Navigation – Plan du site
Anthropologie visuelle

Tableau rétrospectif des thèmes traités par la rubrique d’« anthropologie visuelle » du Journal des anthropologues

Sophie ACCOLAS
p. 569-573

Texte intégral

1Le Journal des anthropologues, nommé Bulletin de l’AFA entre 1979 et 1990, fête ses trente ans d’existence en 2009. La revue inclina très rapidement pour la publication d’articles de synthèse et d’analyse sur la place de l’image dans les sciences sociales.

2Dès 1981, B. Koechlin développa ses travaux sur l’anthropologie de l’image jusqu’à la publication du Bulletin de l’AFA n° 16-17 (1984) spécialement consacré à l’audiovisuel où de nombreux auteurs marquèrent leur intérêt pour un champ d’études qui restait une option secondaire en anthropologie. Ils mirent en valeur les formations de recherche cinématographique (C. de France), l’originalité de ce nouvel outil (M. Piault), les relations entre l’ethnomusicologie et le cinéma (H. Zemp), la création de festivals de films ethnographiques et l’anthropologie visuelle en France et à l’étranger (C. Piault), les possibilités multiples de la vidéo (M. Burnier, J.‑L. Lory), les expériences d’ethnologie visuelle (L. Bazin), l’audiovisuel à l’ORSTOM (H. Guillaume), l’ethnologie et l’audiovisuel au ministère de la Culture (A. Morel), les réflexions sur le montage (C. Boigeol) et le spectateur (V. Melo). Les échanges entre J. Arlaud et H. Andritsaki et entre M. Augé et É. de Latour, et des conversations avec D. MacDougall rapportées par C. Young, trouvèrent leur place dans le même numéro.

3Cette période fut marquée par la multiplication et les déclinai­sons des mots pour définir ce champ de l’anthropologie. Ces termes participèrent à l’accentuation des divergences quant à la place et la fonction de l’anthropologie visuelle dans les sciences sociales. Cependant les anthropologues s’accordent volontiers sur la dési­gnation d’anthropologie visuelle pour regrouper l’ensemble des termes opératoires dans ce domaine spécifique de savoir. Notons quelques variantes à cette dénomination ayant cours aujourd’hui, 25 ans après cette première synthèse publiée par le Bulletin de l’AFA : film de recherche, ethnologie visuelle, ethnographie visuelle, anthropologie hors‑texte, anthropologie filmique, cinéma ethnogra­phique, ethnocinéma, film anthropologique, film ethnologique, film ethnographique, anthropologie audiovisuelle, vidéo ethnographi­que.

4Lorsque le Bulletin de l’AFA changea de nom et se transforma en Journal des anthropologues en 1990, la rubrique « Anthropolo­gie visuelle » coordonnée par C. Piault s’est constituée autour de brèves et d’articles de la Société française d’anthropologie visuelle concernant des conférences, séminaires, festivals et des articles critiques d’auteurs sur les productions audiovisuelles en sciences sociales (F. Gast, M. Fieloux, J. Lombard, n° 43-44, 1991) et leur mise en place dans les musées (G. Nivoix, n° 40-41, 1990 et B. Bachman, n° 45, 1991).

5En 1992, le Journal fit paraître un numéro consacré exclusi­vement à l’anthropologie visuelle (n° 47-48) avec les contributions internationales de P. I. Crawford sur « l’œil nordique » de la NAFA, M. Banks sur la télévision, C. Peixoto sur l’anthropologie visuelle au Brésil, D. MacDougall sur les films de mémoire, S. Pink sur les perspectives post‑formation audiovisuelle, T. de Bromhead sur la « réalité, les films et l’anthropologie », S. Freudenthal sur la vidéo participante et P. Sant Cassia fit un compte rendu critique du film Charbonniers de C. Piault. Les chercheurs et cinéastes affiliés aux structures françaises abordèrent à cette occasion les situations fil­miques sur le terrain en Chine (M.‑C. Quiquemelle), le cinéma sociologique (Y. Mignot‑Lefebvre), le rôle des images en ethnomu­sicologie (H. Zemp), l’influence de la télévision sur les films des ethnologues (A. Baudry), le portrait de J.‑D. Lajoux (C. Piault) et de R. Leacock (P. Gaboriau & P. Gaboriau), l’éloge du cinéma (D. Pelligra), la conservation et classification des films (L. Bazin, M. Piault, J.‑P. Clergeau), la diffusion (G. Nivoix), les enseignements et ateliers d’anthropologie visuelle (É. de Latour, J.‑P. Colleyn, M. Piault, J. Lombard, P. Jordan).

L’anthropologie visuelle et son rapport à la télévision

6De leur côté, G. Nivoix (n° 35, 1989) et J.-P. Colleyn (n° 37‑38, 1989) se sont intéressés à la place de l’anthropologie à la télévision et à la valorisation de la recherche par le film de télévision.

7En 1999, la télévision fut envisagée sous ses aspects uniformi­sants par L. Mikles et C. Rojo (n° 79) et son influence sur le montage du film ethnographique est approchée (A. Baudry, n° 47-48, 1992). Quant à M. Banks (n° 47-48, 1992), il constata que les téléfilms ethnographiques étaient valorisés par certains anthropolo­gues britanniques. Ces téléfilms, parfois produits et distribués par la BBC ou Granada, soutiennent et permettent la fabrication continue de films par des anthropologues professionnels. Cependant, M. Banks souligne l’importance de la production du film ethnographique indépendant ou film de recherche comme support d’analyse scientifique à part entière.

8Ce sujet est toujours d’actualité à travers la diffusion télévi­suelle française, où l’on programme moins de films anthropologi­ques que de reportages exotisants (J’irai dormir chez vous d’A. de Maximy sur France 5, Ushuaïa de N. Hulot sur TF1, En terre inconnue de F. Lopez sur France 2). Dans cette rubrique, nous ne manquerons pas d’interroger ce phénomène d’ethno‑spectacle, plébiscité par les producteurs et par un public captivé.

L’anthropologie visuelle, l’art et l’engagement

9L’anthropologie souffre d’une gêne face aux films formalistes et engagés. Le souci d’objectivité et de scientificité tend à amoindrir les effets esthétisants et les situations où l’anthropologue prend position politiquement. Cette tendance est visible à travers de nombreux débats et en 1989 C. Cosse (n° 37-38) interrogea le rapport entre le film ethnologique, l’art, la science et la technique. Ensuite, G. Althabe décrivit le plaisir esthétique ressenti lors d’une exposition ethnographique en Roumanie (n° 53-54-55, 1994) et C. Crenn commenta le regard averti de G. Althabe sur l’image (n° 102-103, 2005).

10Nous pouvons aussi évoquer la multiplication actuelle des films militants réalisés par des Amérindiens et leur circulation à l’intérieur des réseaux de lutte : dès 1994, « le cinéma des Indiens d’Amérique » est analysé par T. Roche (n° 56, n° 57-58).

11En 2000, le Journal des anthropologues consacra un numéro à la photographie et ses relations avec les sciences sociales en général, l’anthropologie et la sociologie en particulier (n° 80-81). L’ambiguïté du statut de ce que Bourdieu appelait un « art moyen », populaire, professionnel (photographie, photo‑ journalisme) et scientifique ne cesse d’être analysé comme peuvent l’être les films amateurs (C. Piault, n° 71, 1997) et les films de famille (C. Piault, n° 94-95, 2003). Ces publications furent pré­cédées d’articles sur le caractère fictionnel et documentaire de la photographie par D. Decourchelle (n° 45, 1991), sur la pratique photographique participante (C. Papinot, n° 49, 1992) et suivies d’une chronique sur l’exposition « Jean Rouch, récits photographiques » (n° 82-83, 2000).

12Les deux derniers articles d’anthropologie visuelle publiés par le Journal des anthropologues, postérieurs à l’interruption de la rubrique en 2006, présentent d’une part le parcours de l’anthropologue cinéaste Jean Rouch (C. Diop, n° 110-111, 2007) et d’autre part les rapports entre les corps du filmant et du filmé et leur place dans le dispositif filmique (C. Lallier, n° 112-113, 2008).

L’anthropologie visuelle et l’enseignement

13En 1992, trois anthropologues, J.-P. Colleyn, É. de Latour et M. Piault décrivirent leur expérience de l’enseignement, de la recherche et de la documentation en anthropologie visuelle à l’EHESS (n° 47-48) et C. Mériot envisagea l’utilisation du film ethnographique dans l’enseignement à l’université de Bordeaux II (n° 60, 1995).

14Actuellement les enseignements d’anthropologie visuelle ne cessent de se développer en France comme le soulignait déjà C. Piault dans son plan général sur le cinéma ethnographique en France en 2000 (n° 80-81). Des organismes de recherches tels l’IRD (J. Lombard, n° 47-48, 1992) et le CNRS Images, permettent la diffusion et le visionnage des films ethnographiques.

Actualité de la rubrique « Anthropologie visuelle »

15Aujourd’hui, la reprise de la rubrique « Anthropologie visuelle », ouverte de 1990 à 2006, poursuit ses buts initiaux dans l’information et la diffusion des connaissances de cet aspect de la discipline.

16À chaque numéro du Journal des anthropologues, la rubriquesera ouverte aux collaborations internationales et développera :

171– des articles sur l’anthropologie visuelle et son rapport avec le cinéma documentaire, les films de fiction et les productions télévisuelles ;
2– les initiatives européennes et internationales d’organisation du champ disciplinaire (enseignement, formation, réalisation, diffusion-distribution, archives, médiathèques) ;
3– des articles théoriques concernant l’anthropologie visuelle (film, multimédia muséal et universitaire, photographie) ;
4– des chroniques de films programmés dans les festivals de cinéma ;
5– des comptes rendus concernant les publications traitant de ce champ d’études ;
6– des brèves informatives concernant les actualités en anthropologie visuelle (festivals, congrès, colloques…) ;
7– des articles portant sur des sites internet spécialisés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie ACCOLAS, « Tableau rétrospectif des thèmes traités par la rubrique d’« anthropologie visuelle » du Journal des anthropologues », Journal des anthropologues [En ligne], 116-117 | 2009, mis en ligne le 16 avril 2012, consulté le 02 octobre 2014. URL : http://jda.revues.org/3802

Haut de page

Auteur

Sophie ACCOLAS

sophieaccolas@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page