Navigation – Plan du site
Chroniques

Le Musée de l’Homme en grand danger (suite)

p. 223-225

Au moment où nous achevions la préparation de ce numéro du Journal des anthropologues, une grève éclatait au musée de l’Homme. Un collectif de chercheurs et autres personnels de l’établissement nous a fait parvenir ce texte dont nous faisons part aux membres de l’AFA et à nos lecteurs.

Le 26 novembre 2001

Dans le numéro 85-86 (p. 301) du Journal des anthropolo­gues nous rappelions l’histoire du musée de l’Homme et nous avertissions des dangers de démantèlement qui le guettaient. Aujourd’hui, ceux-ci se précisent. Un calendrier prévisionnel de déménagement, en un an, des 300 000 objets du laboratoire d’ethnologie a été établi ! (Seuls les objets européens ne sont pas concernés).

Ce déménagement doit se dérouler en trois phases. En premier lieu, transport des objets vers l’Hôtel industriel et privé Berlier (près de la porte d’Ivry à Paris) pour nettoyage, renumérotation et ré-enregistrement. Ensuite, nouveau transport des objets traités vers les sous-sols de la Bibliothèque de France (BNF) où ils seront entreposés dans des caisses en attendant l’achèvement des réserves du musée du Quai Branly, en 2005. Finalement, les objets subiront un troisième transport vers les réserves du musée du Quai Branly. Toutefois, une sélection sera opérée, au niveau de la BNF, entre ce qui sera digne de figurer au musée des Arts premiers, encore nommé musée du Quai Branly et... ce qui sera considéré comme d’un intérêt second. Cette dernière catégorie, si tant est qu’elle en soit une, prendra la direction d’un entrepôt en banlieue parisienne, en cours d’acquisition avec un crédit de 40 millions de francs de l’Etat.

Quant au musée de l’Homme, son avenir semble déjà condamné par les pouvoirs publics. L’administrateur provisoire du Muséum national d’histoire naturelle (dont le musée de l’Homme dépend), Jean-Claude Moreno, a déclaré lors d’une interview au Figaro du 22/11/01 (p. 27) : « La réalité d’aujourd’hui est différente, les projets de Paul Rivet (directeur fondateur du musée de l’Homme) n’ont plus de sens ». Ainsi, l’étude de l’homme dans tous ses aspects, chronologique (préhistoire), biologique (anthropologie) et culturel (ethnologie) n’aurait plus de sens. Jean Claude Moreno, énarque issu de la mission interministérielle des grands travaux, a été placé « provisoirement », en 1999, à la direction du Muséum national d’histoire naturelle pour le réorganiser. En fait de réorganisation, les nouveaux statuts du 3 octobre 2001 ne mentionnent même pas l’existence du musée de l’Homme. Cette mission de réorganisation vise aussi à la liquidation en douceur du musée et à faciliter la récupération de ses collections au profit du musée du Quai Branly.

Face à ces perspectives de démantèlement et de dispersion du patrimoine national, les personnels du musée de l’Homme se sont mis en grève et bloquent le départ des collections. Nous sommes fonctionnaires et contractuels mais aussi citoyens. Aussi, nous référant aux principes de la protection du patrimoine et du droit à l’éducation pour tous, nous ne pouvons accepter les décisions des pouvoirs publics. D’autant plus que le ministère et l’administrateur provisoire voudraient que nous laissions partir les collections de l’Etat, nos outils de recherche, sans ordre écrit. Nous bloquerons le départ de ces collections et nous demandons l’élaboration d’un projet de rénovation du musée de l’Homme fondé sur ses collections. Si nous ne nous y opposons pas, la France sera le seul pays à ne pas avoir un véritable musée expliquant, à tous, les origines et les diversités culturelles de l’homme. Quant au projet scientifique du musée du Quai Branly, Maurice Godelier, chargé un temps de l’élaborer, a déclaré dans le même article du Figaro : « Je n’ai pas pu faire appliquer mon programme qui était de mettre de la science dans une exposition esthétique ». Depuis le départ de Maurice Godelier, la responsabilité de ce projet scientifique échoit à Emmanuel Désveaux (EHESS). Mais force est de constater, après la prestation au Collège de France, le 27 juin dernier, des responsables des différentes parties du projet, que ceux-ci s’enlisent, sous la férule du ministère, dans une vision étroitement occidentale et esthétisante des objets.

Aujourd’hui, le musée de l’Homme n’existe déjà plus dans l’esprit des pouvoirs publics, puisque selon eux, son existence n’a plus de fondement. Mais pour eux, est-ce seulement la « vitrine » des sciences humaines qui n’a plus de sens ?

Le personnel en grève du musée de l’Homme

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org