Navigation – Plan du site
Activités de l'AFA

Séminaire de l’AFA

« Anthropologie, psychanalyse et politique. Regards sur les terrains » 2012-2013
Marie Bonnet
p. 429-438

Notes de la rédaction

Accueilli à la Maison Suger
Fondation Maison des Sciences de l’Homme

Argumentaire du séminaire

Ce séminaire a proposé que soient repensés les dialogues et les mises à l’épreuve réciproques entre anthropologie et psychanalyse. Il s’est efforcé d’articuler trois lignes de questionnement :

  • Clinique du terrain et terrains cliniques : des anthropologues se sont interrogés sur la nature des relations interpersonnelles développées durant leurs enquêtes, le sens et les modalités de leur écoute, et, corollairement, les mobiles intimes de la parole des acteurs. Les crises économiques et politiques qui bouleversent de nombreuses sociétés s’impriment, en effet, dans la situation ethnologique. De surcroît, l’ethnologue se trouve de plus en plus fréquemment en contact avec des populations en fragilisation croissante, en état de non inscription, et même d’errance.

  • Folie et État : nous avons développé une réflexion croisée, d’un côté sur les effets sur les élaborations identitaires des nouvelles représentations du bien-être psychique, de l’autre, sur les instances de légitimation sur ce que serait une bonne santé psychique en termes de prévention, de diagnostic, de traitement et de leur évaluation. Enfin, le lien a été souligné entre les terreurs issues de la violence de l’État et les confu­sions des registres du Réel, de l’Imaginaire et du Symbo­lique, qui font tenir l’existence singulière et les échanges sociaux. D’une certaine manière, la folie a disparu au profit de l’exclusion et de la stigmatisation des perdants. Dans les pays lointains qui ne rentrent pas dans cette industrialisation du soin, l’OMS, au contraire, préconise un retour aux dispo­sitifs dits « traditionnels », légitimant médiums, devins et autres guérisseurs. Dans ces deux configurations du monde globalisé, les États jouent un rôle majeur, idéologique, sym­bolique, mais aussi institutionnalisant les corps des profes­sionnels du soin psychique. La psychanalyse fait actuelle­ment l’objet d’un débat social, d’autant plus aigu que c’est la singularité du sujet individuel qui est en jeu. La présence de la psychanalyse dans les institutions de soin et d’enseignement redevient l’enjeu d’une lutte, alors que la psychiatrie et la psychopathologie sont de plus en plus biologiques.

  • Un dernier volet : rouvrir le débat entre anthropologie et psychanalyse de l’ordre épistémique et épistémologique, à l’heure où le cognitivisme est, pour un nombre croissant d’anthropologues, un outil de validation de leurs recherches et de leurs résultats. La généralisation de l’économie de marché a eu des effets de plus en plus prononcés sur les définitions de la souffrance psychique, des troubles mentaux, leurs modes de diagnostic et leur traitement. Dans les démocraties industrielles, on constate la dominance des modélisations biologiques et neurologiques, le retour à un primat héréditaire et la mise en avant de polices de rééducation comportementaliste.

Le séminaire annuel s’est organisé durant l’année 2012-2013 autour de 7 séances, réunissant en moyenne une douzaine d’auditeurs. Il est désormais codirigé par quatre chercheurs :

  • Marie Bonnet, anthropologue-psychanalyste, chercheure associée au laboratoire CRPMS université Paris VII, mbonnet@ehess.fr

  • Daniel Delanoë, psychiatre, anthropologue, chercheur associé au Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations (CESP) − U 1018 Inserm, daniel.delanoe@wanadoo.fr

  • Olivier Douville, psychanalyste, Laboratoire CRPMS université Paris VII, douvilleolivier@noos.fr

  • Monique Selim, anthropologue, directrice de recherche à l’IRD, monique.selim@ird.fr

La thématique choisie pour cette année de travail a été celle de la domination dans toutes ses formes : en entreprise, en famille, dans le genre, dans le monde, dans les groupes, en proposant notamment une étude des dynamiques de possession, d’emprise, mais aussi d’identité et de légitimation.

Rappel des séances de l’année 2012-2013

4 décembre 11h-13h, Évelyne Fiorenza − Annick Richet − Françoise Crégut-Dinet : Le coaching et l’entreprise

Résumé

En quoi consiste le coaching en entreprise ? À qui est-il destiné et quelle est son utilité ? Certaines entreprises ont bien compris les bénéfices qu’elles peuvent en tirer et font de celui-ci un axe de leur stratégie managériale. Les trois intervenantes, coach de métier, ont exposé à partir de leur expérience comment le coaching est vécu par le « coaché », mais aussi de quelle manière les entreprises souhaitent faire du coaching une démarche éthique et profitable tant pour les salariés que pour l’organisation ; avant d’analyser les nécessités de développement de cet outil dans la perspective des entreprises.

Mini-biographie

Évelyne Fiorenza

Avec 20 ans d’expérience en journalisme et en communication stratégique en entreprise, un parcours professionnel international et après une formation exigeante en coaching au Québec, Évelyne Fiorenza intervient à la fois comme coach et formatrice principale­ment auprès de managers et de chefs d’entreprise. Son offre de services s’articule autour de ses expertises en communication, en créativité/innovation et en interculturalité/diversité.

Annick Richet

Coach, superviseur de coachs, psychologue clinicienne de formation, elle a exercé en tant que thérapeute avant de rejoindre l’entreprise. Elle a 30 ans d’expérience en développement des compétences managériales. En tant que coach interne, elle a conçu une politique de coaching et animé un réseau de coachs avec l’éthique en référence. À ce jour, elle est indépendante et mène en parallèle des travaux de recherche au Cedag de Paris-Descartes. Elle a écrit Le coaching en interne – à l’aube du développement managérial durable, Demos , 2005.

Françoise Crégut-Dinet

Le coaching est sa deuxième vie professionnelle après plus de 30 ans d’expérience en management dans de grandes organisations des secteurs privé et public. Diplômée en droit, économie et management, elle a exercé dans le domaine de l’innovation technologique, marketing et managériale, en vérifiant continuellement la priorité absolue du facteur humain. Son activité libérale de coaching est fondée sur une approche humaniste et holistique qui situe l’individu dans son identité personnelle, professionnelle et citoyenne.

8 janvier 11h-13h, Daniel Delanoë :La ménopause sous domination symbolique

Résumé

Phénomène biologique universel, la ménopause fait l’objet de constructions sociales, représentations, statuts, et fonctions déterminées par les rapports sociaux de genre et de classe et modulées par les cultures : physiologie de l’arrêt des règles, valeur sexuelle, évolution des relations dans la famille, dans l’espace public, dans le groupe social, avec les forces invisibles. Le statut des femmes ménopausées est le plus souvent négatif, avec quelques exceptions.

Les discours profanes, médicaux et psychanalytiques convergent dans un discours essentialiste assignant « la femme » à la fonction de reproduction. En fonction de leur degré d’indépendance et d’autonomie, les femmes se décalent plus ou moins de ces stéréotypes dont la force dépend du niveau de domination masculine symbolique et pratique.

Mini-biographie

Daniel Delanoë est psychiatre et anthropologue.

Praticien hospitalier à temps partiel de 1997 à 2004.

Psychiatre psychothérapeute en Centre médico-psycho-pédagogique en région parisienne depuis 2004.

Thérapeute en consultation de psychanalyse transculturelle.

Chercheur associé au Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations (CESP) − U 1018 Inserm.

26 février 11h-13h, Thierry Baubet :Traumatisme, identité, possession

Résumé

Nous proposons de rendre compte de la thérapie d’un jeune homme originaire d’Afrique de l’Ouest dans un groupe thérapeutique transculturel. Après avoir présenté les pré-supposés théoriques de ce groupe, fonctionnant sur le modèle des consultations ethnopsychiatriques, nous discuterons de l’intérêt de ce dispositif pour les patients soumis à des traumatismes extrêmes. Nous verrons comment ce jeune homme, arrivé comme « mineur isolé étranger » en France et présentant des symptômes de possession le contraignant à des actes auto-agressifs a longtemps erré dans le système de soins. Dans le cadre que nous lui avons proposé, ses symptômes ont pu se déployer, faire sens, et il a pu commencer à se libérer des tourments qu’il endurait jusque-là. Nous avons considéré la possession non pas comme une anomalie qu’il aurait fallu éradiquer, mais comme un levier pour la thérapie qui a permis de travailler l’articulation entre continuité psychique, identité, deuil et traumatisme.

Mini-biographie

Thierry Baubet est professeur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l’université Paris 13 (UTRPP EA4403), chercheur à l’unité Inserm U 669. Il dirige le service de psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent, psychiatrie générale et addictologie spécialisée à l’Hôpital Avicenne, AP-HP Bobigny.

26 mars 11h-13h, Élizabeth Kaluaratchige : « Père-fille » : quelle domination ?

Psychanalyste, psychologue clinicienne, maître de conférences, chercheuse, Équipe « Corps, pratiques sociales et anthropologie psychanalytique », CRPMS, université Paris VII.

Résumé

Cette intervention sera l’occasion de revenir vers l’anthropologie psychanalytique qui ouvre la question de l’hypothèse de l’inconscient dans le fait culturel. Il s’agit de traiter de la domination, par le biais de la pulsion d’emprise en jeu dans des situations ambiguës, conflictuelles et désastreuses entre la « fille et le père ». Le père réel placé dans un avoir le pouvoir et être capable d’agir sur la fille questionne par extension la domination dite « masculine » sur la femme. Nous proposerons ainsi d’examiner le statut des femmes et l’actualité de la condition féminine à la lueur de l’œdipe au féminin, à commencer par la fille-femme « donnée » en mariage mais aussi celle qui se « consacre » aux idéaux de la modernité.

La décision de la vie sexuelle de la fille – avec ou/et sans l’homme, avec ou/et sans enfants – se situe-t-elle entre sa demande d’amour auprès du père et le déploiement de la pulsion d’emprise du père conjugué avec celui de la fille ?

Interrogeons ici ses modalités culturelles. Qui et comment se réalise le désir de pouvoir, de possession, de mainmise et la jouissance d’un au-delà de l’Eros : l’empiètement, l’agression, la toute-puissance et la destruction ?

Entre le fameux Mutterbindung (attachement fort à la mère) et la « conversion au père », peut-on voir les raisons profondes des griefs, reproches, doléances, défis et engagements des femmes ? Les symptômes plus fréquents chez les femmes parlent-ils du féminin qui fait objection aux normes dans un « royaume » marqué par l’idéal que la psychanalyse qualifie d’ordre paternel ? Sont-ils des brèches ouvertes faisant sortir cette partie du féminin qui n’entre pas dans le fait collectif ? Peut-on ainsi formuler son interrogation « Que veut l’Autre de moi (femme) ? ».

Il nous faut par là-même mettre en exergue l’anthropologie freudienne de Totem et tabou avec l’actualité de la question féminine. Observe-t-on le retour vers la figure du père originaire « redoutable », la régression vers la pente destructive de la pulsion d’emprise, dans la politique et dans la question des droits des femmes ? Que peut-on dire du phallus, le signifiant du pouvoir dans la modernité ? Qui a le phallus ? Où se trouve le père réel dans la domination « moderniste » ? C’est en ce point que s’interroge le père imaginaire du temps moderne et son pouvoir qui pourrait faire barrage à l’agent du symbolique.

16 avril 11h-13h, Bernard Hours :La domination humanitaire

Résumé

Sous cet intitulé, Bernard Hours se propose d’analyser le développement de l’action humanitaire qui débute dans les années 80 avec l’humanitaire médical, puis se poursuit avec l’humanitaire d’État, jusqu’à la globalisation morale contemporaine dont l’action humanitaire est une pièce importante dans la tentative de mise en place d’une « gouvernance morale ».

L’action humanitaire s’insère donc dans une tentative de domination morale occidentale, dernier chapitre d’un impérialisme échu et déchu en politique, que l’interdépendance globale réinterroge.

Mini-biographie

Bernard Hours est anthropologue, chercheur associé à l’UMR développement et sociétés IRD/Paris I.

Il a travaillé au Vanuatu, au Cameroun, au Laos, au Bangladesh, au Vietnam, en Ouzbékistan, actuellement en Chine. Après l’anthropologie médicale, la globalisation, les ONG, l’humanitaire, sont au centre de ses recherches actuelles.

14 mai 11h-13h, Louis Moreau de Bellaing : La légitimation (V) : L’accès au social

Résumé

Le terme apparaît un peu partout dans les sciences humaines et sociales et dans les mass médias. Il a en général deux significations : la légitimation juridique par la loi votée par le Parlement, et la légitimation idéologique, c’est-à-dire celle qui est donnée par les grandes idéologies : naturalisme, sexisme, scientisme, technocratisme, etc. Du coup, lorsqu’on prononce le terme légitimation, cela ouvre effectivement une question : la légitimation de quoi ?

C’est à cette question que Louis Moreau de Bellaing voudrait répondre, en montrant que :

  1. il y a une légitimation métasociale et métapolitique, autrement dit inconsciente politiquement et inconsciente socialement et une légitimation sociale et politique ;

  2. par hypothèse cette légitimation prend sens à partir du présupposé freudien du pulsionnel : pulsion de vie et pulsion de mort ;

  3. la légitimation processus et son état provisoire la légitimité comportent le métapolitique ou symbolique ou loi symbolique avec des processus et des états tels que la prohibition de l’inceste, le sacré civil, le don, le sacrifice, l’autorité, l’altérité, la reconnaissance, la réciprocité éventuelle, l’identité et les classifications. Elle comporte aussi le métasocial avec des processus et des états comme le pouvoir, la volonté, le désir.

À partir du libre arbitre groupal et individuel, elle devient sociale et politique. Les états et processus précédents vont être institués par le libre arbitre. Ils vont être institués dans le politique et comme politiques. Ils vont l’être également dans le social s’accomplissant et accompli : attitudes et comportements, don et échange, pouvoir, volonté désir, socio-politique et œuvre.

Le libre arbitre groupal et individuel institue la politique, à distance maximale, mais non séparé du socio-politique et de l’économique. Le socio-politique donne à la politique, la politique donne au socio-politique et à l’économique.

Mais le pulsionnel, en fonction des circonstances, des conjonctures et des conjectures, peut toujours passer à l’excès, déborder le métasocial et le métapolitique, le libre arbitre, le social et le politique, enfin la politique. C’est ce que Louis Moreau de Bellaing appelle l’excès (pour éviter les termes théologiques de bien et de mal) s’accomplissant et accompli dont le plus bel exemple est actuellement l’excès capitaliste globalisé.

Fonctions actuelles et titre

Ancien professeur des universités.

Membre du Collège international de psychanalyse et d'anthropologie (CIPA).

Membre de l'Association française des anthropologues.

Membre du comité de rédaction de la revue L'Homme et la société.

Membre du comité de rédaction de la revue Anamnèse.

Membre du MAUSS (Mouvement anti-utilitariste dans les sciences sociales).

25 Juin 11h-13h, Michel Brouta et Marie-Laure Dimon : Fraternités, Emprises, Esclavages

Résumé

Par son côté baroque, l’intitulé de cet ouvrage collectif situe notre réflexion au croisement de la psychanalyse et de l’anthropologie. Son originalité, c’est d’avoir envisagé la fraternité et l’esclavage dans leurs pluralités, leurs antinomies et conflictualités avec l’emprise comme courroie de transmission dès l’origine. L’ensemble des communications de ce livre a pour horizon les liens sociaux constitués sur des éléments de fraternité, de servitudes volontaires et involontaires rassemblant et articulant les individualités au social et à la culture. La fraternité anime les utopies, les idéalisations, les choix d’appartenance, elle fait des frères et des sœurs. Cependant, l’historicité du vivre-ensemble a rendu visible l’impensé de la fraternité sous-tendu par l’envie et la jalousie, la domination et la haine fratricide, la frérocité qui fait des non-frères, des faux-frères et des sœurs, avec lesquels il ne peut y avoir de fraternité en partage.

Nous ne limitons pas la notion de fraternité au politique ou à la religion, nous l’ouvrons du côté du fraternel et du sentiment de fraternité. Cette approche met en perspective au plus profond de l’humain les besoins affectifs et paradoxaux de l’entre-soi mais aussi les besoins d’identités et de frontières entre soi et l’autre. La fraternité, socle de l’intersubjectivité, noue la psyché singulière au fraternel dès l’enracinement du pulsionnel dans la mère des origines.

En prolongeant la pensée freudienne avec les théoriciens de l’archaïque, nous avons choisi comme axe de réflexion de la fraternité et de l’esclavage Le complexe fraternel et sa forme rivalitaire préœdipienne (René Kaës).

Si la notion du double primitif (W. Winnicott) met en travail les rapports de domination entre les individualités, néanmoins, le refus du féminin produit l’impensable violence des discours sur les figures de l’oppression.

À la Révolution française, Olympe de Gouges en revendiquant l’égalité des sexes a entamé la domination du patriarcat. Cependant, il faudra attendre la deuxième moitié du xxe siècle pour que se manifestent les prémices d’une reconnaissance de la fraternité entre hommes et femmes comme élément constituant du lien social.

Avec la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, la Révolution française a remis véritablement l’esclavage en question. Il faudra attendre là aussi la fin du xixe siècle pour qu’il soit aboli et nous constatons encore aujourd’hui qu’il n’a pas disparu. Nous retracerons le cheminement de ces hommes, qui, dépossédés de leur humanité, la réinventeront jusqu’à créer une culture (créole) dont la vitalité est susceptible de nous interpeller aujourd’hui. Comment l’ultime du vital, qui est aux racines du désir et de la pulsion, a-t-il pu dévoiler l’emprise pour forcer le chemin de l’homme à retrouver sa voie ?

Ce parcours croise les interrogations de la psychanalyse, ce que nous en rapporte parfois la persistance de traces décelables dans l’actualité de la clinique de la cure.

Mini-biographie

Michel Brouta

Neurologue, psychiatre, psychanalyste, membre du Collège international de psychanalyse et d’anthropologie, a écrit différents articles sur la désintoxication alcoolique, la position du psychiatre, les dessins d’enfant et l’histoire d’une institution. Plus récemment « L’empathie en séance » dans Psychanalyse et Empathie, et « Le vaudou. Entre liberté et aliénation » dans Fraternités, Emprises, Esclavages, ouvrages des Rencontres-débat du CIPA.

Marie-Laure Dimon

Psychologue clinicienne, thérapeute de couple, psychanalyste, présidente du Collège international de psychanalyse et d’anthropologie a écrit divers articles dans les revues Dialogue et Topique sur les liens sociaux, le couple, la folie et l’institution psychiatrique, les médiateurs. Plus récemment elle a dirigé les ouvrages des rencontres-débat du CIPA : Psychanalyse et Politique, Sujet et Citoyen : incompatibilités ? dans lequel elle a publié « La folie au risque des discours institutionnels », Psychanalyse et Empathie et dans Fraternités, Emprises, Esclavages « La fraternité entre hommes et femmes : un élément constituant du lien social ».

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org