Navigation – Plan du site
Anthropologie visuelle

Ethnologie et cinéma

Rencontres 1998
Cécile Gouy-Gilbert, Muriel Guigou et Thierry Nahon
p. 177-178

Les IIe rencontres « Ethnologie et cinéma » organisées par le Centre de sociologie des représentations et des pratiques culturelles (Université Pierre Mendès-France), avec le concours du musée dauphinois, se sont déroulées  du 10 au 14 Mars à Grenoble.

À la rencontre d’un public différencié, les films ont été présentés sur le campus dans la journée et dans des salles de cinéma en ville ou au Musée Dauphinois en soirée.

Au programme cette année, dix-huit films réalisés pour la plupart dans les années quatre-vingt-dix. Dix-huit films révélateurs de la diversité des approches du film ethnographique.

Dès la première journée deux films nous ont donné à voir des réalités différentes de Cuba en 1997, mais aussi deux manières différentes d'aborder le réel. Luchando frijoles, Cuba d’un jour à l’autre est le résultat d’un travail d’observation de six jeunes réalisateurs. Six regards nuancés sur le quotidien et sur les questionnements de jeunes Cubains. Autre réalité, Fundación de una nganga de Siete Rayos filmé en son synchrone et en temps direct par Jean-Luc Chevanne, nous projette dans un rituel afro-cubain. À la fin de la projection, les auteurs étaient là pour éclaircir certains aspects des films et commenter la manière dont se sont déroulés les tournages.

Les journées suivantes ont été organisées de la même manière, autour des thèmes de la frontière (Luc Bazin), du First contact(Daniel Pelligra et Erling Söderstrom) et du Mexique (en particulier Raymonde Carasco). Une journée a été consacrée à la production de jeunes réalisateurs français et suisses. Ces rencontres tentent de caractériser la spécificité de l'approche du cinéma ethnographique à propos de phénomènes sociaux très divers.

Erling Söderstrom a filmé les premiers contacts entre des indiens Korovos de la forêt amazonienne et un groupe de brésiliens (Amazonie, la guerre de l’ombre). Ce thème soulève la question cruciale de l'envahissement des territoires d’Amazonie qui aboutit à la disparition de certaines minorités ethniques. En filmant cette réalité, le cinéaste exprime son opposition à cette éradication.

Luc Bazin s'est spécialisé sur la région Midi-Pyrénées, il interroge les lieux et leurs habitants transfrontaliers ainsi que les rituels liés à ce partage du territoire (Patz Abant !).

Raymonde Carasco qui a séjourné chez les indiens Tarahumaras, filme avec une grande simplicité toute l’esthétique du rituel du Peyotl (Ciguri, Tarahumaras).

Deux jeunes réalisateurs dont les films étaient programmés le même après-midi suscitèrent un débat sur la subjectivité dans le film ethnographique, la place accordée à la spécificité des cadrages et des montages. Laure Sainte Rose joue sur le traitement de l'image et du son pour nous faire découvrir l'univers clos des archives du cinéma, un monde où les lieux submergent les individus (Arch’ange). Malik Alam présente successivement en plans fixes dix hommes et femmes parlant de leur expérience d'écriture d'un journal intime. Aucun mouvement de caméra, les visages et les attitudes devancent les paroles (Un journal à soi ).

À signaler le succès de The drums of winter,de Sarah Elder et de Léonard Kamerling, auprès de sociologues, musiciens, ethnologues, danseurs et amateurs de cinéma ! Le film ethnographique est à la rencontre de plusieurs disciplines. Regard patient sur le monde, il captive par son habileté à rendre sensible le réel.

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org