Navigation – Plan du site
Nouvelles de la profession

Un colloque événement

Nadine Imbrechts
p. 193-195
  • 1   Le 1er s'était tenu en 1996 à Rio de Janeiro (Université Fédérale), sur le thème : « Générations (...)

L'A.R.A.P.S. (Association rencontres anthropologie psychana­lyse et recherches sur le processus de socialisation) a organisé à Paris du 14 au 17 janvier son deuxième colloque transdisciplinaire1 sur le thème : Dérives et mutations du lien. Passages. Situations du sujet et modernités.

Rencontre

C'est la vocation de cette association, et ce fut le pari – le défi et l'enjeu de ce colloque qui prit le risque de réunir et de confronter des anthropologues, des historiens, des littéraires, des philosophes, des politologues, des psychanalystes et des sociologues.

Pari difficile en regard de l'hétérogénéité des théories et des corps conceptuels, des méthodes – recherches et pratiques, voire même des découpages et des définitions des objets. Mais pari néces­saire en regard d'un double constat : d'abord, et ce n'est pas nouveau, les divers champs épistémiques des sciences humaines prennent des liens et sont plus ou moins intriqués ; et puis un constat plus récent : celui des effets, dans tous les champs, des changements sociaux et des mutations culturelles, des innovations techno-scienti­fiques et celui de l'entrée en souffrance, généralisée, des subjectivés des individus et des groupes. Ce colloque fut donc conçu comme l'effet nécessaire du contexte historique : nécessité de porter l'ensemble des réflexions respectives dans chaque champ au niveau d'une perspective anthropologique générale d'approche des phénomènes.

Les contributions et les discussions avaient été réparties en neuf séances thématiques : 1) Déplacement et passages. 2) Procès  généalogiques. 3) Corps entre violence et fiction. 4) Le sujet à l'épreuve du social. 5) Effets d'histoire. 6) L'autre dans la production du politique. 7) Devenirs des champs idéologiques. 8) Retours, en perspectives. 9) Anthropologie/psychanalyse, en-jeux. Pour finir, la dernière séance réunissait l'ensemble des discutants chargés de resti­tuer la synthèse et le ressenti des séances qu'ils avaient animées.

Les interventions depuis la tribune et, depuis la salle, les débats ont maintenu de bout en bout un niveau de qualité et d'intérêt  vraiment peu commun. Mais l'inédit était encore ailleurs : les échanges se sont articulés en une remarquable continuité, circulant par résonance, rebonds et relances, non seulement à l'intérieur des séances, mais d'une séance à l'autre. Des axes thématiques ont ainsi fait lignes de traversée, transversalité. En particulier « l'identité », entre illusion dangereuse et (re)construction altérisante ; « l'imaginaire », entre aliénation et inventivité, constitué en objet neuf ; «  la mémoire », entre rupture et lien – à l'histoire, à la langue – lien social ; « le politique », traversant, articulant, étayant l'ensemble de la scène ; « l'adolescent » au centre de la scène, véritable figure paradigmatique de notre modernité.

Violence des effets de celle-ci : déliaisons, détresses, haine, mises en crises catastrophiques conduisant à des logiques identita­ristes, à des idéologies destructrices ; mais aussi mises en crises mutatives, reliaisons, (re)mises en mythe et en fiction, en fondation et en filiation.

Pari tenu, donc. Ce colloque fut un événement : une vraie rencontre transdisciplinaire, un échange authentique dans le respect de l'altérité et des différences – sans jamais faire amalgame ni babélisation. Justesse de l'adresse ; réciprocité de l'écoute.

La cohérence et la pertinence thématiques y ont sans doute été pour beaucoup : chacun portait l'insistance et l'urgence pressante du questionnement clinique, pratique et théorique : les souffrances et les affolements, mais aussi les espoirs, les résistances (parfois héroïques), les émergences créatrices...

Cette réussite tient tout autant au cadre et au dispositif qui, en réalisant « un site de conversion et de traduction opérant aux marges de recoupement des différents champs » – mise en transitionnalité et mise en lien –, ont permis de bâtir des ponts, des passages d'une référence épistémique à l'autre, d'une pratique à l'autre, d'un imagi­naire à l'autre... Dressant, comme l'a bien formulé un des participants : « la scène sans fin du don et du contre don, avec des passages de connaissance, des opérations de liaison et des enjeux d'inscriptions, de transmission ».

À suivre... En attendant le prochain colloque, prévu pour le troisième week-end d'octobre 1999, l'A.R.A.P.S. a le projet d'organiser des rencontres régulières plus limitées dans le temps (une matinée ou une soirée) autour d'un ou plusieurs interlocuteurs concernés par les axes thématiques de l'Association.

Enfin les actes du colloque 1998 de Paris seront publiés dans les numéros 5-6 (automne-hiver 1998) et 7-8 (printemps 1999) de la revue PTAH.

Notes

1   Le 1er s'était tenu en 1996 à Rio de Janeiro (Université Fédérale), sur le thème : « Générations et modernité ». Ce second colloque était éga­lement organisé par la revue PTAH, périodique scientifique lancé par l'A.R.A.P.S., dont le 1er numéro (1-2) vient de paraître, avec le titre thématique : « Modernités. Résonances psychiques ».

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org