Navigation – Plan du site
Anthropologie visuelle

Échos d'en France…

p. 305-316

Quelques universités et centres culturels organisent chaque année une manifestation autour de l'anthropologie visuelle et/ou du cinéma ethnographique, associant avec succès universitaires et public régional.

Nous avons déjà publié les premiers échos de ces manifestations dans le Journal des anthropologues (1997 - n° 70).

Mais ces rencontres se poursuivent...

Grenoble

Ethnologie et Cinéma

IIIe Rencontres du Film EthnographiqueGrenoble, 15-20 mars 1999Cécile Gouy-Gilbert
Université de Grenoble)

Si les premières Rencontres se sont déroulées sous le signe de l'Afrique, les secondes ont évolué vers une programmation plus hétéroclite, qui s'est affirmée lors des troisièmes Rencontres, chaque journée étant consacrée à un thème particulier :

  • Le mythe Dogon

  • Le grand Nord

  • Filmer le mouvement

  • Nature à brut

  • Gens de l'Alpe

Ce parti pris de programmation, particulièrement apprécié par le public, a permis :

  • des rencontres entre des personnes, de formations diverses, travaillant sur des territoires ou des sujets, différents ou non ;

  • la mise en perspective de regards sur un même sujet ; ainsi par exemple, pour ce qui est du thème Filmer le mouvement, le public s'est vu confronté à deux approches cinématographiques différentes : l'une très scientifique autour des gestes traditionnels, développée par Jean Dominique Lajoux et l'autre, plus expérimentale, d'Eric Pauwels avec la danse contemporaine ;

  • de mobiliser et de travailler avec des partenaires divers tout en respectant leur singularité : université, musée, cinéma d'art et d'essai, squatt artistique ;

  • et surtout, cette programmation a permis des échanges nourris, entre les intervenants eux-mêmes et entre les intervenants et le public, développant tour à tour des discussions autour de l'écriture cinématographique, du contenu des films, de l'ethnologie, de nos vies et de notre temps.

C'est cette synergie, provoquée par ce type de rencontres, que nous souhaitons réactiver l'an prochain.

Amiens

Bilan des Rencontres d'Ethnologie Visuelle
organisées les 29 avril & 10-12 mai 1999
Association des étudiants en ethnologie (Université de Picardie)

Cette année encore l'Association des étudiants en ethnologie d'Amiens a mobilisé enseignants, professionnels, étudiants d'Amiens et d'ailleurs, lors des deuxièmes Rencontres autour de l'ethnologie visuelle.

Pour cette nouvelle édition l'équipe d'étudiants a voulu reprendre les éléments déjà développés en avril 1997 mais aussi élargir la problématique de ces rencontres à l'anthropologie visuelle et non plus se limiter aux seuls films ethnographiques. C'est ainsi que les différents ateliers mis en place ont pu faire valoir l'intérêt scientifique que peut présenter le cinéma mais aussi le multimédia et la photographie. De plus, la problématique choisie cette année a privilégié les travaux récents (nouvelles problématiques, terrains proches, situations politiques actuelles, nouveaux concepts), c'est-à-dire toutes les productions contemporaines que l'on peut englober sous la formule « ethnologie du présent ». Ainsi, au moment où se développent des outils de communication destinés au grand public, ces Rencontres voulaient mettre l'accent sur la réappropriation de ces outils pour la recherche en sciences humaines, faire progresser la réflexion générale sur les possibilités heuristiques de l'utilisation des médias, mais aussi contribuer à l'élaboration et au développement de nouveaux moyens d'investigation et de diffusion au service du savoir anthropologique ; ceci explique donc le choix du titre : « Nouveaux outils, Nouvelles approches, Nouveaux regards ».

Pour répondre pleinement à cette double problématique, il nous fallait en même temps susciter l'attention et la participation de spécialistes et d'étudiants de la discipline, mais aussi permettre à chacun, initié ou non à l'ethnologie, de participer pleinement aux manifestations. Ainsi, à la nécessité d'ouvrir une réflexion de qualité sur la discipline, s'ajoutait celle d'organiser ce « Festival » de façon à susciter à l'intérieur de l'université de Picardie et dans sa ville d'accueil Amiens, une curiosité, une émulation collective dans le cadre de quatre journées d'accès libre et gratuit au rythme soutenu et aux activités éclectiques.

L'organisation de cette manifestation a été possible grâce au concours bénévole des professeurs, du personnel de l'université et de professionnels de la culture à Amiens qui ont permis de pallier la difficulté d'obtenir les fonds espérés initialement. Malgré notre budget réduit, nous sommes parvenus à réaliser l'ensemble de la manifestation programmée.

– La première journée, 29 avril 1999, fut entièrement consa­crée à la réflexion sur l'utilité du multimédia en ethnologie autour d'une conférence et d'un atelier de manipulation des différents CD‑ROM (Arman, Premiers contacts, premiers regards, 100 ans de cinéma ethnographiques, Visite virtuelle du musée des Arts d'Afrique et d'Océanie)créés par notre invité Pierre L. Jordan, chercheur à l'EHESS de Marseille.

Trois thèmes ont particulièrement retenu notre attention : le CD-ROM comme outil d'investigation et de stockage des informations pour l'ethnologue sur le terrain ; comme moyen de diffusion des travaux en direction des spécialistes et du public ; ce qui nous a conduit à une réflexion plus générale sur l'utilisation faite et à faire de ce nouvel outil.

Les travaux réalisés et présentés par Pierre Jordan ont permis d'illustrer grâce à ces cas concrets, quelques applications possibles tout particulièrement visibles dans le premier CD-ROM.

Premiers contacts, premiers regards retrace les premiers pas du film ethnographique, ce qui permet le visionnage des premiers documents du genre, rendu impossible ou très difficile par la rareté et la détérioration des supports d'origine.

Dans un souci de synthèse pédagogique, des liens hyper-textes permettent de visualiser au cours de la lecture de l'histoire du film ethnologique, des extraits de films et des informations connexes sur le réalisateur, le lieu et les conditions de tournage.

Malgré le peu de légitimité actuellement accordé à cet outil par les universités, toutes disciplines confondues, l'expérience de cette journée a suscité l'intérêt d'un grand nombre d'entre nous, étudiants et professeurs. Cette constatation nous permet d'insister sur l'intérêt de soumettre ce nouvel outil à une rigueur pédagogique de qualité plutôt que de laisser la place aux seuls intérêts financiers menant le plus souvent à une vulgarisation excessive et stérile. Engager une réflexion générale sur les modes d'utilisation des moyens d'information et de communication à notre disposition paraît essentiel.

– La deuxième journée, lundi 10 mai, était principalement tournée vers une réflexion sur le rapport entre anthropologie et photographie, autour de trois grandes thématiques : la photographie comme regard, comme objet de recherche et comme outil.

Deux expositions photographiques – indépendamment de leurs thèmes respectifs – ont été présentées sous le titre Au commencement est le regard... En effet, tant les photographies de Guy François en Inde, que celles de Franck Socha, photographe professionnel, prises au cours d'un séjour de travail en Bulgarie alors qu'il s'était accordé deux heures de pérégrinations pour découvrir la ville, nous ont permis d'engager la réflexion sur ce regard et la rencontre de l'autre.

Cela nous semblait être une invitation naturelle et libre qui pouvait sensibiliser chacun, initié ou non, à la découverte de la démarche ethnologique ; ces photos permettent de souligner que l'ethnologue, avant d'être un intellectuel pourvu de catégories analytiques pour observer le monde, est d'abord homme ou femme et qu'ainsi, sa démarche toute subjective est d'abord la curiosité et la volonté d'approcher l'autre.

Dans cette perspective, la photo apparaissait comme un moyen de matérialiser le regard : ce support permet en effet de mettre en évidence le caractère ambigu du regard qui, comme la photographie, n'est jamais la réalité mais seulement un reflet partiel et partial de celle-ci. Ce support permettant de stimuler la réflexion sur le rapport de l'ethnologue à la subjectivité et sur la possibilité de varier les interprétations du réel, autant de fenêtres sur l'autre.

En ce qui concerne la photographie comme objet de recherche, il ne nous a pas été possible d'obtenir l'exposition que nous souhaitions.

Les photograhies retrouvées et rassemblées par Santu Mofokeng, photographe et chercheur en sciences sociales à l'université de Witwaterstand à Johannesburg auraient permis de montrer que la photographie en tant que mise en scène du réel, participant d'une époque historique particulière, stigmatise les représentations collectives propres à cette époque et nous offre ainsi une clé anthropologique de lecture. Les clichés convoités représentaient les familles noires de la classe laborieuse sud-africaine au siècle dernier, se mettant en scène, utilisant les attributs de l'époque victorienne selon le modèle dominant des colons anglo-saxons.

La photographie en tant qu'objet, en plus d'un aspect esthétique, permettait dans ce cas non seulement de révéler un aspect refoulé de l'histoire du peuple noir sud-africain, mais aussi d'analyser et de comprendre les rejets des descendants des familles photographiées vis‑à‑vis de ces éléments de mémoire peu glorieux après le développement ultérieur du régime d'apartheid.

– Enfin, la troisième partie photographie comme outil, fut traitée par Albert Piette ethnologue et maître de conférence à Paris VIII.

Présentant ses propres travaux, il nous incita à la réflexion sur la photographie comme outil pour approfondir et perfectionner la collecte des informations de l'ethnologue sur le terrain. Ainsi, au même titre que des notes écrites, ces photographies sans aucune perspective esthétique constituent une base de travail, un brouillon, pour affiner et développer une analyse des parades chorégraphiques des carnavals en Belgique.

A chaque étape de son travail, observation, description, analyse, l'ethnologue fait plus ou moins consciemment une sélection dans la réalité et élimine le plus souvent les détails qu'il juge non pertinents, insignifiants. La photographie prise sur le vif permet au chercheur d'apercevoir les détails qu'il aurait d'emblée éliminés de sa description, le plus souvent des attitudes de détachement, d'ennui, d'inattention de certaines personnes vis-à-vis du rituel observé.

C'est cet ensemble  de détails qu'Albert Piette a dénommé « mode mineur de la réalité » qui est devenu progressivement son objet d'étude, lui permettant une approche interactionniste, une analyse plus fine, plus souple, plus arrondie de la réalité.

La pertinence de cette réflexion se situe donc non seulement au niveau méthodologique, mais aussi épistémologique, puisqu'elle tente de dépasser la vision archétypale du réel – « bulldozer descriptif » – trop souvent présente dans les travaux ethnologiques.

En dépit de notre souci d'ouvrir les Rencontres 1999 à d'autres formes d'utilisation de l'image, les deux derniers jours de ces Rencontres, mardi 11 et mercredi 12 mai, furent entièrement consacrés à des projections, ateliers de réflexion et débats sur ce que peut être et ne peut pas être le film ethnologique, au travers d'une programmation évoluant aux confins des films du genre, parfois réalisés par des non ethnologues, mais présentant un intérêt anthropologique certain.

Tout en suivant la thématique générale déjà évoquée d'ethnologie du présent, nous avons voulu présenter un panel de productions cinématographiques aux sujets, aux tons et aux approches variés, permettant des comparaisons constructives et des débats animés.

La série de projections s'est ouverte dès le lundi 10 mai avec la Trilogie sur les Hamar d'Ethiopie de l'ethnologue Jean Lydall et de la cinéaste Joanna Head, réalisée par la BBC.

Le public fut nombreux ; cette trilogie malgré des opinions divergentes n'a laissé personne indifférent en raison de la qualité esthétique et sensible de son approche intime des relations entre hommes et femmes.

Ces relations régies par un ordre traditionnel peuvent aussi être remises en cause avec lucidité par les jeunes femmes qui semblent se confier en toute simplicité et en toute franchise à Jean Lydall, qu'elles connaissent depuis de très nombreuses années. Mais la qualité des images, le jeu de lumière et de cadrage nous amènent à penser que l'équipe de réalisation était nombreuse et qu'elle a pu présenter une réalité quelque peu faussée par cette présence étrangère. Pourtant, les réalisatrices ne font à aucun moment référence aux conditions de tournage. Que ce film ait été destiné à un large public, a pu jouer en défaveur de la rigueur anthropologique qui aurait nécessité une contextualisation plus grande à la fois du tournage et des conditions de vie de cette population. Grâce au débat animé par Jean Copans, ethnologue africaniste à l'université de Picardie, les limites aussi bien que les mérites de ce film ont été discernés et discutés collectivement dans un cadre convivial que nous avions souhaité pour cette première soirée.

Ces films ont fortement touché le public qui a parfois exprimé une certaine frustation devant l'absence d'explications et de commentaires ethnographiques permettant d'expliciter certains traits culturels restés obscurs. Ainsi, dès cette première soirée, est apparue la problématique générale qui allait parcourir l'ensemble des projections et débats, à savoir la nature du film ethnologique, qui n'est ni un reportage, ni une œuvre d'art : doit-il susciter l'émotion ? Jusqu'à quelle limite ? Quelle place accorder aux commentaires ? En résumé, quelles sont les limites inhérentes à la spécificité de l'approche cinématographique pour rendre compte du réel.

Le premier atelier-débat animé par Colette Piault le mardi 11 mai, nous a permis au travers de sa présentation historique de l'évolution du film ethnologique en particulier sur l'utilisation du son et de la parole, de développer notre capacité à lire l'image et ainsi, à mieux nous détacher de nos réactions spontanées pour aboutir à une analyse plus critique, plus construite.

Au travers des différents extraits de films classiques ethnologiques, Colette Piault s'est attachée à l'importance du choix du fond sonore pour la construction du sens de l'image : musique post-synchronisée ou bruits de la vie quotidienne des populations filmées ; parole donnée au sujet du film ou commentaire exclusif de l'ethnologue. Ce dernier n'apparaît plus comme le gage exclusif de la scientificité du discours cinématographique : Colette Piault se référant au « courant d'observation », de tradition anglo-saxonne, a par exemple préféré dans ses propres films exploiter les « plans de développement » qui donnent à voir par eux-mêmes, plutôt que de proposer un commentaire directif pouvant, dans certains cas, éclipser la libre interprétation du spectateur.

Nous touchons ainsi également au débat sur la légitimité réciproque de l'écrit et de l'image. L'utilisation récurrente du commentaire dans certains films ethnologiques montre bien que la lecture de l'image est encore dominée par une culture de tradition écrite. Ce débat nous a également permis d'aborder la place, le statut du mode d'expression dans le film ethnologique, lié aux choix d'ordre éthique, idéologique et politique de l'ethnologue, qui est aujourd'hui mis en péril par les commandes des programmateurs des chaînes de télévision, financeurs potentiels les plus puissants. Ainsi, malgré l'avantage que cette possibilité de diffusion en direction du grand public peut apporter à la discipline, Colette Piault a insisté sur l'importance de la rigueur et de la prudence indispensable pour tout ethnologue confronté à ces nouvelles conditions de diffusion.

Cette journée du mardi 11 mai s'est achevée par la projection dans un cinéma indépendant du centre ville d'Amiens, du film Récréationsde Claire Simon, cinéaste documentariste. Ce film venait confirmer le caractère volontairement hétéroclite de la programmation, et participer à la réflexion sur la « catégorie de l'Autre ».

Filmé caméra à l'épaule, sans aucun commentaire ni introduction, Récréationss'attache aux moindres faits et gestes de nos « chères petites têtes blondes » évoluant dans une cour de récréation qui constitue une « sorte de petit pays, si petit qu'il ressemble un peu à une scène de théâtre [...] Il s'appelle la cour, et son peuple les enfants ». Il nous donne à suivre l'évolution des jeux improvisés qui se construisent et se déconstruisent au fil de la définition toujours incertaine, parfois violente, des rapports de force.

Le débat animé à la suite du film par Thierry Roche, enseignant à la faculté d'ethnologie, et Madame Ropé, enseignante en sciences de l'éducation, a été rapidement orienté par le public, en grande partie spécialiste ou intéressé par la petite enfance, vers les différents modes de socialisation de l'enfant.

Les réactions relativement violentes, voire choquées du public, confirment l'efficacité de ce film voué à casser les idées reçues sur l'enfance trop souvent vue comme un âge d'or, auréolée de la vision idéalisée de l'innocence de l'enfant. En effet, la plongée au cœur des relations enfantines fait ressentir des impressions de violence et conduit à se demander si la violence est intrinsèque à l'homme ou culturellement héritée dès la plus jeune enfance, si elle participe nécessairement au développement de l'enfant dans l'affirmation de sa personnalité et sa socialisation ou au contraire si les attitudes observées dans ce film dénotent déjà l'influence des « pathologies » de la société « adulte ».

L'absence d'intrusion d’adultes tout au long du film a facilité ces interrogations restées en suspens, mais a également soulevé le problème de l'influence de la réalisatrice qui avait prié des institutrices de ne pas intervenir.

Le succès auprès d'un public nombreux de ce film aux scènes à la fois tendres, comiques ou émouvantes, a contribué à une longue soirée festive et conviviale.

Toute la journée du mercredi a été consacrée à des programmations vidéo en atelier qui, nourrie des réflexions élaborées durant les deux jours précédents, ont affiné notre regard sur cette forme cinématographique.

Le matin : Les Reflets de la vied'Eliane de Latour, Chronique d'une banlieue ordinairede Dominique Cabrera et La montagne égrenée réalisé par les étudiants de l'institut Louis Lumière.

Pour Les Reflets de la vie: Eliane de Latour a filmé dans les Cévennes des personnes âgées vivant leur vieillesse différemment selon la vie qu'elles ont connue et selon qu'elles vivaient encore chez elles ou en maison de retraite. Des liens étroits d'amitié ont été tissés entre ces personnes et Eliane de Latour, dont le film, avec tendresse et pudeur, rapporte les réflexions et méditations sur la mort et le vécu de la vieillesse. Cette intimité du vécu est transposée à l'écran par de subtils procédés cinématographiques comme le choix des cadrages et des éléments de contextualisation, le rythme adopté...

Chronique d'une banlieue ordinaire a été réalisé par Dominique Cabrera, une cinéaste documentariste. Elle se penche sur l'évolution, depuis sa naissance, d'un quartier de tours HLM de Mantes-la-Jolie en utilisant un procédé cinématographique original. La réalisatrice, dans son introduction, présente des images publicitaires vantant le caractère novateur de ces immeubles dans les années soixante, qu'elle confronte avec des interviews d'anciens locataires revenus pour le tournage dans les appartements désormais vides, juste avant leur destruction.

A l'image négative stéréotypée, véhiculée par les médias ainsi qu'à la froideur des murs s'opposent les discours des habitants qui rapportent leurs souvenirs, en tentant de façon émouvante de restituer la vie de ces lieux, alors emplis des rires des enfants. Charge poétique accentuée par l'utilisation du noir et blanc, subjectivité des personnages, reprise à son compte par Dominique Cabrera, et qui dénote parfois un parti pris un peu trop marqué ; l'ambiguïté de ces procédés fut au cœur des débats : est-il nécessaire de cadrer la seule famille française de telle manière qu'elle provoque des rires plus méprisants que tendres, et de cadrer les deux médecins de l'immeuble dans un simulacre de tribunal dont il seraient les procureurs ?

La montagne égrenée répondait à un des objectifs des prochaines Rencontres que nous avions voulu déjà mettre en œuvre cette année : faire de l'étudiant non plus un spectateur, mais un réalisateur à part entière, capable de penser et de discuter le sens donné à ses images. C'est pourquoi cette année, en attendant de pouvoir montrer nos propres productions, nous avons voulu faire appel à d'autres étudiants, ceux de l'Institut national Louis Lumière qui nous livrent avec tendresse et humour quelques jours de la vie d'un boucher itinérant, dernière figure emblématique d'un lien social qui se dissout au fil de la désertification de la montagne et de l'évolution des modes de consommation.

La soirée de clôture s'est déroulée à la Lune des Pirates, salle d'art et d'essai renommée de la ville d'Amiens, autour de la projection de deux films réalisés par des ethnologues norvégiens traduits et commentés par Harald Tambs-Lyche, ethnologue norvégien professeur d'anthropologie à l'Université de Picardie.

Le premier, Al Kavannah: Human dignitysuit la vie quotidienne d'un camp palestinien avant et après l'installation d'un camp israélien à proximité. Il nous montre l'évolution des tensions générées par cette promiscuité nouvelle et la prise de conscience des inégalités qu'elle entraîne.

Le second, We are all neighboursréalisé par Tone Bringa et Debbie Christie en 1990 en Bosnie, nous fait découvrir les relations de voisinage tendues, annonciatrices de la guerre civile qui éclatera peu après. Nous suivons jour après jour plusieurs familles chrétiennes et musulmanes, qui subissent elles aussi la montée de la haine et de la violence, alors qu'elles clament au début du film leur tolérance et leur amitié réciproque. Ce film dépeint avec émotion l'évolution de cette guerre vécue avec fatalité par la plupart des protagonistes qui, du jour au lendemain, alors qu'ils essayaient de limiter individuellement les antagonismes identitaires qui menaçaient de les séparer, se retrouvent au cœur de deux combats qui les submergent.

Nous voulions, en projetant ces deux films, engager un débat sur l'utilité, lors de conflits importants, des productions ethnologiques, qui permettent d'affiner le regard de chacun et d'apporter des éléments de compréhension supplémentaires.

Mais la teneur émotionnelle et les sujets brûlants évoqués par ces films ont induit de fait une réflexion plus portée sur le fond que sur la forme. En effet, les nombreuses interventions du public, déjà initié à ces conflits grâce à la couverture médiatique des journalistes, dénotaient une volonté de compréhension et d'explication. Il a été également longuement question de la définition des identités, des concepts d'ethnie, de peuple, de nation, afférents aux régions concernées par les films diffusés, et à d'autres conflits actuels. Enfin, ces débats ont également soulevé la question de la place de l'ethnologue dans ces situations conflictuelles, qui malgré une volonté de neutralité, s'attache encore souvent à filmer sous l'angle des populations dominées plutôt que sous celui des décideurs ; ce thème de la nécessaire partialité de l'ethnologue a permis d'engager une réflexion plus générale sur les limites de son approche et sur celle inhérente à la production filmique qui ne peut tout montrer sous peine de noyer le sens dans une profusion de données.

Cette dernière soirée répondait elle aussi à nos exigences de convivialité, où chacun autour d'un verre a pu prolonger les débats et rencontrer les intervenants et étudiants en ethnologie et ainsi répondre aux questions plus spécifiques concernant la discipline et le contenu des enseignements dispensés à l'université de Picardie.

Son succès nous incite à réitérer régulièrement cette expérience dans ce lieu, qui pourrait alors devenir une sorte de « Café des Ethnologues » accueillant projections, conférences et débats dans une structure qui présenterait l'avantage de mieux faire coïncider les apports de la discipline et ceux d'un public plus large.

Pour conclure, précisons que la fréquentation de ces Rencontres fut, de façon surprenante, au vu du peu de légitimité accordé à ce champ de recherche, relativement importante : près de 800 entrées pour l'ensemble des manifestations. Le succès d'une programmation plus spécifiquement tourné vers des objectifs universitaires auprès d'un public élargi, loin d'aller à l'encontre de la qualité des débats, a permis un enrichissement mutuel. Ceci nous autorise à penser dès aujourd'hui à la prochaine édition de ces Rencontres et à d'autres manifestations qui bénéficieront désormais d'un partenariat intensifié avec divers acteurs universitaires et culturels qui se sont déjà engagés à nous soutenir.

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org