Navigation – Plan du site
Dossier

Mettre en ligne un contenu numérique en anthropologie visuelle

Problématiques et méthodes
The Online Publication of Digital Content in Visual Anthropology: Problems and Methods
Christine Dole-Louveau de la Guigneraye et Fabienne Duteil-Ogata
p. 331-356

Résumés

L’étude de la publication en ligne du colloque international « arrêt sur images » (musée du quai Branly, 9-10 avril 2010) propose d’interroger le contenu numérique en anthropologie audiovisuelle à la fois comme exemple de production et de diffusion des savoirs.
Comment produire et diffuser une publication multimédia qui restitue au plus près les intentions de l’ethnologue pour une meilleure modélisation des connaissances et valorisation de la recherche ? Comment allier les choix techniques et scientifiques pour produire un nouvel objet multimédia hybride qui lie différents supports (textes, images fixes, images animées, sons) de natures diverses ?
La publication du colloque en ligne constitue un objet multimédia hybride à part entière qui s’inscrit dans une démarche anthropologique heuristique.

Haut de page

Texte intégral

1L’étude de la publication en ligne du colloque international « arrêts sur images » (musée du quai Branly, 9-10 avril 2010) propose d’interroger le contenu numérique en anthropologie audiovisuelle sous deux registres, à la fois comme exemple de production numérique et comme exemple de diffusion des savoirs. Nous aborderons principalement deux questions : comment produire et diffuser une publication multimédia qui restitue au plus près les intentions de l’ethnologue pour une meilleure modélisation des connaissances et valorisation de la recherche ? Comment allier les choix techniques et scientifiques pour produire un nouvel objet multimédia hybride qui lie des supports de nature diverse (textes, images fixes, images animées, sons) ?

2Pour des raisons didactiques, ces questions seront traitées sous une double approche qui reflète leur lien dans la pratique et la complémentarité des auteurs : la réalisation multimédia et la valorisation de la diffusion. Cette réalisation a été initialement confiée à Christine Dole-Louveau de la Guigneraye qui était la seule webmaster du comité d’organisation. Fabienne Duteil-Ogata a proposé son aide car elle souhaitait mieux comprendre les questions qui sous‑tendaient la création d’une publication en ligne. Cette publication a ainsi donné lieu à un transfert de compétences. La nécessaire explicitation des étapes pour l’une et la formulation de la complexité des opérations pour l’autre nous ont incitées à partager cette expérience dans une publication. Chaque choix ayant des conséquences sur la valorisation des interventions, nous avons choisi de présenter cet article comme un journal de bord en montrant étape par étape les liens entre choix techniques et contenu scientifique.

3Notre propos s’articulera en quatre points. En premier lieu, nous présenterons le colloque sur lequel repose notre travail éditorial, puis nous exposerons les raisons de notre préférence pour le support en ligne par rapport aux autres types de support. Nous expliciterons ensuite les choix techniques afférents à nos objectifs éditoriaux et présenterons en dernier lieu les modalités de sa diffusion pour une meilleure visibilité.

4Il s’agit de montrer comment chaque étape de la réalisation de cette publication en ligne a été motivée par une analyse scientifique du propos des intervenants.

Le colloque international « Arrêts sur images, pour une combinaison de la photographie et du film »1

5Ce colloque international qui s’est tenu au musée du quai Branly les 9 et 10 avril 20102 fait suite à la publication du numéro d’Ethnologie française « Arrêt sur images. Photographie et anthropologie » coordonné par Sylvaine Conord (2007).

6La sociologie visuelle a une histoire institutionnelle bien plus récente que l’anthropologie visuelle et ses praticiens se sentent moins reconnus. De plus, dans ces disciplines, les photographes se sentent également moins reconnus que les cinéastes. Aussi, l’objectif du colloque était de permettre la rencontre et la confron­tation des chercheurs en sciences sociales utilisant la photographie et ceux utilisant le film ou la vidéo afin de stimuler un réseau d’échanges. Le colloque avait également pour finalité l’échange d’expériences et de réflexions sur deux aspects : les manières de produire et d’articuler les images fixes et les images animées et les vertus respectives de ces images et de leur association.

7Aussi, la composition du comité d’organisation3 reflétait la démarche du colloque dans son ensemble. La plupart des membres avaient déjà participé à la publication d’Ethnologie française. Cer­tains étaient plutôt des photographes (Conord, ibid ; Duteil‑Ogata, 2007), d’autres plutôt des vidéastes, cinéastes ou réalisateurs multimédias (Louveau de la Guigneraye & Arlaud, 2007), mais tous étaient confrontés à l’usage du film et de la photographie.

8Ouvrir le colloque à l’international était une autre de nos aspirations. Aussi, neuf des vingt-deux intervenants4 venaient de l’étranger, ils étaient américains, brésiliens, italiens ou japonais. Les échanges se sont donc produits en langue française ou en langue anglaise. De plus, il nous semblait enrichissant d’ouvrir ce colloque à d’autres disciplines que l’anthropologie. Ainsi, le colloque a permis à des sociologues, des spécialistes de la communication et à des artistes d’exprimer leurs points de vue afin de créer de nouveaux échanges.

9Afin de réaliser ce projet, nous avons sollicité plusieurs partenaires5. Toutefois, nous ne mentionnerons ici que les quatre institutions qui jouent un rôle dans la production et la diffusion de la publication numérique des actes du colloque. Il s’agit en premier lieu de la Japan Foundation6 qui a soutenu financièrement la publication numérique des actes du colloque, le musée du quai Branly qui héberge sur son site les interventions audio montées en partenariat avec Phanie, Centre de l’ethnologie et de l’image7. Un autre partenaire nous a rejoints, il s’agit du Cerimes8 et plus particulièrement de Canal U9. Ce dernier nous offre la possibilité d’héberger les données vidéos et d’avoir une diffusion en streaming10, avec une bande passante adéquate. Pour des questions de référencement et donc de valorisation de la diffusion, sur lesquelles nous reviendrons plus loin, il était important d’opter pour un hébergeur de vidéos académiques. Enfin, n’oublions pas, Phanie, Centre de l’ethnologie et de l’image, l’association qui nous accueille et met à notre disposition un lieu et le matériel nécessaire pour travailler à la réalisation de la publication.

10Après avoir présenté rapidement les acteurs du colloque et les partenaires de sa production numérique, abordons en détail les sup­ports de présentation des différents intervenants afin d’étudier la nature des matériaux que nous avons à disposition pour composer cette publication. Selon les intervenants, les supports peuvent varier, mais pour l’ensemble des interventions au colloque, nous disposons de l’enregistrement audio des exposés oraux des partici­pants, des photos (prises ou non par les intervenants), des extraits de films (réalisés ou non par les participants) et des sons. Cette diversité des supports de présentation des interventions qui est le sujet même du colloque demande la production d’une publication qui allie photo, vidéo, son et texte en valorisant le propos socio‑anthropologique des intervenants. Aussi, faut-il trouver un support qui puisse restituer la richesse de cette multiplicité dans un ensemble cohérent.

Le choix du support de publication

11Trois supports de publication s’offraient à nous : la publication papier, la publication offline et la publication en ligne. Ces trois alternatives ont toutes été discutées au sein du comité d’organisation. La première, la plus traditionnelle et la plus répandue, avait pour atout majeur sa reconnaissance institutionnelle qui, de nos jours encore, est synonyme de sérieux et reste la publication la plus valorisée par les chercheurs et les institutions scientifiques.

12Néanmoins, pour de la socio-anthropologie visuelle ce sup­port reste problématique. En effet, si en socio-anthropologie classique l’image a le plus souvent un rôle illustratif, en socio‑anthropologie visuelle c’est l’image qui fonde le propos rédigé. Sur un support imprimé, il est évidemment impossible de publier les supports vidéos et sonores, mais aussi l’ensemble des photos couleur (qui restent chères dans l’imprimerie). De plus, la publication évince également ce qui faisait la richesse du colloque à savoir la combinaison de supports de nature hétérogène et complémentaire constituée par l’ensemble texte-photo-film-son.

13La publication aurait pu être une publication numérique offline comme un DVD multimédia. C’est le choix pour lequel nous avions opté dans un premier temps, lorsque nous avions demandé une subvention à la Japan Foundation. Un tel support posait le problème de la diffusion de la recherche en termes de distribution, d’accessibilité, de codage des données qui ne pouvaient qu’entraver sa valorisation. Toutefois un DVD multimédia est un objet physique clairement identifiable, comme n’importe quel support imprimé. Il permet de rassurer certains chercheurs face à la virtualité des diffu­sions en ligne et donne un sentiment de pérennité. Pourtant, ce qui semble un avantage à première vue se révèle être un inconvénient quand la question est approfondie.

14En effet, les supports sont en perpétuelle mutation. À l’heure actuelle, le DVD tend à disparaître au profit du Blu-ray qui valorise les images de haute définition, tout comme les VHS ont disparu au profit des DVD. Le vieillissement des supports numériques et le changement de plus en plus rapide des formats réduisent la durée de consultation qui est directement liée à la durée de vie des équipements de lecture. De plus, les standards de codage vidéo sont des obstacles pour la diffusion internationale. En effet, en Europe, le format de diffusion standard est le PAL alors que sur le continent américain et au Japon, le NTSC est la norme. Cette norme n’a pas d’influence dans le cadre d’une lecture sur ordinateurs mais en a sur les téléviseurs. Si en Europe la plupart des téléviseurs sont multistandards, ce n’est pas le cas aux États-Unis.

15De plus, d’un point de vue matériel, la gestion de la distribution de ces supports offline est également problématique pour une équipe de chercheurs. Elle demande une rigueur logistique durable que nous n’étions pas sûrs de pouvoir assurer.

16Enfin, la valorisation de la recherche avec un support offline est réduite car, à l’heure où de plus en plus de publications scientifiques sont directement accessibles en ligne, seules les personnes qui auraient commandé l’objet y auraient eu accès.

  • 11 La question du débit Internet est importante, en particulier dans les pays émergents qui ne sont pa (...)

17Ainsi le choix le plus pertinent par rapport au sujet et à la diffusion de la recherche était une publication en ligne accessible du monde entier, de tout système d’exploitation connecté à Internet, si possible équipé d’une liaison haut débit pour les diffusions vidéos11.

18Une publication en ligne permet de combiner les différents supports d’écriture présentés lors du colloque et de valoriser la recherche par une accessibilité internationale. De plus, par les mises à jour de l’interface créative, une telle diffusion offre une adapta­tion constante aux nouveaux ordinateurs, nouveaux systèmes d’exploitation et aux nouvelles capacités des navigateurs. Toute­fois, ce type de support rencontre des résistances face aux nouvelles formes de diffusion et d’écriture. Pour certains auteurs, la validité scientifique d’une recherche est toujours liée à une publication imprimée. Les praticiens de l’anthropologie visuelle connaissent bien ce problème (Macdougall, 2004). Ils n’ont jamais réussi à ce que leurs réalisations soient considérées au même titre que des publications écrites. Nous n’entrerons pas ici dans ce débat qui mérite à lui seul un article. La question des droits d’auteur peut également être problématique pour les chercheurs qui fondent leur intervention sur des créations qui ne sont pas les leurs. Chaque insertion d’une photographie ou d’une vidéo doit faire l’objet de l’autorisation de son auteur. Cette question s’est posée par exemple pour Alain Mons dans son intervention « Effleurer le réel. Le transit artistique des images : photo/vidéo/interstice »12 qui mettait en regard des photographies et des vidéos que seul Lin Delpierre l’avait autorisé à présenter. Néanmoins, il est possible de contourner la question des droits d’auteur à partir du moment où cette création est déjà en ligne sur un autre site, en l’insérant dans son contexte d’origine. C’est le choix pour lequel nous avons opté dans la mesure du possible pour ne pas priver la restitution d’une intervention du sujet essentiel de son propos : l’image fixe et animée.

19Ainsi, seule une publication en ligne nous permettait de transmettre l’entrelacement des approches audiovisuelles fixes et animées qui étaient le sujet du colloque en assurant une large diffusion.

Les choix techniques

20Le choix d’une publication en ligne ne résout pas pour autant la question des options techniques qui sont toutes sujettes à débats. Un site statique ou un site dynamique était-il plus adapté ? Comment allions-nous concevoir l’architecture de la publication ? Comment la diversité des interventions et des supports allait-elle orienter nos choix de codage informatique ?

Un site statique ou dynamique ?

21Le choix d’un site statique ou dynamique n’est pas seulement technique. Il influe sur le futur du site. Visuellement, un internaute ne voit pas la différence entre un site statique et un site dynamique. Un site statique est composé de pages autonomes créées indépendamment les unes des autres. Un site dynamique est un site dans lequel les pages qui s’affichent sont composées d’éléments différents qui s’affichent en fonction des requêtes des visiteurs.

22Un site statique se construit plus rapidement et plus facilement, mais il est bien moins modulable. Par contre, si un site dynamique demande davantage de temps et de réflexion au moment de la conception ainsi qu’un codage rigoureux, il est conçu pour faciliter son évolution.

23L’objet du colloque « Arrêt sur images » était aussi de stimuler un réseau international de chercheurs débattant des usages de différents supports de la socio-anthropologie visuelle, les options participatives offertes par les sites dynamiques correspondaient donc plus à notre objet.

24Les requêtes des sites dynamiques sont créées avec un langage de script différent des langages html utilisés pour le contenu ou css et JavaScript pour le graphisme. Sans système de gestion de contenu, la réalisation de tels sites demande des connaissances complexes en programmation.

25Rappelons que le premier système de gestion de contenu (communément appelés CMS) a été créé en 2000. Depuis, le nombre de CMS n’a cessé de croître, chacun ayant des caractéristiques spécifiques. À l’heure actuelle, les sites de la plupart des institutions sont construits avec des CMS, c’est également le cas des blogs, comme ceux hébergés par le portail Culture Visuelle13.

26Dans le cas de cette publication en ligne, nous avions fixé quelques impératifs. Nous voulions un CMS stable mis à jour fréquemment, internationalement utilisé, en particulier au Japon pour la question de la compatibilité avec les caractères japonais. La présence de plusieurs intervenants japonais et le soutien de la Fondation du Japon motivaient ce choix. Nous souhaitions également proposer aisément un site multilingue pour valoriser internationalement le propos et les réalisations des intervenants. En effet, la majorité des publications en ligne reproduisent la structure de publications sur papier et nous souhaitions valoriser le plus largement possible la démarche de la socio-anthropologie visuelle.

27Nous avons examiné plusieurs CMS parmi les plus connus : Spip, Wordpress et Joomla.

28Nous avons opté pour Joomla qui était le seul à répondre à l’ensemble de nos besoins : Joomla est répandu en Europe, au Japon et aux États-Unis. Ceci nous permettait de pouvoir proposer des menus en japonais sans dysfonctionnements liés à des problèmes de codages de langues. Depuis la version 1.6, Joomla propose un module « language switcher » destiné à développer des sites multilingues. De plus, de nombreux modules complémentaires liés à la valorisation des images et des sons existaient et nous offraient de nombreuses possibilités pour valoriser les données des auteurs.

L’architecture du site

29Après avoir choisi ce CMS pour créer ce site dynamique, il nous fallait concevoir l’architecture du site. La construction de l’architecture des bases de données du site et, parallèlement, les choix ergonomiques pour l’internaute ont constitué la première étape.

30Dans l’architecture interne du site, nous avons opté pour la création de catégories par auteur réunissant l’ensemble des données tels que les textes, les photos, les vidéos, les sons. En effet, chaque auteur ayant sa propre démarche, sa propre combinaison d’images fixes et animées, nous avons choisi de favoriser la logique interne de chaque intervention plutôt que de créer un modèle général. Un tel modèle serait allé, selon nous, à l’encontre de la créativité audiovisuelle de chaque auteur.

31Nous avons choisi de proposer des entrées thématiques liées au programme du colloque pour correspondre à sa structure (photographier et/ou filmer ; prises de vue(s) ; fixer l’animé, animer la fixité ; associer les images) et des entrées par intervenant pour les internautes cherchant plus spécifiquement un auteur.

32Ainsi, la page d’accueil est constituée par une présentation du colloque, de sa démarche scientifique, rédigée par Sylvaine Conord14. Un menu commun à toutes les pages propose une présentation par titre d’intervention, une présentation par interve­nant, une présentation de l’organisation avec le comité scientifique, un module de langue qui permet d’accéder à la version du site dans d’autres langues. Ajoutons que la structure des autres versions est la même que celle de la version française.

33Notre objectif était avant tout de valoriser les interventions. Aussi, afin que le design du site ne prenne pas le dessus sur les interventions et que la luminosité soit satisfaisante pour la lecture, nous avons opté pour un fond blanc. Nous avons repris l’orange et le gris utilisés lors de l’appel à projet pour faire ressortir les titres et modules composant la page. Depuis quelques années, la question de la diversité des tailles d’écrans crée de nouvelles contraintes pour les concepteurs de sites. Un site doit s’afficher de manière tout aussi claire et lisible sur un ordinateur à très grand écran, à écran moyen, à petit écran (netbooks, tablettes) ou à tout petit écran (smartphone). C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de construire le site de façon proportionnelle, qu’il s’agisse des textes, des images fixes ou des polices de caractères.

34Cet impératif que nous avons voulu prendre en compte complique fortement le travail de conception et de programmation. En effet, tous les typographes le savent, la taille des polices de caractère et la longueur des lignes influent sur la lisibilité. Les maquettistes savent que les contraintes sont différentes entre un grand format et un petit format. Les cinéastes savent également que si les plans serrés sont très lisibles sur un petit écran, ce n’est pas le cas des plans larges dont le sens est plus fort sur grand écran. Notre travail étant expérimental, notre choix a été de traiter différemment la proportion du texte, de la maquette, des images fixes et animées.

35Afin de consacrer l’essentiel de l’écran à l’intervention, nous avons décidé de créer un bandeau reprenant les références de l’intervention en français et en anglais et la photo de Sylvaine Conord utilisée sur l’appel à projet.

36Dans cette même optique, nous avons choisi de réaliser un menu déroulant en JavaScript en choisissant un module complémentaire de Joomla.

37Outre l’architecture globale du site, la composition de chaque page implique des choix qui ont été l’objet d’échanges au sein de l’équipe.

38La composition de base de chaque intervention comporte des données communes : le résumé en français et en anglais, l’article, la version audio de l’intervention, la version vidéo de l’intervention et un module de rédacteur permettant aux intervenants de se connecter aux domaines réservés du site et de modifier ainsi à leur gré la présentation de leur intervention.

  • 15 Par exemple, les téléphones portables ou les baladeurs DVD.

39Ainsi, pour chaque intervention, trois entrées complémen­taires mais dissociables sont accessibles : le texte, l’intervention audio également téléchargeable sur un lecteur MP3, l’intervention vidéo également accessible sur lecteur vidéo mobile15.

40Ces trois entrées permettent à l’internaute d’aborder l’intervention de manière différente et de l’approfondir ou non.

41Chaque page comporte par ailleurs la combinaison des données propres à chaque intervention et qui en fait sa spécificité : photos seules, photos présentées en diaporama, vidéos, sons.

42Ces choix sont faits lors de la réalisation multimédia de chaque page selon les indications et en accord avec les intervenants. Il s’agit d’une réflexion commune qui est l’occasion d’expliquer aux auteurs les impératifs techniques de la diffusion en ligne et de leur proposer plusieurs options en fonction de leur propos. Nous avons noté une surprise agréable de la part de plusieurs intervenants qui n’avaient pas envisagé que la publication vidéo leur serait offerte.

La diversité des supports

43D’une manière générale, mais plus encore lorsqu’une intervention est fondée sur de l’audiovisuel, la maîtrise de chaque écriture est essentielle pour respecter les propos des auteurs et artistes. En effet, la compréhension du propos et des impératifs imagétiques permet de faire les choix de codage adéquats pour mettre en évidence l’intention de l’auteur lors de l’intervention.

44Rappelons qu’en informatique, chaque information corres­pond à des données binaires. Ceci est vrai pour les ordinateurs et les navigateurs. Ce que nous visualisons est leur transcodage par les navigateurs. Une difficulté pour les webmasters est de s’assurer que leur réalisation s’affichera de manière satisfaisante sur tous les ordinateurs et navigateurs. La normalisation des codages est essen­tielle et a abouti en 1994 à la création du W3C16 chargé de normaliser et de promouvoir la compatibilité des technologies. Depuis, les membres du W3C continuent à valider les nouveaux codages en fonction des avancées techniques.

  • 17 Le navigateur qui a longtemps posé de nombreuses difficultés aux développeurs était Internet Explor (...)

45Tous les navigateurs ne respectent pas les recommandations du W3C, ce qui oblige les développeurs ayant codé rigoureusement leur site à créer quelques exceptions dans leur code pour que l’affichage soit satisfaisant17.

46Aussi, une des préoccupations essentielles des webmasters est de veiller en permanence à la compatibilité de leur codage avec différents navigateurs. C’est pourquoi un travail de codage strict est nécessaire pour le texte, les photos, la vidéo et les sons.

– Le texte

47Le travail sur le texte a fait l’objet d’échanges particulière­ment fructueux au sein de notre équipe, en particulier sur l’impact du codage dans la transmission du sens. Dans un site web, le codage du texte est double. Il s’agit de coder le texte d’un point de vue sémantique avec le langage html, et d’un point de vue gra­phique avec le CSS. Dans un site rigoureusement codé, le texte est codé uniquement en html avec des liens vers la feuille de style css.

48Tout d’abord, l’écriture en html ou le codage d’un texte en html implique une nouvelle forme de rédaction. En effet, on n’écrit pas pour une publication imprimée comme pour une publication numérique.

49La nature du support (numérique) modifie le contenu, notamment du fait de la lecture sur écran : la position de lecture se fait par fenêtre, ce qui induit des contraintes et des limitations sur l’organisation de la mise en page du texte (perte de la structure feuilletée, défilement vertical et déplacement latéral des pages écrans).

50Sur écran, la lecture n’est pas linéaire, mais hypertextuelle, c’est-à-dire que l’on ne tourne pas les pages mais que l’on se déplace par clics sur des liens hypertextes. L’hypertexte favorise l’écriture fragmentaire et discontinue. Le lecteur peut s’introduire dans le texte à différents niveaux, il s’agit plus d’une lecture de consultation que d’une lecture longue. Ce mode de lecture nous semble particulièrement intéressant à développer dans le cas d’une restitution en socio‑anthropologie visuelle. En effet, selon nous, les écrits en socio-anthropologie visuelle ne peuvent se passer du support audiovisuel qui le fonde, contrairement à une démarche socio-anthropologique classique qui pourra utiliser des images comme illustration. Un propos sur les écritures audiovisuelles sans extraits empêche le lecteur de faire sa propre lecture de l’image, de confronter sa lecture de l’image à celle de l’auteur du texte. La lecture de consultation est ce qui se passe spontanément lors de la lecture d’un texte sur un film et du visionnage concomitant de certaines séquences auxquels les écrits se réfèrent. Le propos de cette publication étant la restitution d’une réflexion sur la socio‑anthropologie visuelle, cette approche du texte nous semblait correspondre à sa place au sein du propos d’ensemble.

51Selon Mark Heyer (Salaün & Vanderdorpe, 2004 : 50), la lecture sur Internet relève du mode de chasse. Il s’agit d’un mode de lecture qui reflète la volonté de trouver des informations précises sur un sujet afin de les intégrer à ses connaissances. La lecture est rapide et se polarise sur la hiérarchie de l’habillage, comme dans le journalisme qui pense au lecteur dans une stratégie de diffusion. Il s’agit d’adopter une politique de mise en valeur de la page et à multiplier les points d’entrée. Ces points d’entrée sont les points par où commence le texte : le titre, le sous-titre, la légende, les illustra­tions, les intertitres pour capturer le regard. Cette hiérarchisation des niveaux de lecture est directement liée aux références par les balises qu’on attribue en html, par exemple les balises de titre et de listes.

52Ce codage par les balises html contient une part d’interprétation du texte par les choix de valorisation qui ne sont pas forcément énoncés par les auteurs. C’est la raison pour laquelle il est important d’en maîtriser le sens, de comprendre les motivations scientifiques de l’auteur pour valoriser son propos.

– Les photos

53Le travail des photos est lui aussi double. Il y a d’une part, le travail de compression, de style, et d’autre part, de codage html avec l’importance pour le référencement des balises alt et title.

54Rappelons que depuis les débuts du web, deux formats de compression mêlant qualité et rapidité de chargement se sont imposés : le GIF pour les graphismes, les photographies présentant peu de nuances et les transparences, et le JPEG pour les images plus nuancées. À ces deux formats s’est ajouté par la suite le PNG qui réunit la qualité de compression des nuances du JPEG et la possibilité d’avoir des transparences. Aussi, chaque photo doit être traitée et compressée en choisissant le format qui associera la meilleure qualité de rendu pour la plus petite taille afin d’en accélérer le téléchargement.

55Comme nous l’avons abordé plus haut, de nos jours, un enjeu important est celui des valeurs relatives des supports graphiques. Cette question est essentielle pour des sites dont l’objectif est d’articuler textes et images : la taille du texte doit rester lisible et la photo doit être proportionnelle à la taille de l’écran afin de laisser au texte sa place tout en restant elle aussi lisible. Il s’agit dès lors de proposer à l’internaute d’agrandir les photos grâce à des requêtes ponctuelles.

56Dans le cas où un auteur se référerait à de nombreuses photos, la mise en page nécessite de recourir à des galeries de photos ou des diaporamas. Visuellement, la différence est minime, mais techni­quement, il n’en est pas de même. En effet, une galerie de photos intègre chaque photo dans une animation grâce au langage JavaScript alors qu’un diaporama est plus souvent restitué dans le langage Flash et est perçu par les navigateurs comme un objet autonome.

  • 18 Dans ce type de contexte, la question du piratage des données est, selon nous, secondaire. Quelle q (...)

57Les choix entre les deux formes ont dû être expliqués aux auteurs afin qu’ils décident en connaissance de cause. Une galerie de photos permet un bon référencement de chaque photo et une rapidité d’affichage. Son inconvénient majeur est de permettre un téléchargement facile de chaque photo alors qu’un diaporama complique le piratage18 des photos mais ne permet pas leur référen­cement. De plus, le diaporama est plus long à s’afficher. Certains auteurs voulaient protéger leurs photos d’un téléchargement trop facile. Nous leur avons donc proposé un diaporama. Pour les autres auteurs, nous avons préféré opter pour une galerie photo. En effet, elle est beaucoup plus souple, conforme au W3C et n’implique pas de problèmes de compatibilité de plug-in Flash.

58Par ailleurs, l’intégration des images se fait également au niveau du nom de la photo et de sa description dans le codage html. Un nom explicite et une description de la photo dans les balises alt et title lui permettront d’être mieux référencée dans les rubriques « images » des moteurs de recherche.

– Les vidéos

59Les vidéos ont également nécessité un travail de montage, de compression et de référencement.

60Nous avons eu à traiter deux types de données vidéos : les vidéos présentées par les intervenants et la captation du colloque.

61Afin de respecter les questions de droits d’auteur, nous avons demandé aux intervenants d’héberger directement leur vidéo sur l’hébergeur de streaming de leur choix. Ainsi, Martino Nicoletti19 nous a proposé un lien d’insertion vers une vidéo hébergée sur Youtube. Quant à Baptiste Buob20 et Virginie Johan21, ils se sont orientés vers Vimeo.

62Ces intervenants étant vidéastes, ils étaient autonomes et notre travail a uniquement consisté à copier l’embed proposé par leur hébergeur. Ces hébergeurs de streaming ont pris en compte les questions de taille d’affichage depuis longtemps. Ainsi, à l’intérieur même du site, il est possible de visionner les vidéos en mode plein écran.

63L’autre point est celui des captations vidéos qu’il fallait monter et diffuser.

64Lors du colloque, deux caméras filmaient simultanément : une caméra latérale filmait l’intervenant et une autre caméra frontale située en haut de l’amphithéâtre filmait en plongée, en plan large ou serré en fonction des moments. Lors du montage, outre l’alternance des plans de l’intervention en fonction du propos, nous avons décidé d’insérer les vidéos présentées par les intervenants dans l’écran afin de compenser la médiocre qualité de la prise de vue éloignée d’une image projetée.

65Au moment où nous avons créé le site, l’hébergement de ces vidéos posait le problème du prix de l’hébergement en streaming de plusieurs heures d’intervention. Phanie, Centre de l’ethnologie et de l’image est ainsi devenu producteur sur Canal U et a accepté de diffuser ces images sur sa chaîne. Outre le montage, ces vidéos ont nécessité une compression et un téléchargement dans le format demandé par Canal U.

– Le son

66La version sonore des interventions a également été diffusée dans la logique de l’utilisation mobile de l’Internet. Les fichiers audio devaient être podcastables afin que des auditeurs puissent les écouter directement ou en différé sur plusieurs supports d’écoute. Les fichiers son enregistrés par le musée du quai Branly ont donc été montés et compressés en MP3 dans cet esprit. Un module de téléchargement a été inséré sur chaque page.

67Le caractère hybride des données multimédias permet le développement de genre icono-textuel qui généralise les relations entre texte et iconographie. Auparavant, ce genre était le fait des pratiques artistiques spécifiques. De nos jours, il est devenu une pratique répandue dans les sites Internet.

68Aussi, différents axes de lecture possibles de l’intervention par des média dissociables et complémentaires sont proposés : son, vidéo de l’intervention, article avec insertion d’images fixes et animées ayant servi à la communication. Les relations entre le son et l’image, le texte et l’image sont donc des modalités de complémentarité et de dissociabilité.

69À chaque page, cette articulation demande un questionnement sur les objectifs scientifiques des chercheurs. Il s’agit de valoriser leur intervention sur un même support, de reproduire en quelque sorte la dynamique d’un colloque où leur propos allait de pair avec les projections de leurs documents.

70Pourtant, ce travail en amont de traitement des données n’assure pas la valorisation de la recherche. Cette dernière dépend directement de la diffusion qui, sur Internet, dépend fortement du référencement.

La diffusion

71Les résultats d’une recherche sur Internet sont issus de calculs d’algorithmes complexes pour classer les données. Le référencement est ce qui permet d’agir sur la visibilité d’une publi­cation en ligne. Le travail de référencement est important car il aura pour conséquence la visibilité ou non d’un site web.

Le référencement naturel

72Le premier référencement se situe au moment de la conception du site et de son codage en html. C’est dans le choix sémantique des balises et, dans une moindre mesure, dans la perti­nence des métadonnées que ce qui a trait au référencement naturel se joue.

73Le premier choix pour assurer une bonne visibilité d’un site est celui du nom de domaine. Les sites aux noms de domaine indépendants des fournisseurs d’accès sont mieux référencés par les moteurs de recherche qui évitent ainsi de prendre en compte trop de sites temporaires.

74La densité des mots-clés recherchés est également importante dans le nom de domaine.

75Le choix du nom de domaine a fait l’objet de réunions et de partage de points de vue entre les différents membres du comité d’organisation.

76Nous avons opté pour anthropology-photo-film-symposium qui nous permettait de mettre en avant la problématique du colloque. Le choix de l’anglais au détriment du français se justifie par le fait que certaines interventions sont en anglais et qu’il s’agit d’un colloque international. Nous avons choisi d’ajouter l’extension -edu (.edu étant réservé aux organismes américains) et .org pour signifier qu’il ne s’agissait pas d’une entreprise commerciale.

77Pour l’hébergement des autres données que vidéos, nous avons fait appel à un hébergeur privé nous permettant ainsi d’avoir un nom de domaine dédié et un espace d’hébergement illimité.

78Les balises particulièrement valorisées par les moteurs de recherche sont les balises de titre (<h1> à <h6>), les balises de listes (<ul> et <ol>) ainsi que les liens. Pour les photos, vidéos et sons, les balises <alt> et <title> permettent un référencement de ces éléments non textuels.

79Ainsi, ce codage ayant un impact sur le référencement, il nécessite de connaître la problématique et les enjeux d’une publication pour mettre en avant les éléments que l’intervenant a favorisés.

80Les métadonnées correspondent aux notices en bibliothèques. Elles ne sont pas visibles par l’internaute mais sont lisibles par les moteurs de recherche dans le code source.

81La catégorie de métadonnées « keywords » est de moins en moins prise en compte dans les moteurs de recherche classiques pour le classement des sites. Par contre, avec l’officialisation des publications en ligne, d’autres catégories de métadonnées sont apparues : titre, créateur, éditeur, sujet, description, langue, etc.

82Pour le référencement des métadonnées, une connaissance de la discipline et du référencement propre au milieu scientifique et à la discipline est indispensable.

Le dépôt légal

83Le choix du type de dépôt légal constitue également un élément majeur du référencement, de la visibilité et de la diffusion d’une publication. Aussi, nous avons porté une attention particu­lière aux différentes formes de législations en vigueur pour les publications numériques.

84Généralement, qu’il s’agisse d’une publication papier ou numérique, deux types de dépôt légal ont cours dans l’édition. Pour un livre ou une monographie, le dépôt légal approprié est l’ISBN : International Standard Book Number, alors que pour un périodique, il s’agit de l’ISSN : International Standard Serial Number. Toutefois, depuis 1997, un système mondial d’identification des documents numérisés a été mis en place : le DOI (Digital Object Identifier). Il s’applique à toute forme de contenu et à toute forme de support, ce qui est particulièrement bien adapté à notre publication. De plus, à la différence de l’ISBN et l’ISSN, le DOI est adapté à une publication numérique évolutive comme la nôtre.

85Le DOI est attribué par des agences ; en France, c’est l’Institut d’information scientifique et technique du CNRS, l’INIST22 qui octroie les DOI pour les contenus scientifiques. Nous avons donc fait appel à cet organisme officiel pour leur demander un DOI. Mais la situation s’est révélée plus complexe que prévu. En effet, l’INIST délivre non seulement un DOI mais prend également en charge la mise en œuvre de la production du contenu et sa diffusion dans I‑Revues23. Concrètement, leur service propose, contre rémunéra­tion, un travail éditorial (pour la gestion des contenus, les traitements et le contrôle des flux), un travail de référencement et de diffusion via I-Revues, effectués par un chef de projet et un informaticien. Cette solution ne nous convenait pas puisque notre intérêt était de construire cette publication en ligne en nous confrontant aux questions qu’une telle publication soulevait. De plus, l’attribution d’un DOI devait nous être octroyé pour chacun des documents de notre colloque et la mise en ligne nécessitait la signature bipartite d’une convention entre l’éditeur organisateur et le CNRS, convention qui stipulait les conditions de production et de diffusion et mentionnait avec exactitude chacun des droits cédés, ou non, par l’organisateur du colloque et les auteurs (ou co-auteurs).

86En d’autres termes, notre demande de DOI à l’INIST-CNRS était agrémentée d’autres services obligatoires qui venaient à l’encontre de notre indépendance tant sur le plan de la réalisation du site, sur son référencement que pour sa diffusion.

87Aussi nous avons préféré nous adresser directement à CrossRef qui est l’agence internationale spécialisée dans l’attribution des DOI pour les publications scientifiques et dont les prestations sont presque gratuites. À ce jour, nous attendons toujours une réponse de leur part.

Conclusion

88Pour conclure, nous pouvons dire que cette expérience a renforcé notre conviction que pas plus qu’en anthropologie visuelle où l’ethnologue ne peut déléguer son regard à un photographe ou un opérateur, support et expression de son propre point de vue, dans la réalisation multimédia, le socio-anthropologue visuel ne peut faire l’économie d’une connaissance technique de l’ensemble de la chaîne de production et de diffusion qui lui permet de personnaliser son écriture et d’exprimer au mieux les subtilités et la complexité de son propos.

89Les choix techniques sont donc indissociables des choix scientifiques et sémantiques à chaque étape de la réalisation et de la diffusion, d’où l’importance d’être à la fois anthropologue visuel et webmaster. En effet, les écritures multimédias ont leurs propres règles et contraintes, comme c’est le cas des écritures filmiques, photographiques, textuelles. Tout comme la socio-anthropologie visuelle n’illustre pas son propos par de l’image, mais explore et restitue son terrain avec l’image, la réalisation multimédia fait sens dans la combinaison des médias utilisés. Il ne s’agit pas d’une juxtaposition hasardeuse mais d’une écriture à part entière. À l’heure actuelle, de nombreux hébergeurs, académiques ou non, proposent des maquettes et des exemples préformatés. Si ces outils peuvent être utiles pour les personnes dont le seul souhait est de rendre accessible du contenu, ils ne permettent pas de mener une réflexion sur une adaptation de ces outils aux propos des sciences humaines. Les socio-anthropologues visuels ont toujours eu à cœur de maîtriser puis détourner les pratiques de professionnels du cinéma pour les adapter à leur propos afin de ne pas être esclaves de la technique. De la même manière, c’est la maîtrise des techniques multimédias et leur détournement qui nous permet des développer ces écritures pour valoriser la diffusion en anthropologie visuelle.

Haut de page

Bibliographie

CONORD S. (dir.), 2007. Ethnologie française, 37-1 (Arrêt sur images. Photographie et anthropologie).

DUTEIL-OGATA F., 2007. « La photo-interview : dialogues avec des Japonais », « Arrêt sur images. Photographie et anthropologie », Ethnologie française, 37-1 : 69-78.

LOUVEAU DE LA GUIGNERAYE C., ARLAUD J., 2007. « De la photo au film : écritures numériques », « Arrêt sur images. Photographie et anthropologie », Ethnologie française, 37-1 : 101‑106.

MACDOUGALL D., 2004. « L’anthropologie visuelle et les chemins du savoir », Journal des anthropologues : 98-99, mis en ligne le 22 février 2009, consulté le 19 février 2012. URL : http://jda.revues.org/1751.

SALAÜN J.-M., VANDERDORPE C., 2004. Les défis de la publication sur le web : hyperlecture, cybertextes et meta-édition. Paris, Presses de l’ENSSIB.

Haut de page

Annexe

Lexique

Nous avons cru bon d’accompagner notre article d’un lexique car la compréhension du vocabulaire technique est indispensable dans ce type d’entreprise. Il est destiné aux lecteurs qui ne sont pas fami­liers avec le vocabulaire des réalisations multimédias. En effet, nous avons constaté à de nombreuses reprises que la méconnais­sance de ce vocabulaire peut distraire de la compréhension du dispositif.

Balise : les balises html constituent les éléments qui permettent de coder dans ce langage. Ces balises permettent de structurer le texte et de donner des indications sémantiques. Par exemple, ces balises peuvent être des balises de titre (h1, h2, h3), des balises de listes (ul, ol), des balises de citation (blockquote), etc.

Bande passante : mesure de la quantité d’information susceptible d’être transmise dans un temps donné. Elle s’exprime en bits par seconde : kilobits/s, megabits/s, etc.

Bluray : support de stockage optique destiné à remplacer le DVD. Un bluray une couche peut stocker 25 Go de données contre 4,7 pour un DVD.

DVD multimédia : un DVD est un simple support de stockage. Les DVD les plus communément commercialisés sont les DVD vidéos dont l’interactivité est orientée vers la vidéo (choix de langues, de sous-titres, de films), et les DVD multimédias qui allient textes, photos, sons, vidéos, etc.

Code source : texte écrit en utilisant le format et la syntaxe d’un langage de programmation. Ce langage de programmation convertit les données en code binaire directement utilisable pour la machine. En html, le code source est le codage dans ce langage et correspond à ce qui sera visible par les internautes.

Css : ou Cascading Style Sheet concerne la présentation et le graphisme d’une page html (ou d’un autre langage). Le Css est principalement destiné à permettre la séparation du contenu strict en html de la présentation. Cette séparation améliore l’accessibilité pour les personnes handicapées, la flexibilité des modifications graphiques. Le Css permet également au même html d’être présenté dans différents styles pour différents types d’affichage : sur écran, sur papier, vocalement (pour les malvoyants) et sur les convertisseurs en braille.

Développeur : un développeur est un informaticien qui crée des programmes à partir d’un ou plusieurs langages informatiques.

Donnée binaire : les processeurs des ordinateurs ne gèrent que les deux états d’un système binaire : 0 et 1. En informatique, cette donnée est appelée bit (binary digit). Tout calcul informatique n’est qu’une suite d’opération sur des paquets de huit données binaires appelés octets.

Embed : code qui permet d’inclure dans une page web tout type d’objet (vidéo, son, photo, etc.).

Flash : programme multimédia qui permet d’inclure dans des pages web des animations autonomes. Pour être lues, ces animations nécessitent que le navigateur soit équipé d’un lecteur Flash. Ce format est actuellement remis en cause.

Hébergeur : compagnie qui propose de l’espace sur un serveur offrant une connectivité à Internet. Les données d’un site web sont stockées sur un ou plusieurs serveurs de l’hébergeur et permettent que les sites soient accessibles. Outre l’espace de stockage, les hébergeurs proposent en général un nom de domaine.

Html : le html est le principal langage utilisé pour coder le contenu des pages internet.

Javascript : langage de script qui permet d’insérer des animations complexes à partir de contenu codé en html et de mise en forme en Css.

Langage de script : langage de programmation qui permet de contrôler une ou plusieurs applications. Les scripts sont souvent écrits dans un langage distinct de celui du code source principal. Par exemple, un script Javascript peut être inséré dans un code source html.

Métadonnées : données invisibles pour l’internaute qui donnent des informations de catalogage aux moteurs de recherche. Il peut s’agir de mots-clés, de résumés, d’informations, de titres, auteurs, etc.

Moteur de recherche : programme qui permet de proposer des sites à partir d’une recherche. L’un des moteurs de recherche les plus utilisés est Google. L’un des enjeux du référencement est d’arriver dans les premiers résultats d’une recherche sur un moteur de recherche afin d’être visible.

Navigateur : programme qui interprète les codes source des sites afin de restituer leur présentation visuelle aux internautes. Les navigateurs les plus fréquents sont Firefox, Chrome, Internet Explorer.

Nom de domaine : nom d’un site Internet dans son adresse. Le nom de domaine est généralement composé du nom du site ou de l’organisation et d’une extension. Cette extension réfère soit au pays d’origine de la publication (.fr, .be, etc.), soit à la structure de l’organisation qui publie (.org, edu, gouv.).

Offline : qualifie une réalisation qui n’est pas accessible par un réseau de type Internet. Il s’agit de tout type de stockage physique (CD, DVD, clé USB, disque dur, etc.)

Online/en ligne : qualifie une réalisation qui est accessible par Internet ou un autre type de réseau.

Pixel : unité de base permettant de mesurer la qualité d’affichage d’une image. Un pixel est composé d’une seule couleur.

Podcast : diffusion pour baladeurs tels que baladeurs mp3, téléphones portables, ipod. Un son en podcast peut être téléchargé sur un appareil mobile et être lu sur le moment ou en différé.

Programmation : création d’une application ou d’un comportement avec un langage informatique.

Référencement naturel : référencement lié au codage d’un site et ne fait pas appel à des services publicitaires de moteurs de recherche.

Référencement : action générique d’inscription dans les moteurs de recherche. Aujourd’hui, l’objectif est d’améliorer la visibilité d’un site par un meilleur positionnement dans les résultats de recherche.

Requête : il s’agit d’une demande de traitement. La page affichée est une page actualisée automatiquement composée de différents éléments (différents textes, photos, sons, vidéos, etc.). Par exemple, une recherche sur un moteur de recherche est une requête. Dans un site dynamique, le choix d’un lien correspond à une requête.

Streaming : il s’agit de la diffusion en continu sans téléchargement préalable. Le streaming est particulièrement utilisé pour la vidéo. La plupart des vidéos sur Internet sont diffusées en streaming. Les hébergeurs de vidéos en streaming les plus connus sont Youtube, Dailymotion ou Viméo.

Système d’exploitation : programme central d’un appareil informatique qui sert d’interface entre le matériel et les applications. Les systèmes d’exploitation les plus connus sont Unix (dont Mac OS 10 et Linux) et Windows.

Valeurs relatives : unités de mesure proportionnelles à la taille de l’écran et aux paramètres de réglage des navigateurs des internautes.

Version beta : deuxième version d’essai d’un logiciel. Cette version est mise à la disposition d’utilisateurs essentiellement afin qu’ils la testent et détectent des erreurs résiduelles à corriger.

Version stable : version ne présentant plus de dysfonctionnement. C’est la version officielle d’un logiciel après avoir été testée et modifiée.

Haut de page

Notes

1 Actes du colloque international « Arrêts sur images, pour une combinaison de la photographie et du film » [en ligne], consulté le 19 février 2012. URL : http://www.anthropology-photo-film-symposium-edu.org/index.php/fr/

2 Cf. URL : http://www.quaibranly.fr/fr/programmation/manifestations-scientifiques/manifestations-passees/colloques-et-symposium/colloque-arrets-sur-images.html

3 http://www.anthropology-photo-film-symposium-edu.org/index.php/fr/organisation-3/comite-dorganisation

4 http://www.anthropology-photo-film-symposium-edu.org/index.php/fr/participants-3

5 http://www.anthropology-photo-film-symposium-edu.org/index.php/fr/organisation-3/partenaires2

6 URL : http://www.mcjp.fr/francais/fondation-du-japon/presentation

7 URL : http://www.phanie.org

8 Cerimes (Centre de ressources et d’information sur les multimédias pour l’enseignement supérieur). URL : http://www.cerimes.fr/

9 La vidéothèque numérique de l'enseignement supérieur. URL : http://www.canal-u.tv/

10 Les termes techniques sont signalés par des italiques et explicités dans un lexique en annexe.

11 La question du débit Internet est importante, en particulier dans les pays émergents qui ne sont pas encore équipés du haut débit.

12 URL : http://www.anthropology-photo-film-symposium-edu.org/index.php/fr/participants-3/mons-2/60-effleurer-le-reel-le-transit-artistique-des-images-photo-video-interstice-atmospheres-anthropologiques-champs-de-resonance-et-methode-du-frolement.

13 URL : http://culturevisuelle.org/

14 URL : http://www.anthropology-photo-film-symposium-edu.org/index.php/fr/

15 Par exemple, les téléphones portables ou les baladeurs DVD.

16 World Wide Web Consortium. URL : http://www.w3.org/

17 Le navigateur qui a longtemps posé de nombreuses difficultés aux développeurs était Internet Explorer 6 car il ne respectait pas les normes du W3C. Depuis, les versions ultérieures ont amélioré leur compatibilité mais restent toujours problématiques.

18 Dans ce type de contexte, la question du piratage des données est, selon nous, secondaire. Quelle que soit la protection, une partie du site web sera toujours téléchargeable pour qui veut s'en donner la peine. Néanmoins, une image téléchargée sur le net sera de trop mauvaise qualité pour être exploitée. De plus, les impressions papier n’ont jamais empêché le plagiat et il est de nos jours très facile de scanner une photographie dans un livre.

19 URL : http://www.anthropology-photo-film-symposium-edu.org/index.php/fr/participants-3/nicoletti-2

20 URL : http://www.anthropology-photo-film-symposium-edu.org/index.php/fr/participants-3/buob-2

21 URL : http://www.anthropology-photo-film-symposium-edu.org/index.php/fr/participants-3/johan-2

22 http://www.inist.fr/ et http://irevues.inist.fr/spip.php?article1

23 Il s’agit d’un portail d’accès à des publications scientifiques http://irevues.inist.fr/spip.php?article2

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Dole-Louveau de la Guigneraye et Fabienne Duteil-Ogata, « Mettre en ligne un contenu numérique en anthropologie visuelle », Journal des anthropologues, 130-131 | 2012, 331-356.

Référence électronique

Christine Dole-Louveau de la Guigneraye et Fabienne Duteil-Ogata, « Mettre en ligne un contenu numérique en anthropologie visuelle », Journal des anthropologues [En ligne], 130-131 | 2012, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://jda.revues.org/5203

Haut de page

Auteurs

Christine Dole-Louveau de la Guigneraye

Université d’Évry-Val d’Essonne, Centre Pierre Naville et Fédération CNRS de recherche Travail, Emploi et Politiques Publiques (FR 3126, CNRS) – Bd François Mitterrand, 91025 Évry Cedex
Courriel : ch.louveau@gmail.com

Fabienne Duteil-Ogata

LAU-IIAC, CNRS/EHESS UMR 8177. Centre de recherche CNRS – 27, rue Paul Bert – 94204 Ivry-sur-Seine CEDEX
Courriel : fabdutogata@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Journal des anthropologues

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org