Navigation – Plan du site
Activités de l'AFA

Assemblée générale 2001

p. 325-326

L’Assemblée générale de l’AFA se tiendra

le jeudi 31 mai 2001

de 17h à18h

MUSEE DE l’HOMME

(Salle de cinéma)

17, Place du Trocadero

75016 PARIS

(Métro : Trocadéro)

A l’ordre du jour : rapport moral et financier

élection des nouveaux membres du Bureau

TABLE RONDE

A cette occasion, l’AFA organise

dans les locaux du musée de l’Homme

(salle de cinéma)

deux Journées d’étude

du mercredi 30 au jeudi 31 Mai

de 10h à 12h30

et

de 14h à 17h

« Anthropologie et biologie :  questionnements croisés »

Les problématiques qui émergent de l’interaction entre ces disciplines sont de fait doubles et en permanente reformulation d’un côté, l’anthropologie sociale et culturelle est interpellée par les nouveaux scénarios et demandes sociales qui se multiplient compte tenu des évolutions des connaissances et des techniques biologiques. Mais elle est aussi potentiellement remise en cause par des positionnements idéologiques qui prétendent trouver leur légitimité dans la science biologique. De l’autre, la recherche en biologie est elle-même confrontée à un ensemble de mutations : citons en particulier celles qui touchent les politiques, les systèmes de santés et les nouvelles normes socio et bio-technologiques portées par la globalisation économique. Ces processus sont en effet producteurs d’écarts et de régressions notables en termes de pratiques socioculturelles dont l’analyse ne peut pas être réduite à la seule dimension biologique. Dans cette optique, les comportements alimentaires, la croissance, la reproduction, le pluralisme médical, les facteurs démographiques, dans les situations d’immigration et d’autochtonie sont des objets d’étude privilégiés. De surcroît, les logiques présentes de marchandisation généralisée, en durcissant aux différentes échelles les hiérarchisations, affectent les individus dans leur intimité psychique et corporelle et les groupes sociaux dans leurs constructions identitaires.

La thématique retenue pour la réflexion collective  est certes bien ancrée dans l’histoire des disciplines, sur laquelle il faudra revenir d’un point de vue épistémologique. Elle est aussi aujourd’hui particulièrement aiguisée par la maîtrise, la précision et plus généralement la nature des expérimentations et des découvertes biologiques. Enfin, le statut lui-même de la science dans les configurations sociales s’est considérablement transformé dans le sens d’une hégémonie devenue incontestable de sa rationalité. L’édification d’une extériorité et d’une autonomie de la vérité scientifique en regard des enjeux politiques et sociaux qui en résulte débouche sur une absence tendancielle de débats. Une des manifestations en est l’importance croissante de la convocation de l’autorité scientifique au sein du fonctionnement politique : ce dernier est désormais largement déterminé par d’un côté l’accusation et le procès impliquant la figure de la victime, de l’autre les mythes de la transparence et de l’éradication du risque, érigeant l’expert en acteur stratégique. Ces constats enjoignent d’analyser les articulations entre production scientifique, systèmes économiques et politiques.

Cette journée sera clôturée par un verre amical ouvert à tous, dès 18h.

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org