Navigation – Plan du site
Anthropologie visuelle

Cross-cultural filmmaking

A Handbook for Making Documentary and Ethnographic Films and Videos1
Anne Connan

Notes de la rédaction

Cet ouvrage, en anglais, est un manuel d’un grand intérêt et d’une lecture aisée à l’usage des étudiants et débutants mais qui peut aussi aider des cinéastes plus expérimentés à clarifier certaines de leurs idées. C’est un des premiers ouvrages de ce type.
À l’intention de ses étudiants, Anne Connan, chargée de cours à l’université de Nanterre-Paris X, (« Initiation au film ethnolo­gique ») a rédigé un résumé en français de l’introduction (p. 1-33). Il me semble qu’il n’est pas inutile de publier ce texte, ne serait-ce que pour inciter les ethnologues qui souhaitent faire du cinéma à se procurer ce livre.
Ceci n’est ni un article construit, ni une traduction fidèle : il s’agit seulement de « notes de lecture » à l’usage d’étudiants.
C.P.

Texte intégral

Faire des films et écrire des textes

  • 1 Ouvrage d’Ilisa Barbash et Lucien Taylor, 1997. University of California Press, Berkeley, Los Angel (...)

1Depuis le début des années soixante, les documentaristes ont eu la possibilité de filmer en son synchrone presque partout dans le monde. Depuis le milieu des années soixante-dix, les caméras portables vidéo sont aussi largement disponibles et elles deviennent plus accessibles, moins chères, plus performantes de jour en jour.

2Le film rend les peuples et leurs cultures vivants sur l’écran, capturant la sensation de présence vivante d’une manière que ni les mots, ni même les photos ne peuvent faire. Le langage du film est le langage du mouvement, de la vue, de l’ouïe.

3La sensation de mouvement dans le temps à travers le mouvement dans le temps.

4De plus avec le documentaire le cinéaste entre dans la vie des gens, leurs espoirs, leurs peurs, leurs amours, leurs haines, et les fait revivre à l’écran. Cela peut changer votre vie et celles de vos sujets pour toujours.

5Avec le film il faut tourner l’événement au moment où il se passe, sinon il est perdu pour toujours. Le film est relié absolument existentiellement à son objet, « a photochemical permeation of the world ».

6Le film a aussi la possibilité d’atteindre un public très large beaucoup plus qu’un écrit académique, et particulièrement les gens que vous filmez : et cela peut être un enrichissement mutuel.

7Pour vous former, regardez les films différemment :

  • leur « shooting style » ;

  • la construction ;

  • comment le montage établit des liaisons qui dépassent le contenu des plans eux-mêmes ;

  • comment se construit la narration ;

  • comment sont construits les personnages ;

  • les insuffisances du film et comment une autre histoire aurait pu voir le jour ;

  • quel film auriez-vous fait à la place du réalisateur ?

Film et vidéo

Pratique et théorie

8David MacDougall: « Implicit in a camera style is a theory of knowledge ». Des notions théoriques implicites sont à l’œuvre à chaque fois que l’on filme. Elles concernent notre rapport à la réalité que nous filmons et notre rapport aux futurs spectateurs.

9La plupart des conventions sont issues du film de fiction. Fiction et documentaire cependant ont un rapport différent aux mondes qu’ils décrivent. On ne peut « diriger » un documentaire comme on dirigera une fiction. Ce qui est important c’est de former votre propre style et qu’il soit le résultat de votre rencontre avec ce que vous allez filmer.

Ethnographie et documentaire

10Pas de distinction précise entre film ethnographique et film documentaire.

11Tous les films, même les films de fiction contiennent des informations de caractère ethnographique. Le film ethnographique appartient au genre documentaire dont il a emprunté les traditions même s’il a des particularités qui lui sont propres.

(Cross-) cultural ?

12Ce livre prend ce problème au sérieux.

13L’anthropologie a changé, le film a changé, le monde a changé et il est devenu de plus en plus interdépendant. Les gens prennent leur culture avec eux, émigrent, se marient entre premier, second, tiers et quart-monde. Implosion post-coloniale, et éclatement du monde communiste. Les documentaires sont faits partout dans le monde, et les cinéastes ethnologues reviennent chez eux pour étudier leurs propres sociétés montrant que leurs coutumes sont tout aussi curieuses et conventionnelles que partout ailleurs.

Différences culturelles ?

14Elles sont de plus en plus contenues dans des frontières géopolitiques. Sous-cultures, cultures, supercultures se mêlent, se reforment de nouveau sans cesse. Ce qui était exotique hier est domestique aujourd’hui ; et ce qui est domestique aujourd’hui sera exotique demain.

Les différences culturelles

  1. Le cinéaste appartient à une culture différente de celle du peuple qu’il filme ;

  2. Le cinéaste fait des films sur l’interaction des cultures (Cannibal Tours de D. O’Rourke, Photo Wallahs de D. MacDougall, Madame l’eau de J. Rouch, La trilogie de R. Anderson et B. Connolly...) ;

  3. Le cinéaste appartient à une culture différente de celle des spectateurs ;

  4. Il y aura probablement des différences culturelles chez les spectateurs ;

  5. Il peut y avoir des différences culturelles dans l’équipe de tournage du film ;

  6. Le cinéaste peut être lui-même le produit d’une rencontre de plusieurs cultures ;

15Les identités sont éclatées.

Vocabulaire

16Film = film ou vidéo

17Documentaire = documentaire ou documentaire ethnographique.

18Sujets, personnages, acteurs = les gens filmés

19Ils « jouent » leur vie devant la caméra. Ils ont besoin de devenir des « personnages » que le cinéaste construit soigneusement pour le film (comme en fiction).

20Pro-filmique = c’est ce qui se passe devant et autour de la caméra. Le terme est important parce que filmer ce n’est pas donner à voir la réalité mais représenter la réalité ; c’est un processus de choix et d’interprétation semblable à celui de l’écriture.

21Diégétique (« diegesis » ou diégétique) = La diégèse d’un film est son histoire, l’univers qu’il construit sur l’écran, tout ce que les événements et les personnages signifient. Le concept de diégèse est lié à celui de pro-filmique. Extra-diégétique se dit de ce qui n’est pas partie intégrante, naturelle de l’histoire. Par exemple, une musique off pour souligner un montage sur plusieurs années d’un personnage qui vieillit, etc.

22Des images peuvent être extra-diégétique (dans le Joli mai de Chris Marker le montage des chats et de la musique de harpe qui vient commenter les plans de la conversation).

23Des images peuvent être diégétiques et extra-diégétiques en même temps, faisant partie de la narration mais en même temps constituant un commentaire sur la narration elle-même. En tant que cinéaste, on peut jouer sur cette ambiguïté.

24La diégèse c’est l’histoire que le cinéaste construit en tournant et en montant, et le pro-filmique ce qui s’est réellement passé pendant que le cinéaste filmait.

Comment utiliser ce livre ?

25Il peut être utilisé comme une introduction au film ethnographique et documentaire et y trouver toutes les informations théoriques et pratiques dont les étudiants auront besoin au cours de leurs études universitaires.

26Ce livre est aussi un guide pratique pour le cinéaste indépendant qui veut s’essayer au film ou à la vidéo. L’ouvrage s’organise autour de trois parties :

  • « Commencer » : styles documentaires, problèmes éthiques, collaborateurs et collaboration, choisir et préparer son sujet...

  • « Nuts and bolts » : outils, caméra, son, film et vidéo, problèmes particuliers à des tournages lointains, principes esthétiques...).

  • « Etapes de la réalisation du film » : pré-production, production, post-production et distribution (à lire avant tout car la distribution influence ce que le cinéaste va filmer).

Haut de page

Notes

1 Ouvrage d’Ilisa Barbash et Lucien Taylor, 1997. University of California Press, Berkeley, Los Angeles, London.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Connan, « Cross-cultural filmmaking », Journal des anthropologues [En ligne], 79 | 1999, mis en ligne le 07 mai 2009, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://jda.revues.org/3118

Haut de page

Droits d’auteur

Journal des anthropologues

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org