Navigation – Plan du site
Nouvelles de la profession

Denys Lombard (1938-1998)

Marc Gaborieau
p. 189-191

Fils de Maurice Lombard (1904-1965), médiéviste connu en particulier pour ses travaux sur l'économie du monde musulman, Denys Lombard étudia l'histoire à la Sorbonne et acquit à l'École des langues orientales des diplômes d'indonésien, de chinois, de cambodgien et de siamois. Après un séjour en Chine (1964-1965), il fut chercheur à l'École française d'Extrême-Orient (EFEO) en poste à Ja­karta (1966-1969). Élu directeur d'études à l'EHESS en 1969, il fédéra un groupe de spécialistes du monde malais-indonésien et fonda en 1971, avec Pierre Labrousse (INALCO) et Christian Pelras (CNRS), la revue Archipel, études interdisciplinaires sur le monde insulin­dien, qui a publié son numéro 54 en 1997. À la fin des années soixante-dix il créa une équipe de recherche associée de l'EHESS et du CNRS (l'actuelle URA 1074, « l'Insulinde dans son contexte eurasia­tique », dirigée par Claudine Salmon-Lombard). Il devint peu après responsable de la division des aires culturelles à l'EHESS. Il fut nommé directeur de l'EFEO en janvier 1993. Après avoir siégé plu­sieurs fois dans les commissions d'orientalisme du CNRS (n°44, puis n°33), il avait accepté d'être nommé en 1996 dans notre section d'ethnologie (n°38). Il mourut le 8 janvier 1998 à la suite d'une dou­loureuse maladie.

Il fut d'abord un historien du monde malais-indonésien. Son premier livre traitait d'un royaume musulman de l'île de Sumatra : Le sultanat d'Atjeh au temps d'Iskandar Muda, 1607-1636 (Paris, EFEO, 1967). Sa monumentale thèse d'État replaçait l'Insulinde dans le contexte plus large des échanges eurasiatiques : Le carrefour javanais. Essai d'histoire globale (Paris, EHESS, 1990, 3 vol.). À la façon de Braudel, il préconisait une histoire totale sur la longue du­rée ; pour lui, le « carrefour javanais » était une seconde Méditer­ranée : ce fut le thème du dernier colloque qu'il organisa à l'EHESS en 1997. Il était servi dans ce travail par sa connaissance des langues et littératures orientales et sa maîtrise du hollandais. Dévoreur d'archives, il n'en était pas moins un homme de terrain voyageant infa­tigablement dans toute l'Asie méridionale et orientale, de l'Inde à la Chine et au Japon : il était ainsi bien préparé pour diriger l'EFEO qui est implantée dans toute cette aire. Il insuffla dans cette école, très marquée par l'orientalisme, un intérêt nouveau pour les sciences sociales, notamment l'histoire et l'ethnologie. Il stimula les recherches françaises sur nombre d'aspects de cette histoire totale : il fut, par exemple, un des promoteurs des études urbaines qui avaient longtemps été négligées en Asie avec son article  « Pour une histoire des villes en Asie du Sud-Est » (Annales ESC, 1970 : 842-856).

Mais le centre de gravité de sa recherche était l'étude des réseaux. Il se passionna pendant toute sa carrière pour les réseaux marchands qui maillaient l'Asie de la mer Rouge à la côte orientale de la Chine en passant par l'Insulinde. Particulièrement influent fut l'ouvrage collectif, fruit d'un colloque de 1984, qu'il publia sur ce sujet avec Jean Aubin : Marchands et Hommes d'affaires asiatiques dans l'Océan indien, 13e-20e siècle (Paris, EHESS, 1988). Cette étude des réseaux marchands l'amena à s'intéresser à l'histoire indo-portuguaise dont il favorisa l'enseignement à l'EHESS avec Jean Aubin et Sanjay Subrahmanyam.

Les musulmans ayant dominé les réseaux asiatiques du IXe au XVe siècle, il se passionna pour l'étude de l'islam en Asie. C'est le thème central du second volume de sa thèse (Le carrefour javanais..., vol.2 : Les réseaux asiatiques) : il y montre comment l'islam introduisit une nouvelle idéologie et un nouveau droit qui favorisaient les échanges commerciaux et la création de sultanats côtiers ; ces nouvelles formations politiques musulmanes, tournées vers l'exté­rieur, supplantèrent les « empires concentriques » agraires hindous plus introvertis qui avaient leur capitale à l'intérieur des terres (cf. Le carrefour javanais..., vol.3 : L'héritage des royaumes concen­triques). Denys Lombard fut ainsi amené, pendant qu'il était respon­sable des aires culturelles à l'EHESS, à stimuler les recherches et les enseignements sur le « le monde musulman périphérique » avec la création d'une équipe (GDR 122 du CNRS et PRI de l'EHESS) dont il partagea l'animation avec Alexandre Popovic, Marcel Bonneff, Jean-Louis Triaud et Marc Gaborieau. Un des thèmes de prédilection de cette équipe – qui a publié par ailleurs sur la transmission du savoir et le culte des saints – fut cet autre type de réseaux que sont les ordres mystiques musulmans : ils firent l'objet depuis 1982 de nombreux colloques et ouvrages qui culminèrent dans un livre col­lectif de synthèse : Les Voies d'Allah..., éd. par Alexandre Popovic et Gilles Veinstein (Paris, Fayard, 1996).

Une mort prématurée a stoppé net une oeuvre et une activité d'animation de la recherche inachevées. Denys Lombard restera pour nous celui qui, à l'EHESS et à l'EFEO, a contribué à introduire les sciences sociales dans l'orientalisme, à forger une nouvelle vision de l'histoire de l'Asie du Sud-Est, et à développer les études sur l'islam en Asie méridionale et orientale.

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org