Navigation – Plan du site
Activités de l'AFA

Session organisée par l'association française des anthropologues
au congrès de l'association française de sociologie

Violences, État et société. Au croisement
des approches anthropologiques et sociologiques 16 avril 2009
p. 591-192

Texte intégral

1L’Association française des anthropologues (AFA) ouvre, au sein de l’Association française de sociologie (AFS), un groupe thématique intitulé « Anthropologie et sociologie » proposant de constituer un atelier de travail et de dialogue permanent sur les rapports entre les deux disciplines. La première étape de ce groupement sera la tenue d’une session au congrès de l’AFS intitulée « Violences, État et société. Au croisement des approches anthropologiques et sociologiques ».

2En 2005‑2006, un séminaire de l’AFA « Regard sur l’anthropologie des banlieues en crise » s’était tenu, après les révoltes d’octobre‑novembre 2005. Il souhaitait redonner une visibilité aux questionnements des anthropologues sur la société contemporaine alors qu’ils apparaissent peu dans les débats médiatiques, bien que beaucoup travaillent dans le champ urbain hexagonal. Les sociologues – nombreux à intervenir dans notre séminaire – autant que les anthropologues interrogeaient les catégories d’« intégration », « bandes », « jeunes », utilisées par les journalistes sans être questionnées ni replacées dans leur historicité, et mettaient en évidence certains aspects particuliers de la violence symbolique, institutionnelle ou policière qui s’exerce sur les banlieues.

3Cet appel à contribution souhaiterait poursuivre le dialogue entre anthropologues et sociologues engagé à cette occasion, en mettant en discussion leurs manières respectives d’analyser les violences, leurs inscriptions dans la société et leur rapport à l’État. Afin de favoriser l’échange méthodologique et la réflexion épisté­mologique, il conviendra de proposer des interventions où le (la) chercheur(e) articule : 1) les modes d’objectivation de situations de violences et 2) les conditions de production de sa recherche. 1) Comment l’analyse des situations de violence rend‑elle compte de la logique des sujets ; propose‑t‑elle une perspective globale en articulant les problématiques spécifiques à l’ensemble des dimen­sions du social ? La pluralité de situations analysées dans différents pays permettra la comparaison avec d’autres scènes. 2) Comment le (la) chercheur(e) procède‑t‑il (elle) dans la négociation du terrain, de sa position dans la rencontre avec les différents protagonistes ? Quels sont les problèmes déontologiques et éthiques posés par l’analyse de situations de violence qui questionnent la soi‑disant position de neutralité ? Les situations de violence sont en effet l’occasion de « rendre lisibles » comme l’avait proposé un précé­dent numéro du Journal des anthropologues, paru en 1999, les modalités généralement passées sous silence dans les terrains ordi­naires de la « participation » du chercheur, non seulement en raison de la prise de risque psychique mais aussi parce que toutes condi­tions de l’extrême supposent une remise en question et donc une adaptation de ses méthodes d’enquête. Il s’agira aussi de recueillir des contributions permettant de comparer comment sociologues et anthropologues sont amenés à questionner la signification même de l’objet « violences », soit à partir de la relation que les sujets de l’enquête entretiennent avec cet objet en fonction des situations géopolitiques, soit à partir des relations qu’eux‑mêmes tissent avec les différents champs de signification du concept. Quels liens les deux disciplines font‑elles entre violence et souffrance – il existe une sociologie et une anthropologie de la souffrance – ; violence et cruauté ; violence et statut de victime ?

4La session sera animée par Annie Benveniste et Suzanne Chazan‑Gillig.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Session organisée par l'association française des anthropologues
au congrès de l'association française de sociologie », Journal des anthropologues [En ligne], 116-117 | 2009, mis en ligne le 16 avril 2012, consulté le 22 juillet 2014. URL : http://jda.revues.org/4016

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page