Navigation – Plan du site
Chroniques

Le Musée de l’Homme en grand danger !

12 avril 2001
p. 301-304

Fondé par les lois de Finances des 29 juin et 17 juillet 1880 par Jules Ferry, ministre socialiste de l’Instruction publique et des Beaux‑Arts, le musée d’Ethnographie du Trocadéro a été rattaché au Muséum national d’histoire naturelle par décret du 27 mars 1928.

Sous la direction de Paul Rivet, futur député socialiste de Paris d’octobre 1945 à 1951, il rouvre le 20 juin 1938 sous le nom de « musée de l’Homme », grâce à l’appui de Jean Zay, ministre de l’Education nationale et des Beaux-Arts du Front Populaire, assassiné par les nazis en 1944.

Le musée de l’Homme est composé de trois laboratoires du Muséum : anthropologie biologique, ethnologie et préhistoire. Il dépend actuellement à la fois du ministère de la Recherche et de celui de l’Education Nationale.

Si chacun des trois laboratoires reçoit une petite subvention de la part du ministère de la Recherche, attribuée en fonction des acti­vités d’enseignement, et permettant d’assurer leur fonctionnement minimum, la structure musée de l’Homme ne reçoit pas de subvention de fonctionnement (hors salaires). Le musée ne dispose que de ses ressources propres et de très rares subventions (300 000 francs pour préparer une exposition, par exemple). Il ne vit donc presque que des recettes procurées par les entrées des visiteurs, alors que la plupart des musées dépendant du ministère de la Culture bénéficient d’environ 80% de subventions pour 20% de ressources propres. Faute de renouvellement important des galeries, et face à la concurrence des autres musées, les entrées sont en diminution (315 000 en 1985 ; 133 000 en 2000), ce qui amenuise encore ses ressources. La Cité de la Villette reçoit 532 millions de francs de subvention par an, le Théâtre de Chaillot 74, la Grande Galerie du Muséum 55, le musée de l’Homme rien. Et pourtant, depuis trente ans, il a organisé dans ses murs une centaine d’expositions, dont une quarantaine importantes. Il a organisé une cinquantaine d’expositions en France, et prêté environ 50 000 objets à 600 expositions en France et à l’étranger.

Il n’est plus reconnu au musée de l’Homme d’existence administrative propre au sein du Muséum, contrairement à la Grande Galerie du Muséum ou au Parc zoologique de Vincennes. Il ne dispose plus, depuis 1972, de directeur et est « géré » directement par le Muséum. En avril, le budget pour 2001 n’est toujours pas connu. Progressivement, les postes de personnels sont repris et les départs à la retraite ne sont pas remplacés.

Il n’y a plus de revue, ni de publication du musée. Le budget d’achat des collections d’ethnologie est seulement de 80 000 francs par an, pris sur les recettes.

La rénovation du musée de l’Homme qui aurait coûté 200 millions, a été refusée dans les années 1990. Le musée Guimet vient, lui, de rouvrir, pour un coût de 350 millions, après creusement de deux étages de réserves dans la colline de Chaillot, comme il aurait été possible de le faire au musée de l’Homme.

Il n’y a pas de plan de relance de la part du Muséum. La proposition de nouveaux statuts du Muséum (les troisièmes en 15 ans) qui sera soumise prochainement à la signature du ministre Jack Lang, fait disparaître le musée de l’Homme dans un « département des galeries du Muséum », coupé de la recherche.

Depuis 1995, le président de la République et aujourd’hui le Premier ministre préparent un projet de nouveau musée, dit des « Arts premiers », puis « du Quai Branly », dont la construction est évaluée à 1 milliard et demi de francs. Il dispose actuellement d’un budget de fonctionnement de 53 260 000 millions, et d’un crédit d’achat immédiat chez les antiquaires de 150 millions (soit 1 875 années d’achats de collections du laboratoire d’ethnologie du musée de l’Homme). Toutes sommes partagées à moitié entre la Culture et l’Education nationale, qui ne contrôle pas les dépenses. Au Pavillon des Sessions du musée du Louvre, sur 110 œuvres exposées, 52 proviennent du musée de l’Homme. Aucune part des recettes ne lui est attribuée.

Un « contrat de dépôt » avec « l’Etablissement Public du musée du Quai Branly » – non daté – a été signé en l’été 2000 par l’administrateur provisoire du Muséum, sans référence à la délibération obligatoire du conseil d’administration du Muséum. Le projet est de prendre les 300 000 pièces du laboratoire d’ethnologie du musée de l’Homme et les 30 000 pièces du musée National des Arts Africains et d’Océanie (MNAAO), pour n’en exposer que 2 ou 3 000 (contre 15 à 20 000 actuellement réparties entre les vitrines du musée de l’Homme et du MNAAO). Les collections d’Europe seraient enlevées au musée de l’Homme. Elles ne seraient pas exposées au musée du Quai Branly mais peut‑être, pour certaines d’entre elles, dans un musée de la Méditerranée, à installer à Marseille dans quelques années.

Le musée de la Porte Dorée (MNAAO) serait fermé au début de 2002, et le musée de l’Homme amputé de 80% de ses galeries d’exposition. Le sort futur de ces deux musées condamnés n’a jamais été étudié au niveau ministériel. Aucune réflexion n’a été menée par les tutelles sur l’avenir d’un musée de l’Homme amputé d’une de ses composantes essentielles et de 80% de ses surfaces d’exposition : seuls 900m2 d’exposition subsisteraient. Aucun lien organique n’a été prévu entre le musée du Quai Branly et le musée de l’Homme. On ne peut parler de coopération, plutôt de pillage.

Il est clair aujourd’hui que le musée du Quai Branly ne sera pas la suite du musée de l’Homme, ce qu’il ne peut être puisqu’il exclut les cultures d’Europe, la préhistoire et l’anthropologie physique. Comment le musée de l’Homme, institution prestigieuse reconnue à l’étranger, subsisterait-il sans subventions et sans rénovation ? Comment pourrait-il encore remplir ses missions éducatives et de recherche ?

Aussi, nous refusons ce démantèlement du musée de l’Homme, le départ de ses collections, la coupure entre l’Europe et le reste du monde. Nous demandons aux ministères de tutelle d’assurer le développement et la rénovation du musée de l’Homme.

Nous nous adressons aussi à vous pour vous demander votre soutien.

Adresse de retour :

Comité de Soutien,

Musée de l’Homme

17 place du Trocadéro – 75116 PARIS

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org