Navigation – Plan du site
Activités de l'AFA

« La voix des anthropologues en situation de crise »

Table Ronde AFA – 3 juin 1998
Françoise Bourdarias
p. 195-197

Les interventions de Jean-François GOSSIAUX (ex-Yougoslavie), Joseph KAGABO (Rwanda), Hadj MILIANI (Algérie), Omar CARTIER (Algérie), ont été suivies d'un débat.

Les analyses des anthropologues ont-elles été diffusées en de­hors du milieu professionnel, et dans quelle mesure pouvaient‑elles être entendues (par les politiques, par « l'opinion publique ») ?

Les méthodes d'investigation et les formes d'analyse propres à notre discipline (le raisonnement anthropologique) sont-elles adaptées aux situations de crise ? Peuvent-elles même être mises en œuvre dans un tel contexte ?

De tels thèmes de réflexion devaient, bien sûr, conduire les anthropologues à s'interroger sur le statut de leur discipline, et au-delà, sur l'existence d'une profession (au sens propre du terme).

En temps de crise, les informations diffusées par les médias semblent occulter (contourner) les analyses produites sur la longue durée par les chercheurs spécialistes d'une aire culturelle.

Dans le même temps, l'hypermédiatisation de la crise n'est pas sans influer sur les conditions de la pratique de terrain. Les tensions (voire les conflits) entre chercheurs, professionnels des médias, politiques, semblent plus aigus, en tous cas, plus visibles.

Sur ces points, les propos des intervenants étaient souvent convergents.

Jean-François GOSSIAUX (ex-Yougoslavie) analyse le renforcement, pendant le conflit, d'un « conformisme journalistique » se traduisant par une faible variabilité des lignes éditoriales, l'émergence de stéréotypes, une sélection des « spécialistes de référence », le rejet (la dénonciation) de toute analyse déviante.

Pour Joseph KAGABO (Rwanda), le traitement journalistique de l'événement envahit le champ de l'information et « subjugue » l'opinion. Les périodes précédant la crise pourraient permettre aux anthropologues de signaler les tendances repérables sur le terrain. Dans le cas du Rwanda, leurs tentatives se sont heurtées aux stratégies politiques (internes et externes).

Les interventions de Hadj MILIANI et de Omar CARTIER (Algérie), décrivent, en apparence, une situation inverse. Les anthropologues se voient de plus en plus sollicités. La crise semble accroître la « demande d'analyse anthropologique ». Hadj MILIANI retrace l'évolution des liens entre sciences sociales et pouvoir étatique en Algérie. L'anthropologie a longtemps été rejetée au profit de sciences sociales « plus positives » (économie, sociologie quantitative). Prestataires de services dans le cadre de la planification, ces dernières n'ont prévu ni octobre 1982, ni la montée d'un Islam politique. Paradoxalement, si l'anthropologie gagne une nouvelle légitimité, ses conditions d'exercice deviennent de plus en plus difficiles. Une sorte de « para-anthropologie », fortement médiatisée, vient servir d'argument aux replis identitaires. La pratique du terrain elle-même (la gestion de l'anthropologue), constitue un enjeu, y compris pour les populations enquêtées. Hadj MILIANI, sur ce point, effectue un rapprochement éclairant avec les conditions du terrain dans les banlieues françaises.

Dans tous les cas évoqués, l'observation anthropologique rencontre de nombreux obstacles. La médiatisation de la crise semble s'opposer à la diffusion des analyses, à leur réception.

Les anthropologues doivent-ils renoncer à intervenir sur de tels terrains ?

Le débat enclenché par les exposés abordera le problème des rapports entre journalisme et anthropologie. Une collaboration est-elle possible ? Les anthropologues doivent-ils envisager d'entrer en compétition avec les médias ? Pour certains intervenants, de telles pratiques seraient en contradiction avec les exigences méthodologiques et théoriques de leur discipline. D'autres, au contraire, argumenteront la nécessité de s'affirmer en tant que profession, face aux médias et aux politiques. Selon eux, la reconnaissance des analyses menées, en situation de crise, par des chercheurs spécialistes d'une aire culturelle, peut être conquise... si les anthropologues et leurs associations veulent s'en donner les moyens.

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org