Navigation – Plan du site
Nouvelles de la profession

Quatrième Congrès International des Études Mandé (MANSA) / 13-17 juin 1998 / Serrekunda – Gambie

Époques historiques et idiosyncrasies sociales ; culture, actions et causalité dans l’univers Mandé
p. 165-167

L’Association des Études Mandé (MANSA) est une branche de l’African Studies Association (ASA), organisation faîtière des études africaines aux États-Unis. MANSA a été fondée en 1986 à Madison Wisconsin lors de la conférence annuelle de l’ASA et a dès le départ accueilli la participation de nombreux chercheurs de tous horizons. Elle s’efforce d’inviter le plus grand nombre d’Africains dans les meilleures conditions possibles. Elle sert aussi de lieu de rencontre à des Européens : allemands, britanniques, français, italiens, néerlandais, portugais. MANSA est un carrefour pour des chercheurs de disciplines diverses, qui travaillent dans une aire culturellement homogène, mais s’étendant sur plusieurs états : Mali, Sénégal, Guinée, Côte d’Ivoire, Libéria, Sierra Leone, Guinée-Bissau. MANSA organise régulièrement plusieurs ateliers de la Conférence de l’ASA, lors de laquelle elle tient aussi son Assemblée Générale annuelle. Ces ateliers offrent la possibilité de discussion et de confrontation qu’aucune autre institution n’offre dans un cadre peu contraignant, entre des chercheurs qui ont parfois eu l’occasion de croiser en Afrique et qui s’y retrouvent régulièrement.

D’une certaine manière ce congrès commémorait celui des Africanistes de l’Ouest en 1972 à Londres, et il faisait suite aux congrès de MANSA qui se sont tenus en 1993 à Bamako et en 1996 à Leyden. Il a réuni une cinquantaine de spécialistes du monde mandé venus d’horizons divers : Afrique occidentale, Europe de l’Ouest, Russie, USA, spécialistes de disciplines aussi diverses que la linguistique, l’archéologie, l’histoire, la politologie, l’anthropologie, la sociologie, la littérature et la musique, laquelle fut largement représentée par des chanteurs et musiciens gambiens de très grande qualité, grâce à Lucy Duran (SOAS, Londres).

Il y a eu treize sessions, dont je donne les titres ci-dessous :

  • frontières en changement : mouvements migratoires des peuples mandé et de leurs voisins ;

  • les changements climatiques et les réactions humaines dans le mandé ancien ;

  • les relations culturelles et économiques mandé et luso-africaines sur la Côte atlantique avant 1700 ;

  • vers le 21e siècle : la notion de genre dans les études mandé (2 sessions) ;

  • arts appliqués et représentation théâtrale chez les Mandé et leurs voisins ;

  • griots et tradition orale mandé ;

  • les politiques de décentralisation chez les Mandé et leurs voisins ;

  • construction d’une identité politique et culturelle chez les Mandé et leurs voisins (2 sessions) ;

  • langue et littérature mandé ;

  • religion et politique chez les Mandé et leurs voisins ;

  • activités musicales et média dans l’univers mandé.

Je me bornerai à quelques remarques à la fois personnelles et générales car une partie des communications seront publiées dans divers recueils ou revues. Tout d’abord la qualité de l’accueil qui nous a été réservé en Gambie : par le député Sidia Jatta qui est aussi un collègue linguiste, par Mme Patience Sonko Godwin du National Council for Arts and Culture, par les différents chanteurs que nous avons entendus, par les étudiants gambiens qui se sont déplacés plusieurs jours de suite pour venir participer à nos débats, par la direction de l’hôtel Senegambia à Serrekunda. L’excellente organisation tant scientifique que matérielle ou touristique du Congrès, due à David Conrad (SUNY-Oswego), Barbara Frank (SUNY-Stony Brook), Lucy Duran (SOAS) et d’autres. Sur le plan scientifique on peut noter : la reviviscence des études sur les langues mandé, dues aux linguistes russes Valentin Vydrine et Konstantin Pozdniakov, appuyés par leur collègue français Gérard Dumestre ; l’émergence d’une génération de chercheurs de tous pays qui profitent de contrats divers sur des problèmes de développement pour effectuer en plus des recherches fondamentales ; la vitalité de l’école néerlandaise. Les Français n’étaient pas nombreux – à cause des dates semble-t-il. Or beaucoup de nos collègues étrangers travaillent dans des pays d’expression française et parlent notre langue, ce qui facilite les contacts.

Les chercheurs désirant s’affilier à MANSA peuvent le faire en indiquant leur appartenance professionnelle et leurs centres d’interêt.

Adresse :
MANSA
Attention Stephen Wooten
Department of Sociology and Anthropology
901 South National Avenue
Southwest Missouri State University
Springfield, Missouri
65804-0095
U.S.A
Emel : <StephenWooten@mail.smsu.edu>

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org