Navigation – Plan du site
Nouvelles de la profession

Denise Paulme (1909-1998)

Ariane Deluz
p. 187-188

Denise Paulme nous a quittés le 14 février ; elle allait avoir 89 ans. Pour les africanistes qui étaient de jeunes chercheurs à la fin des années cinquante et dans les années soixante, c'est une figure maternelle qui disparaît. Sévère et attentive, elle nous a transmis ses exigences de précision et de méthode, et précédés ou encouragés dans le défrichement de nouveaux champs d'études.

Avec une formation juridique et ayant suivi les cours de Marcel Mauss à l'Institut d'ethnologie, elle était bien préparée au travail de terrain qu'elle effectua en pays dogon (Mali) en 1935, en compa­gnie de la linguiste Deborah Lifchitz (arrêtée en 1943 à Paris, dépor­tée et disparue à Auschwitz). Elles avaient accompagné la mission Griaule Sahara-Soudan et restèrent plusieurs mois à Sanga après le départ des membres de l'expédition. L'Organisation sociale des Do­gon qui en résulta peut être considéré comme un des ouvrages fonda­teurs de l'anthropologie sociale française.

Denise Paulme fut ensuite chargée avec Michel Leiris du Département d'Afrique noire du musée de l'Homme. Après la guerre, elle se rendit à deux reprises en Guinée, en pays kissi, avec son mari le musicologue André Schaeffner. Elle publia Les gens du riz, une monographie « ouverte » dont plusieurs chapitres préfigurent ses intérêts ultérieurs, puis effectua une recherche chez d'autres rizicul­teurs de Guinée, les Baga. En 1958 elle séjourna chez les Bété où elle s'intéressa de plus près aux cultes syncrétiques (Une société de Côte-d'Ivoire hier et aujourd'hui, les Bété), recherche qu'elle poursuivit plus tard chez les Lagunaires.

En 1958 Denise Paulme devenait directeur d'études à l'EPHE-VIe Section,  l'actuelle École des hautes études en sciences sociales. Elle y participa à l'organisation du Centre d'études africaines et à l'équipe des Cahiers d'études africaines. Elle fut parallèlement, au début des années soixante, conseillère scientifique au musée des Arts africains et océaniens de la Porte Dorée qui abritait aussi le CARDAN et quelques chercheurs dont j'étais. Nos bureaux étaient voisins et nous discutions souvent de la vie sur le terrain. Elle avait regretté à Sanga de ne pas avoir accès au monde des femmes, et nous encoura­geait à tenter de pénétrer leur univers. Elle-même publia alors Femmes d'Afrique noire, un ouvrage précurseur des futures études de « genre ». Elle travailla ensuite sur les phénomènes de généra­tions (Classes et associations d'âge en Afrique de l'Ouest).

En même temps, dès 1961, elle consacrait une partie de son enseignement à l'analyse de la littérature orale africaine nous appre­nant et aidant à décortiquer les données de notre propre matériel. L'ensemble de ses publications dans ce domaine, qu'elle a patiem­ment défriché, est impressionnant : La mère dévorante, essai sur la morphologie des contes africains, La statue du commandeur, et ré­cemment encore en 1996, dans la revue Gradhiva, « Un Prométhée africain, le personnage du tricheur dans les contes, les mythes et les rites d'Afrique noire ».

Jusqu'à ses derniers jours, Denise a été active parmi nous ; elle intervenait peu mais toujours à bon escient dans les séminaires qu'elle fréquentait régulièrement, suivait de près les travaux de nom­breux jeunes chercheurs. Qui l'a vue dans la toute récente émission d'Arte consacrée aux Dogon et tournée il y a quelques semaines n'a pu manquer d'être frappé par sa vitalité et sa présence.

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org