Navigation – Plan du site
Activités de l'AFA

Journées d’étude des 30 et 31 mai 2001

Anthropologie et Biologie regards croisés Musée de l’Homme
Françoise Bourdarias
p. 229-231

Intervenants : Eric Fassin, Laurence Gavarini, Philippe Lefevre‑Wittier, Philippe Ménnecier, Michel Agier, Agnès Lainé, Loïc Wacquant, Malanjaona Rakotomala, Elisabeth Florac, Claire Boileau, Bernard Hours, Françoise Rovillé-Sausse, Florès Sossah, Patricia Soto‑Heim, Christian Papinot.

Discutants : Richard Rechtman, Philippe Lefevre-Wittier, Andras Zempleni, Valérie Marange.

En organisant ces deux journées d’étude, l’Association française des anthropologues souhaitait notamment contribuer à relancer le débat entre l’anthropologie biologique et l’anthropologie sociale – deux composantes de notre discipline entre lesquelles se sont progressivement instaurés des rapports d’évitement réciproque. Cette situation doit être rapportée à la longue durée des tensions qui traversent le champ disciplinaire et orientent aujourd’hui des problématiques fondés sur l’opposition du biologique et du social (de la nature et de la culture).

Il nous semblait important d’interroger ce fait au moment où se développent des tentatives de fondation d’une anthropologie unifiée sur la base d’une stricte détermination biologique du social (nouveaux avatars de la sociobiologie, certaines tendances des sciences cognitives).

Les communications présentées et les débats ont permis de cerner certaines des questions que posent à notre discipline les avancées de la science biologique et les enjeux politiques et économiques qu’elles constituent.

Développement de nouvelles pratiques, transformation des normes et des représentations (de la filiation, du corps, de la nature), articulation de ces phénomènes à l’ensemble des rapports sociaux. Les angles d’attaque privilégiés par les intervenants ont montré que la notion même de « biologique » devait être redéfinie par les anthropologues, ses interdépendances avec les différents plans de la réalité sociale réinterrogées.

Nous mentionnerons ici quelques points de convergence entre les communications. Phénomène constant depuis le XIXe siècle, la référence au biologique permet aujourd’hui l’émergence d’une forme particulière de substantialisation (de légitimation) des définitions de l’altérité. Ressource essentielle dans les rapports de domination, elle est également intégrée à l’argumentation des revendications identitaires. En ce sens, on pourrait dire que les biologistes et les anthropologues rencontrent un même obstacle. Certains éléments de leurs recherches sont l’objet de bricolages sociaux et utilisés dans la négociation des tensions politiques, sont intégrés dans des logiques de causalité univoque (pensons aux notions de « patrimoine biologique » et de « patrimoine culturel »).

Dans un contexte d’extension de l’économie de marché, les avancées de la science biologique se traduisent par l’apparition de nouvelles catégories de marchandises, enjeux de luttes économiques intenses (de l’appropriation des pharmacopées « traditionnelles » au brevetage des séquences géniques).

Les nouvelles représentations du corps (de la santé, du risque) et de la nature, intimement liées aux nouvelles formes d’interdépendances politiques et économiques, contribuent à la transformation des normes éthiques, des définitions de l’individu (du « sujet ») et des principes de hiérarchisation sociale.

Les débats qui ont clôturé les deux journées faisaient apparaître un certain consensus sur ce point : l’anthropologie sociale et biologique devraient rapidement élaborer de nouveaux questionnements, notamment sur les articulations du social et du biologique. L’instauration d’un débat plus approfondi avec les sciences biologiques pourrait y contribuer. L’occultation du biologique par l’anthropologie sociale contredit en effet l’ambition totalisante affirmée par la discipline et laisse le champ libre aux projets théoriques fondés sur le déterminisme biologique.

Ces journées d’étude donneront lieu à la publication d’un numéro du Journal des anthropologues (Anthropologie et biologie : regards croisés, mars 2002). Elles constituent pour nous une étape d’une réflexion que nous entendons poursuivre.

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org