Navigation – Plan du site
Anthropologie visuelle

« Evaluer l’ethnographie visuelle : recherche, analyse, représentation et culture »

Université de Leiden (24-29 septembre 1999)
Colette Piault
p. 173-177

Sous ce titre ambitieux et alléchant, s’est réunie à Leiden une conférence internationale. Les participants actifs, environ une vingtaine, venaient des Pays-Bas (dix, de Leiden et Amsterdam), mais aussi des Etats-Unis (John R. Freeman, Karl G. Heider), de Grande-Bretagne (Jonathan Benthall), du Japon (Yasuhiro Omori), d’Allemagne (Jean Lydall, Jos D. M. Platenkamp, Ivo Strecker), et de France (Jean Rouch, Colette Piault et Nadine Wanono).

L’occasion de cette rencontre était un hommage rendu à Dirk J. Nijland, responsable de la section d’Ethnographie visuelle au département d’anthropologie, au moment où il s’apprête à prendre quelque distance avec ses responsabilités universitaires après trente années à la tête de cette section. Il est important de rappeler qu’avant lui, Adrian A. Gerbrands (1917-1997) avait, au sein de ce département, largement contribué au développement d’une perspective théorique sur l’utilisation de l’audiovisuel dans la recherche anthropologique. Pour nous, qui avons suivi les films réalisés au sein de ce département à travers le bilan du film ethnographique et d’autres festivals internationaux, il était clair qu’à Leiden se trouvait un foyer intéressant et solide d’anthropologie visuelle, appelé là « ethnographie visuelle », une différence d’appellation qui n’est pas sans signification.

L’organisation de cette conférence reposait principalement sur les épaules de Selena van Apeldoorn, Erik de Maaker, Steef Meyknecht, Dirk J. Nijland, Metje Postma, Han Vermeulen aidés par plusieurs étudiants.

La structure de cette rencontre était originale et fructueuse. Les organisateurs ont sélectionné sept films ( quatre avaient été réalisés dans le cadre de l’université de Leiden ) dont la projection, ouverte à un public plus large, avait lieu en soirée. Le lendemain, les réalisateurs de ces films devaient présenter chacun une communication à propos de leur travail (recherche, projet, tournage, montage...) et des rapporteurs qui, avant la conférence, avaient pu lire le texte de la communication et visionné le film, devaient présenter un point de vue à ce propos. Les films étaient regroupés autour d’un thème qui était également au centre d’une table ronde quotidienne qu’animait un président de séance, déjà chargé d’harmoniser les échanges entre réalisateur et rapporteur.

Ces thèmes couvraient quelques aspects généraux du champ de l’anthropologie visuelle :

  1. Recherche et analyse à l’aide de moyens audiovisuels

  2. La représentation visuelle de la recherche anthropologique

  3. Le récit dans le film ethnographique.

La séance de clôture fut consacrée à un exercice synthétique : « Evaluer l’ethnographie visuelle : Recherche, Analyse, Représentation et Culture ».

La section d’Ethnographie visuelle de l’université de Leiden, fortement marquée par la personnalité et les préoccupations de son responsable, Dirk Nijland, s’est principalement concentrée sur l’enregistrement descriptif et soigneux des rituels, en particulier en Inde et en Indonésie.

Ainsi la première des trois journées fut consacrée à la discussion de trois films portant sur des rituels : The Shadow of the Sun (Dogon Mali ; Nadine Wanono, CNRS, France), Teyyam, The Annual Visit of the God Vishnumurti (Kerala, Inde ; Erik de Maaker, Leiden, Pays-Bas), et Seven Young Gods of Fortune : Fertility Rite of Dosojin (Rural Japan ; Yasuhiro Omori, musée d’Osaka, Japon), ainsi qu’à la présentation par Paul Folmer (Leiden) de ses travaux sur les rituels de mariage manding au Sénégal et surtout à la manière dont les enregistrements en vidéo pouvaient servir à mettre en évidence les résultats d’une recherche ethnographique.

La deuxième journée s’est concentrée sur le travail de Ivo Strecker et Jean Lydall chez les Hamar d’Ethiopie autour d’un de leurs films Song of the Hamar Herdsmen et sur un film réalisé par Dirk Nijland, Bert van den Hoek (université de Leiden) et Bal Gopal Shrestha (Tribhuvan University, Katmandou, Nepal & Université de Leiden), Sacrifice of Serpents : The Festival of Indrayani : Katmandu, 1992-94.

Le troisième jour, nous avons quitté le monde des rituels pour aborder le cinéma ethnographique en Europe avec les films Men and Mares (Zeeland, Pays-Bas ; Metje Postma, Leiden) montrant la relation entre hommes et juments de labour dans une île du Zeeland et un premier montage du film Boarded Up (Amsterdam, Pays-Bas ; Steef Meyknecht, Leiden) consacré à une expulsion et au relogement de locataires d’un immeuble à Amsterdam.

Le fait d’argumenter à partir d’un ou de plusieurs films précis m’a paru une formule intéressante et originale.

Un livre devrait reprendre et développer les principaux thèmes abordés. Nous nous contenterons ici de citer « en vrac » quelques‑unes des questions posées et des idées lancées :

  • A propos du film de Yasuhiro Omori : les chercheurs se concentrent sur leur recherche et oublient de s’attacher à une présentation pour des spectateurs non avertis ; jusqu’à quel point le contexte est-il nécessaire pour une bonne compréhension par le public ? Quel public visons-nous ?

  • Selon Dirk Nijland, l’idée que « les images doivent raconter l’histoire » n’est pas recevable.

  • Se pose alors la question centrale de l’utilité du commentaire et de sa nature.

  • Ivo Strecker fait remarquer que le cinéma ethnographique a d’une certaine façon révolutionné l’ethnographie en posant la question de la place de l’ethnologue et de sa relation à l’autre. Ne serait-ce que pour cette raison, il convient, selon lui, de célébrer le rôle du film.

  • Karl Heider fait remarquer que les tout premiers films ethnographiques portaient sur la technologie, pas encore sur les rituels. Ainsi le récit devait (et pouvait) être visuel. Selon lui, la description de la culture de la patate douce était un processus simple comparé à quinze jours d’un rituel complexe.

  • Se référant à cette affirmation de Karl Heider, Ivo Strecker pose la question : « Peut-on filmer des idées ? ». Filmer serait comme chasser mais on ne tue (shoot) pas, on lit et suit des signes. On ne filme pas des idées mais on filme l’expression de ces idées.

  • Quel serait l’effet d’un tournage sur les personnes filmées ? Souvent surévalué par le réalisateur.

  • Mais à cette interrogation s’ajoute une question posée par Jonathan Benthall à propos des personnes qui ne souhaitent pas être filmées dans le cas où leurs proches voisins verraient le film. Se pose alors le droit des personnes filmées sur le film.

  • Le film pourrait être conçu comme un instrument pour la recherche anthropologique plutôt que comme une représentation visuelle.

En conclusion, la question « est-il possible de filmer une idée ? » se pose à nouveau. Ce ne serait pas possible du point de vue d’un observateur mais par contre tout à fait acceptable du point de vue d’un participant à une culture donnée : n’est-ce pas déjà le cas de la peinture abstraite ?

Dirk Nijland nous a offert une conférence d’adieu « farewell lecture » où il a mis l’accent sur l’émergence de l’ethnographie visuelle comme sous-discipline et précisé les raisons pour lesquelles à son avis le « visuel » joue un rôle prépondérant et dans une certaine mesure autonome dans l’esprit humain.

Han Vermeulen, en conclusion, mentionne l’existence de différents courants en anthropologie visuelle, en France, en Grande‑Bretagne ou aux Pays-Bas qui s’orientent de plus pen plus vers la réalisation de films satisfaisants.

Il précise qu’au moment de remercier Dirk Nijland, le choix pouvait se faire entre un livre hommage ou une conférence entre ethnologues et cinéastes. Le choix d’une conférence donnant lieu à un ouvrage a permis de combiner les deux possibilités. Des extraits de films pourraient être intégrés dans l’ouvrage en DVD.

Le nombre limité de participants à cette conférence a rendu les contacts fructueux et l’atmosphère tout à fait chaleureuse et agréable. Le fait de débattre pendant trois jours à propos de seulement sept films et le fait de les projeter la veille des sessions qui leur étaient consacrés, fut productif et satisfaisant.

Ces trois journées se sont achevées par une excursion-réception « en bateau sur l’eau » bien sûr, au cours de laquelle sous une somptueuse pleine lune et en musique, nous avons affronté un redoutable orage avec éclairs, tonnerre, foudre...

Parmi les cadeaux offerts à Dirk pour son départ, il y avait une bicyclette : nous pouvons donc espérer le voir arriver très bientôt à Paris...

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org