Navigation – Plan du site
En hommage à Arianne Deluz

Ariane

Françoise Palumbo

Texte intégral

Nous, les errants, qui cherchons toujours la voie la plus solitaire, nous ne commençons jamais une journée ou nous avons terminé la journée précédente ; et le soleil levant ne nous trouve jamais où le soleil couchant nous avait laissés.

Le prophète

Gibran Khalil Gibran

1Je t’ai rencontrée tard dans ma vie.

2C’est en participant à la vie de l’AFA que j’ai appris à te connaître. J’ai travaillé avec toi, toi tu étais présidente, moi une petite main qui essayait de te soulager des tâches administratives inhérentes à toute association et qui n’étaient pas ce que tu préférais, mais que tu accomplissais cependant toujours avec le sourire.

3Tu avais mieux à faire !

4En effet c’est grâce à toi que nous avons trouvé asile à la MSH au 54 bd Raspail lorsque nous avons dû quitter le bureau que nous occupions dans des locaux de l’EHESS à Montrouge. C’est également sous ta présidence que l’AFA s’est lancée dans la mise en place de son site internet.

5Mais bien au-delà des problèmes de l’AFA qui ne furent qu’un tremplin, je te découvrais.

6Lors de nos rencontres nous parlions de tout et de rien. Sans t’en rendre compte, et probablement sans le vouloir, tu m’as rendue curieuse de cette science : l’anthropologie. Je t’écoutais, je t’écoutais parler de l’Afrique, de la Côte-d’Ivoire, des Gouro et plus particulièrement de Bernard, Justin, Paul et tant d’autres, sans oublier le dit « Pelé ». Sans me lasser, avide d’en connaître toujours plus sur ta vie là-bas ; ce là-bas me paraissait alors si près, si vivant.

7C’est toi qui m’as pris la main et m’a fait ouvrir l’ouvrage de Robert Cresswell Éléments d’ethnologie et celui de Colette Pétonnet On est tous dans le brouillard. J’étais alors conquise !

8Lors d’une de nos dernières rencontres, tu m’as parlé, avec la modestie et la pudeur qui te caractérisaient, de cet enregistrement sur microfiches du corpus d’archives historique de l’ethnie gouro déposé à Paris et en Côte-d’Ivoire que tu étais en train de finir de mettre au point. Tu voulais aussi terminer rapidement, car tu savais tes jours comptés, le classement de tes archives de terrains qui, déposées au Laboratoire d’anthropologie sociale, pourraient ainsi être mises à la disposition de tous.

9Et puis, et je pense le plus important pour toi, tu me parlais de ta fille Nathalie dont tu étais si fière, de tes petits-enfants à qui tu étais si contente de faire découvrir Paris. Nous nous donnions mutuellement des conseils sur l’art et la joie immense d’être grand‑mère, ce que nous étions toutes les deux ; quand tu parlais d’eux ton visage s’illuminait. Tu les aimais tant ! Et je crois savoir, sans trahir un secret, qu’ils te le rendaient bien.

10Un matin, nous avions pris un café ensemble à « L’annexe », nom donné par les habitués à un certain bar proche de la MSH, nous nous sommes dit au revoir, tu as remis sur tes épaules ton sac à dos qui ne te quittait pratiquement pas, du moins lorsque tu venais dans le quartier, je me suis retournée pour un dernier signe d’amitié, comme nous avions l’habitude de le faire... Je ne savais pas que c’était le dernier.

11Le 21 janvier lorsque je me suis rendue à Lausanne, tu n’étais plus là. Tant d’amis et amies qui avaient répondus « présent », tant de gens qui t’avaient connue bien avant moi et pour certains beaucoup mieux que moi, tous étaient là pour toi, tous unis pour un instant grâce à toi.

12Adieu Ariane…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Palumbo, « Ariane », Journal des anthropologues [En ligne], 120-121 | 2010, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 23 juin 2017. URL : http://jda.revues.org/4202

Haut de page

Droits d’auteur

Journal des anthropologues

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org