Navigation – Plan du site
Nouvelles de la profession

S.  O.  S. : l'Institut National d'Études et de Recherche de Guinée-Bissau mis en péril par la guerre

p. 171-173

Des pages entières de l'histoire du pays risquent de rester blanches

« La guerre qui a éclaté en Guinée-Bissau le 7 juin 1998 entre la Junte militaire représentant 90% de l'armée renforcés par les anciens combattants de la lutte de libération nationale, et 10% de l'armée appuyés par les troupes du Sénégal et de la Guinée-Conakry appelées par le chef de l'État a déjà un lourd bilan, même s'il reste encore imprécis. Au bilan des morts encore inconnu, s'ajoute quelque 250 000 déplacés et réfugiés, et d'énormes destructions matérielles causées par les intenses bombardements à l'arme lourde qui ont marqué les cinquante jours de confrontation.

Parmi les infrastructures les plus affectées par les destructions figure l'Instituto Nacional de Estudos e Pesquisa (INEP) qui est la plus grande et la plus active institution de recherche du pays. Le complexe abritant l'INEP se situe à moins d'un kilomètre de la ligne de front du début des hostilités. Il a été transformé en camp avancé des troupes sénégalaises. La transformation du complexe en caserne et les bombardements adverses qu'elle a inévitablement attirés sur la zone ont entraîné d'immenses dégâts.

A la faveur du cessez-le-feu signé le 25 août 1998, quelques collaborateurs de l'INEP ont été autorisés, après d'énormes difficultés, à visiter leur lieu de travail. Le bilan de leurs premières constatations se résume à un mot : DÉSASTRE.

Tous les locaux de l'institut ont été ouverts par effraction, vidés de leurs contenus et transformés en dortoirs pour les militaires. Tous les documents de travail ont été jetés dehors en tas exposés aux intempéries. Le parc de plusieurs dizaines d'ordinateurs contenant les bases de données minutieusement constituées au cours des quinze dernières années sur tous les aspects de la Guinée-Bissau a disparu. Les ordinateurs qui n'ont pas disparu ont été éventrés. Du matériel sensible et rarissime, comme l'unique table de cartographie numérique que possède la Guinée-Bissau, est exposé dehors à la poussière et la pluie.

La bibliothèque de l'INEP, embryon de la bibliothèque nationale et centre de référence pour les publications du pays et de certaines agences des Nations Unies telles que la FAO. et l'UNESCO, est éventrée par le toit et sur les flancs. Les pluies diluviennes qui tombent sur Bissau depuis le fin du mois de juin entrent constamment dans la bibliothèque. Ses trois niveaux, la cave, le rez-de-chaussée et le premier étage, sont devenus des mares où gisent des milliers de livres et revues rendus irrécupérables.

Les archives nationales qu'abritent les bâtiments de l'INEP sont éparpillées, déchiquetées, exposées à l'eau et à la boue. Des centaines de cassettes-audio enregistrées sur l'histoire de la lutte de libération racontée par ses acteurs et témoins sont introuvables. Des centaines de cassettes sur la tradition orale des différentes régions du pays ont disparu. Les photographies et films des archives audiovisuelles sont dispersées et traînent dans la boue. En d'autres termes, des pages entières de l'histoire de la Guinée-Bissau risquent de rester irrémédiablement blanches ou floues. Cela est d'autant plus vrai qu'aucune histoire générale de la Guinée-Bissau n'a encore été écrite, et tous les efforts récents de l'INEP tendaient vers cet objectif.

En un mot les dommages subis par l'INEP réduisent à néant les résultats des efforts faits depuis l'accession à l'indépendance pour doter le pays d'un centre de documentation et de production intellectuelle utile à tous ceux qui s'intéressent à la Guinée-Bissau.

Au moment où ces lignes sont écrites, l'INEP continue d'être un camp militaire, malgré le cessez-le-feu. Les collaborateurs de l'institut ne peuvent pas y travailler pour sauver de la destruction ce qui peut encore l'être. Le DÉSASTRE se poursuit inexorablement. Cette lettre qui vient vous en informer est aussi un SOS pour la plus grande institution de recherche de la Guinée-Bissau, menacée d'anéantissement.

Dès que l'INEP cessera d'être une caserne, un bilan plus détaillé sera effectué et vous parviendra. Il sera suivi de nos projets de reconstruction.

Nous vous prions de faire parvenir ce message aux amis de l'INEP que vous connaissez, ainsi qu'à toutes les institutions et personnes qui attachent de la valeur à la production intellectuelle ».

La Direction de l'INEP

12 Septembre 1998

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org