généralement insérés dans un simple souci de complétude de la description ethnographique), les anthropo­logues semblent avoir pendant longtemps sous-estimé cet objet de recherche. Le plus souvent, l’analyse de ce dernier a été principa­lement déléguée à d’autres disciplines (sciences naturelles, sciences politiques, géographie, études urbaines ou de développement, his­toire de l’antiquité). En même temps, lorsque l’anthropologie s’est penchée sur les questions de l’eau, elle l’a fait plus spécifiquement par la perspective d’études sur le symbolisme, en négligeant l’imbrication sociale de l’eau, ses pratiques quotidiennes, sa « vie » au sein des systèmes productifs, ses usages domestiques dans des contextes délocalisés – et cela davantage dans des cas où notre modernisation de l’eau se trouve face à d’autres systèmes environ­nementaux et de valeurs. Il en résulte que la contribution de l’anthropologie aux « études sur l’eau » s’est trouvée reléguée alternativement dans les deux extrêmes d’une approche « folklori­sante », axé sur mythes, cosmologies, croyances, ou d’une tendance à l’usage instrumental de la discipline dans les projets à visée appli­quée.

Ce numéro du Journal des anthropologues entend consacrer un espace de réflexion particulier aux liens multiples que la recherche en sciences sociales, notamment en anthropologie, peut décrypter « derrière » l’eau et « à partir » de l’eau en tant que « médiateur » relationnel, lorsqu’elle en fait un objet central dans sa pratique eth­nographique, dans sa réflexion globale sur les dynamiques sociales, dans l’insertion dans des débats théoriques plus larges. L’objectif est aussi de saisir l’eau en tant que « sujet » (d’activité, d’histoire, de changement) à part entière, une approche qui permet de dépasser la dichotomie nature/culture, société (comme élément qui agit et gère) / eau (comme élément qui subit et est géré). Sujet actif des relations humaines, avec lequel les cultures se sont confrontées en exprimant leur créativité, ce n’est que l’optique déformée du paradigme moderniste à faire de l’eau un objet passif et muet, une « ressource » ou une marchandise simplement inscrite dans la société et gérée par celle-ci. Les anthropologues qui axent leurs recherches de terrain à partir de l’eau et des liens qu’elle établit dans les dynamiques complexes du monde contemporain, sont ici sollicités à susciter un débat commun sur des axes transversaux de lecture du rapport entre ces sociétés et l’eau.

L’eau est aujourd’hui plus que jamais au cœur des agendas poli­tiques et des nouvelles formes de capitalisme et d’appropriation de la nature, en raison des phénomènes de rareté, privatisation et mar­chandisation, « crises » environnementales, agraires et hydrau­liques, collapse ou déstructuration des systèmes coopératifs, intérêts globaux des multinationales et des « hydro-craties », ce qui mène les « eaux locales » à devenir une affaire globale et les systèmes locaux d’usage de l’eau à disparaître ou rentrer en conflit avec des pratiques exogènes. Au-delà de l’apparente « naturalité » de l’eau, bien d’autres dynamiques se cachent derrière la gestion hydrau­lique, qu’une analyse anthropologique des contextes locaux peut aider à faire émerger, en soulignant ce que la traduction par H20 de l’eau implique dans les processus de modernisation.

Le numéro ressemblera les contributions d’anthropologues travail­lant dans divers contextes régionaux (Asie, Afrique, Amériques, Europe) et par des perspectives variées sur des questions d’eau et qui, partant de leurs expériences de terrain, soulèvent un ou plu­sieurs volets d’une réflexion théorique autour de l’apport de l’objet « eau » (et de sa construction) dans l’approche anthropologique au sens large ainsi que de sa relation avec d’autres disciplines. Centralisation/décentralisation, hiérarchie/autonomie, rareté et compétition, « modernisation » et savoirs locaux, marchandisation, libéralisation et systèmes de gestion « commune », interventions pour le « développement » et discours de légitimation de ce dernier, H20 et d’autres modèles socioculturels d’utilisation de l’eau, ce sont les axes principaux (non exhaustifs) autour desquels nous souhai­tons articuler les contributions à ce numéro.

Coordination :
Barbara Casciarri : barbara.casciarri@gmail.com
Mauro Van Aken : mauro.vanaken@unimib.it

Publication : premier semestre 2013.

* *

Édifices remarquables et espaces ordinaires aux XXe et XXIe siècles

En 1969, paraissait le livre de l’architecte Amos Rapoport, House, Form and Culture ; Pour une anthropologie de la maison dans sa traduction française. Il s’inspirait de ses propres observations et de rencontres avec des anthropologues. Son attention se portait davantage sur les architectures vernaculaires que sur les architec­tures dites savantes, modernes ou contemporaines. Depuis lors, l’anthropologie de l’architecture, et notamment des architectures les plus récentes, est restée balbutiante. En France, le nom de Marion Ségaud revient avec trop de constance pour ne pas signifier sa soli­tude. La sociologie a été un peu plus diserte, avec parfois pour effet pervers de jeter l’opprobre sur les professionnels de l’espace et leurs réalisations : la critique des « grands ensembles », où les architectes ont souvent tenu le rôle de bouc émissaire, a entaché les idées du mouvement moderne. Que la sociologie des professions, plutôt qu’un autre champ de la discipline, s’empare également du sujet, et le récepteur peut encore y voir le signe que l’architecte se fait démiurge. Parallèlement, des stars construisent des édifices dits remarquables, écrasant par leur médiatisation la majorité des petits gestes architecturaux, les tentatives pour construire des logements plus spacieux, etc.

Pour ce dossier, c’est la matérialité de la production architecturale qui nous intéresse, en amont les dimensions projectuelles qui conduisent à cette matérialité, pour comprendre ce qu’elle fait au social ou ce que le social lui fait. Les représentations que les architectes se font de la sociologie ou de l’anthropologie seront aussi interrogées, ainsi que l’influence des sciences sociales sur leurs édifices. Bien sûr, il ne s’agit pas de réduire l’architecture à des bâtiments isolés les uns des autres ni d’oublier ce que ces bâtiments créent en creux d’espaces publics : différentes échelles d’appréhension et de matérialité sont envisageables. Il s’agit par contre d’affirmer une attention aux murs concrets, vus du dedans ou vus du dehors, abordés ex nihilo ou abordés in extenso. Dès lors, l’espace gagne une épaisseur et ce sont notamment les raisons de la production contemporaine de cet espace-là dans ses liens avec l’anthropologie qui nécessite de mener l’enquête.

Ce dossier, en souhaitant sortir l’anthropologie de son silence sur les architectures des XXe et XXIe siècles, vise un triple objectif : 1) favoriser une lecture anthropologique sereine des normes et des représentations qui influent sur les conceptions architectu­rales contemporaines ; 2) saisir les rapports ou les écarts entre les espaces pensés et les espaces vécus ; 3) comprendre comment des architectes manipulent des données d’ordre anthropologique.

Ces trois objectifs déterminent trois axes possibles pour les propositions d’article, qui peuvent se décliner comme suit :

– Normes et représentations : questionnement des reconversions patrimoniales ; de la notion de durabilité ; de la prise en compte croissante du « paysage » ; des influences des arts et des techniques sur les productions ; de l’engouement pour l’architecture dite d’urgence ; des préceptes et concepts qui président la fabrique des espaces publics ; du rapport entre architecture remarquable et architecture ordinaire ; des incidences des cultures locales ou glo­bales sur les productions, etc.

– Espaces pensés et espaces vécus : questionnement des espaces tels que les pensent les maîtres d’ouvrage, les maîtres d’œuvre et les différents acteurs qui gravitent autour du bâtiment ou du quartier ; des écarts entre les enjeux projectuels et les réalités d’usages après livraison ; des facteurs d’appropriation individuelle ou collective ; des tensions entre architecture savante et vécus profanes de l’espace ; des écarts entre architectures médiatisées, architectures rêvées, architectures réalisées, architectures vendues et vécus de l’architecture, etc.

– L’anthropologie dans l’architecture : questionnement des niveaux où intervient la pensée anthropologique dans la concep­tion ; des possibilités, difficultés ou rejet des dialogues entre anthropologie et architecture ; des inventions de formes et des transformations d’usages ; de ce qu’ont fait les cuisines ouvertes ou les open space, etc.

Sont attendus des articles en français ou en anglais, émanant aussi bien d’architectes que d’anthropologues ou de sociologues. Ils pourront contenir des développements théoriques, se fonder sur des terrains, des édifices ou des espaces publics précis, ou prendre la forme d’entretiens.

Coordination :
Catherine Deschamps, Bruno Proth 

Calendrier :
Les résumés des propositions (5 000 signes) sont à adresser par mail en format word avant le 1er décembre 2012 aux deux coordinateurs et les articles complets, d’une longueur maximum de 40 000 signes, avant le 1er avril 2013, avec copie à la rédaction du Journal des anthropologues (afa@msh-paris.fr).

Publication : second semestre 2013

Contacts:
Catherine Deschamps: cathdes@club-internet.fr
Bruno Proth: bprothiste@free.fr

* *

Santé globale & globalisation de la santé. Pour une anthropologie des politiques mondiales de santé

Le concept de santé globale, sur un plan historique, recoupe l’histoire des chocs épidémiologiques et de leur circulation. Pourtant, la formalisation de cette notion est plus récente, entrant dans le cadre d’une stratégie de l’OMS visant à assurer une position de leadership dans le domaine de la santé. Alors qu’un des enjeux majeurs du monde contemporain tourne autour des notions de risque et sécurité, la résistance aux menaces est un questionnement qui ne se règle plus au niveau de l’État-nation. Ainsi, la santé globale est un exemple frappant de cette nouvelle donne touchant à l’environnement et à la santé humaine. Le concept de « Global health » dans les institutions internationales renvoie également à une forme de légitimation politique des actions menées au nom « de la planète », de l’humanité toute entière.

Le Journal des anthropologues souhaite revenir sur le rôle des organisations internationales dans l’organisation planétaire de la santé, mais aussi sur celui des grands fonds philanthropiques (Global Fund, Ford, Gates ou historiquement la fondation Rockefeller), comme acteurs centraux des politiques. De même, une véritable anthropologie des acteurs à buts lucratifs de la santé, les grandes firmes pharmaceutiques et les milliers de prestataires privés (cliniques, pharmacies, échoppes africaines), reste à produire pour comprendre les mutations qui touchent les différentes sociétés face à la globalisation des normes et pratiques de santé. Moins qu’une anthropologie des organisations internationales qui est déjà en train de se faire, le journal des anthropologues souhaite privilégier une analyse des conséquences politiques de l’évolution des politiques mondiales de santé, corrélée aux idéologies qui les soutiennent.

Un exemple du renouveau de l’anthropologie de la santé peut se trouver dans les travaux sur les essais cliniques dans des pays du Sud et leur interaction avec les groupes militants , lesquels étudient non seulement les nouveaux opérateurs économiques de la santé, mais également les stratégies des malades dans le but d’avoir accès aux traitements. Les innovations conceptuelles récentes traitent des questions de citoyenneté thérapeutique, de délocalisa­tion/exportations des risques des essais, de gestion globale des pan­démies à travers les programmes mondiaux (PEPFAR, Global Fund) mais aussi de la question du « triage » des malades dans l’accès aux programmes mondiaux. Ces analyses peuvent-elles être générali­sées à d’autres contextes ? Comment produire des concepts opéra­toires au niveau mondial ? Les politiques globales produisent paradoxalement une balkanisation des malades et des maladies, traitées selon une échelle de priorités propres aux objectifs des fonds internationaux sélectionnant des maladies, au détriment d’autres. Comment rendre compte de ces éclatements des statuts et « citoyennetés » des différents malades au sein des mêmes socié­tés ? Quels sont le statut, la place et le développement des normes éthiques dans cet édifice clinique et comment se situe l’anthropologie dans la construction d’une éthique de la clinique ?

Enfin, comment les dynamiques de la santé globale trouvent-elles des répercussions dans le domaine de l’image du corps, de la conception, de la place et de la recherche du bien-être ainsi que de l’idéal de bonne santé ? Par quels mécanismes la santé intègre-t-elle le marché mondial, avec ses contraintes de prix et de coût ? Quelle lecture peut-on en faire dans les disciplines spécialisées telles que la psychiatrie ou la santé sexuelle et reproductive ? L’appel à contribution est ouvert aux communications relatives aux politiques d’« empowerment » du patient dans le domaine sanitaire, aux développements des normes, essais, protocoles thérapeutiques et de leurs conséquences. La montée en puissance des TICE et des réseaux sociaux de santé, le développement de clubs de patients dessinent enfin une nouvelle donne du champ mondial de la santé et favorisent la diffusion des connaissances et les possibilités d’autogestion de la maladie. S’agit-il ici de contre-pouvoirs ? D’effets d’autonomisation du patient ? Ou de prolongations d’une nouvelle idéologie thérapeutique au plus près des patients ?

Coordination : Marie Bonnet, Mathieu Caulier

Calendrier :
Les résumés des propositions (5 000 signes) sont à adresser par mail en format word avant le 1er juin 2013 aux deux coordinateurs et les articles complets, d’une longueur maximum de 40 000 signes, avant le 1er septembre 2013, avec copie à la rédaction du Journal des anthropologues (afa@msh-paris.fr).

Publication : premier semestre 2014

Contacts :
Marie Bonnet : mbonnet@ehess.fr
Mathieu Caulier : matcaulier@gmail.com

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org