Navigation – Plan du site
Ethnologie au jour le jour

Ethnologie et préhistoire au quotidien

Jean-Luc Chevanne
p. 141-144

Texte intégral

1Le IXe Championnat européen de tir aux armes préhistoriques du Mas d’Azil (Ariège) a réuni plus de soixante-dix participants représentant l’Italie, l’Allemagne, l’Angleterre, la Belgique, les Pays‑Bas, l’Espagne et la France, devant la grotte du Mas d’Azil, mondialement connue des préhistoriens pour la spécificité des vestiges exhumés par  Edouard Piette au début du XXe siècle.

2Malgré certains aspects folkloriques, cette manifestation mérite qu’on s’y arrête car elle met clairement en évidence la nécessité d’une collaboration entre deux disciplines : l’ethnographie et la préhistoire. Seules en effet les données d’une ethnotechnologie comparée ont permis de redonner du sens à certains vestiges fragmentaires de l’époque magdalénienne et de l’époque azilienne. Ainsi certains  fragments d’os taillés et sculptés, arbitrairement classifiés sous l’appellation générique « emblèmes de pouvoir », ont-ils retrouvé leur définition initiale : il s’agit en fait d’extrémités ouvragées de propulseurs utilisés pour la chasse, dont le bras de levier en bois a depuis longtemps disparu.

3Non seulement ces outils ont retrouvé un sens, mais la technique de jet qu’ils servaient revit grâce aux observations des ethnologues qui ont rendu compte du mode de vie des Aborigènes d’Australie ou des Inuit du Grand Nord. De même il est permis de penser que la production du feu ne se limitait pas à la percussion  du fer natif par un silex et qu’outre l’ignition par percussion, l’échauffement du bois frotté devait également être connu, même si les outils utilisés à cette fin  n’ont pas traversé le temps.

  • 1 Monsieur Jean Vergé recherche des informations sur les techniques de fabrication et de maniement d (...)
  • 2 Encore convient-il de souligner que ce chercheur revendiquait sa marginalité en se réclamant de la (...)

4La hutte préhistorique animée par un jeune chercheur en archéologie permettait une approche très convaincante des techniques d’allumage du feu, de taille de grattoirs, de lames de poignard et de pointes de flèches en silex, ainsi que de la fabrication d’aiguilles d’os à chas. Les flèches et propulseurs empiriquement construits et expérimentés par un érudit local à partir des rares observations ethnographiques1 dont il dispose et de beaucoup de bon sens rendaient également compte de cette passion pour l’ethnotechnologie. Un autre chercheur s’efforçait d’évoquer l’environnement magique de l’homme préhistorique au travers de la représentation des techniques chamaniques notamment pratiquées par les Indiens d’Amérique du Nord et par les nomades des steppes d’Asie Centrale. Bien que crédible sur le plan de la maîtrise d’instruments de musique primitifs (xylophone de blocs de silex, conques et autres coquillages utilisés comme instruments à vent, tubes musicaux, mâchoires utilisées comme crécelles…), donc encore une fois par référence à une interprétation ethnotechnologique de l’utilisation présumée de vestiges trouvés dans les fouilles, cette démonstration ne dépassait toutefois pas le stade de l’hypothèse conjoncturelle dans la mesure où nous ignorons tout de la nature de l’univers magique dans lequel évoluaient les hommes du mésolithique2.

5La palethnologie se propose depuis 1865 d’éclairer le comportement des hommes préhistoriques par l’observation du quotidien présent ou historiquement inscrit dans le présent de populations aborigènes, et les travaux de André Leroi-Gourhan (1964, 1965, 1971, 1973) illustrent parfaitement cette ethnologie préhistorique.

6Mais comme le souligne José Garanger (1975) :

L’intention était bonne d’envisager la préhistoire comme une ethnologie du passé. La méthode proposée l’était beaucoup moins qui, par exemple, prétendait éclairer le comportement des Magdaléniens par celui des Eskimo actuels, en négligeant ainsi une quinzaine de millénaires dans l’histoire de l’humanité (…) de telles maladresses de jugement conduisirent à cette idée qu’une étroite collaboration des deux disciplines, intuitivement comprise comme nécessaire, ne pouvait être immédiatement acceptable, idée que renforça bientôt l’évolution de chacune d’elles.

7Il convient toutefois de relativiser cette assertion : s’il est aujourd’hui présomptueux de prétendre retracer la préhistoire des mentalités, des croyances et des comportements de l’homme du Magdalénien, il est par contre tout à fait plausible de reconstruire une partie de son mode de vie au moyen des vestiges de son environnement  technique. Pour André Leroi-Gourhan (1971 : 10) :

Le témoignage des techniques est donc précieux car c’est sur lui que repose la possibilité de ne pas confondre ce que nous supposons avoir été les premiers pas de l’humanité avec ce que nous en savons objectivement.

8Sans doute faut-il également rappeler, comme le note encore Leroi-Gourhan, que les cadres classificatoires des techniques sont le fait d’ethnologues et non de technologues, qui étaient de ce fait beaucoup plus préoccupés par le mode de production et le mode de vie des populations qu’ils étudiaient que par les techniques de production et de fabrication des outils du quotidien.

Haut de page

Bibliographie

GARANGER J., 1975. « Préhistoire et ethnologie. Exemples océaniens », in CRESSWELL R., Eléments d’Ethnologie, I : Huit Terrains. Paris, Armand Colin.

LEROI-GOURHAN A., 1964. Le geste et la parole : Technique et langage. Paris, Albin Michel.

LEROI-GOURHAN A.,1965. Le geste et la parole : La mémoire et les rythmes. Paris, Albin Michel.

LEROI-GOURHAN A., 1971. L’homme et la matière. Paris, Albin Michel, (1re éd. 1943).

LEROI-GOURHAN A., 1973. Milieu et techniques. Paris, Albin Michel (1re éd. 1945).

Haut de page

Notes

1 Monsieur Jean Vergé recherche des informations sur les techniques de fabrication et de maniement du propulseur encore utilisées dans certaines régions du monde, et qu'il souhaiterait expérimenter. Je lance en son nom un appel à la communauté scientifique des anthropologues après lui avoir envoyé photocopie de tout ce qu’André Leroi-Gourhan a publié sur la question. Ecrire à la rédaction qui transmettra.

2 Encore convient-il de souligner que ce chercheur revendiquait sa marginalité en se réclamant de la profession de « préhistorien saltimbanque ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Chevanne, « Ethnologie et préhistoire au quotidien », Journal des anthropologues, 79 | 1999, 141-144.

Référence électronique

Jean-Luc Chevanne, « Ethnologie et préhistoire au quotidien », Journal des anthropologues [En ligne], 79 | 1999, mis en ligne le 01 décembre 2000, consulté le 23 août 2017. URL : http://jda.revues.org/3109

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Chevanne

Paris VIII – ISCI
Laboratoire Images et Sons - Cultures et Identifications

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Journal des anthropologues

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org