Navigation – Plan du site
Anthropologie visuelle

Point de vue : comment peut-on être persan… et documentariste ?

Laetitia Mikles
p. 317-319

Texte intégral

1Comment parler de l'état de la société iranienne lorsqu'on est documentariste ?

2Aborder la question de la réalité sociale sous un régime politique autoritaire intégriste est sans doute un exercice beaucoup plus risqué quand on travaille à partir d'images puisées directement dans le réel, que lorsqu'on utilise les fards et les détours de la fiction.

3Que ce soit sous le régime du Shah ou après la révolution islamique de 1979, la censure s'est toujours montrée particulièrement intransigeante envers les documentaristes. C'est à la suite du tournage de la Croisière jaune, film tourné dans les années trente par A. Sauvage et L. Poirier, mettant à nu les conditions de vie misérables de certaines catégories de la population iranienne que le Ministère de la Culture et de l'Orientation Islamique, qui procède encore de nos jours à l'examen de la composition de l'équipe technique et des acteurs, contrôle parfois les lieux-mêmes du tournage pour vérifier que les « bonnes mœurs islamiques » y sont bien respectées.

4Ce système imprécis des normes concerne essentiellement la façon dont sont représentés la figure de la femme (respect strict du port du voile...) et les rapports de couple... Ce qui a pour effet d'écarter tout gros plan sur des visages féminins et de condamner toute scène sensuelle. De façon plus générale, ce sont les cinéastes eux-mêmes qui procèdent à leur propre censure, évitant certains sujets à caractère religieux ou politique, objets de contrôles particulièrement stricts.

5Le festival du Cinéma du Réel proposait cette année une rétrospective mettant à l'honneur le cinéma iranien. Près de 54 films de fiction et de documentaires dont une grande majorité de courts-métrages ont permis de balayer près de quarante ans de cinématographie iranienne.

6De cette programmation s'est détachée bien sûr l'œuvre d'Abbas Kiarostami. Cette rétrospective a ainsi donné l'occasion de découvrir certains de ses courts métrages (Le pain et la rue, 1970 ; Solution, 1978) qui annoncent Le goût de la cerise avec ses collines brunes désertiques, ses longues routes en lacets, le silence et la solitude de l'automobiliste... et de revoir avec plaisir Devoirs du Soir, La Récréation, Le Passager.

7On savait son œuvre largement centrée autour de l'enfance, thématique souvent amenée à rimer avec souffrance chez Kiarostami. La mise en perspective de l'œuvre du cinéaste avec une partie de la production nationale a permis de constater que c'est un thème récurrent dans le cinéma iranien. Qu'ils soient personnages de conte moral (P comme Pélican de Kimiavi, Le voyage de Beyraï...) ou sujets de documentaires traitant de leur conditions de vie et donc de travail (Mes oiseaux et moi de Mehranfar, La briqueterie de Moghadassian, Le bac de Azimpour...), les enfants sont à la fois les victimes des dysfonctionnements de la société et les dépositaires d'une certaine forme de poésie. Il est sans doute plus facile, quel que soit le régime en place, d'évoquer l'état de la société iranienne par le biais des enfants (violence et illétrisme des parents dans Devoirs du soir, exploitation des travailleurs mineurs ou adultes dans La Briqueterie).

8Le risque d'une telle programmation était de présenter des reportages télévisuels ne faisant que reproduire le discours officiel de la République Islamique. Le documentaire étant traditionnellement un genre cinématographique contestataire vis-à-vis du pouvoir, on peut être surpris du choix de certains films flirtant avec la propagande politique (La vie dans les montagnes, décrivant la vie des combattants à la frontière de l'Irak mais surtout prétexte à vanter l'équipement militaire national) ou religieuse (O protecteur  des gazelles, Arbaïn, films exaltant la ferveur religieuse sans grand intérêt esthétique ni même ethnographique).

9Mais si la production documentaire iranienne reste largement soumise aux institutions gouvernementales (Organisation du Logement, Institut pour le développement intellectuel des enfants et des jeunes adultes...), certains films parviennent tout de même à assumer leur fonction de dénonciation et leur engagement social : dans Mariage et divorce, Djavadi révèle les malversations des tribunaux qui bafouent quotidiennement les droits de la femme, Farokhsad condamne l'exclusion sociale des lépreux dans La Maison est noire...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laetitia Mikles, « Point de vue : comment peut-on être persan… et documentariste ? », Journal des anthropologues, 77-78 | 1999, 317-319.

Référence électronique

Laetitia Mikles, « Point de vue : comment peut-on être persan… et documentariste ? », Journal des anthropologues [En ligne], 77-78 | 1999, mis en ligne le 01 juin 2000, consulté le 27 mai 2017. URL : http://jda.revues.org/3094

Haut de page

Auteur

Laetitia Mikles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Journal des anthropologues

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org