Navigation – Plan du site
Collectif

À propos de l’instauration d’un ministère « de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du codéveloppement »

p. 429-432

• Association française des anthropologues

   Communiqué du 31 mai 2007.

• Appel pour la constitution d’un Mouvement de l’éducation et de la recherche face à l’institutionnalisation de la xénophobie

  Communiqué du 27 juin 2007.

Communiqué de

l’Association française des anthropologues

L’Association française des anthropologues estime très alarmante la création d’un ministère « de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du codéveloppement » et exprime son soutien aux chercheurs démissionnaires de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (CNHI).

Certes, l’instrumentalisation par le gouvernement et de nombreux acteurs politiques des thèmes de l’immigration et de l’intégration n’est pas une nouveauté en France ; elle se traduit depuis une vingtaine d’années par une cascade de lois et circulaires. Une surenchère ininterrompue s’est mise en place, qui renforce la pression sur les étrangers, démantèle le droit d’asile, réduit les possibilités de renouvellement des cartes de séjour, produit des sans-papiers, amplifie les contrôles d’identité au faciès et aboutit à fragiliser des pans entiers de la société sous prétexte de lutter contre l’immigration illégale.

Néanmoins, un tournant particulièrement inquiétant a été franchi avec l’instauration d’un ministère associant les termes d’immigration, d’intégration et d’« identité nationale », suggérant que la nation serait menacée ou polluée par l’immigration.

Nous, ethnologues et anthropologues, dont la discipline à vocation comparative fonde son corpus de connaissances sur les questions de l’altérité et de l’identité, tenons à affirmer que la notion d’identité nationale ne saurait avoir de validité scientifique. Elle est une construction sociale imaginaire qui, sous couvert d’unité, tend à renforcer les divisions, les discriminations et les inégalités.

À travers le monde et les époques, les exemples que nous observons montrent que lorsque l’État s’empare du thème de l’identité nationale, c’est partout une incitation directe au mieux à la xénophobie, au pire à des violences entre groupes d’origines différentes.

De même que la loi ne dit ni ne fait l’histoire, un État qui se veut démocratique ne saurait édicter l’identité d’une nation, que ce soit en termes ethnique ou culturel, moral ou encore idéologique.

Paris, 31 mai 2007

S’associent à ce communiqué :

- L’Association pour la recherche en anthropologie sociale (APRAS)

- Le réseau thématique 2 « sociologie des migrations et production de l’altérité » de l’Association française de sociologie (AFS)

- L’Association Rhône-Alpes d’anthropologie (ARA)

- L’Association d’anthropologie méditerranéenne (ADAM)

Appel pour la constitution d’un Mouvement de l’éducation et de la recherche face à l’institutionnalisation de la xénophobie

  • 1   Ce forum a été organisé à l’EHESS à l’initiative de l’Assocation française des anthropologues ; (...)

Communiqué du 27 juin 20071

La centaine de participants au forum sur l’instauration d’un ministère dit de « l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du codéveloppement » réunis ce mercredi 27 juin 2007, opposés à la création de ce ministère et résolus à résister à ses visées appellent l’ensemble des associations professionnelles et syndicales des enseignants, formateurs, éducateurs et chercheurs, les journalistes de la presse écrite, de la radio et de la télévision, les éditeurs, les revues en sciences humaines et sociales, les organismes de réflexion affiliés à des partis politiques, syndicats et associations à assumer leurs responsabilités sociales et politiques dans un tel contexte historique. Tous sont invités à participer à la mise en place d’un observatoire de ce ministère, de l’action publique dans ses domaines de compétences et de ses effets dans la société. Un premier groupe de travail se réunira dès le début du mois de septembre pour organiser un dispositif d’observation sociologique de ce ministère et de ses effets. En outre, afin de faire face aux orientations annoncées de ce ministère dans le domaine de la culture et de l’éducation, il a été décidé de créer un groupe de vigilance sur l’indépendance de l’enseignement et de la recherche avec pour mission d’examiner et d’évaluer les appels d’offre pour la recherche ainsi que les subventions publiques aux associations et d’assurer une mission de veille en ce qui concerne les programmes et les manuels scolaires. Enfin il a été décidé d’organiser un réseau national de soutien aux réflexions collectives et aux débats publics, nationaux et internationaux, sur les amalgames opposant l’immigration à l’identité nationale et sur l’institutionnalisation du racisme et de la xénophobie.

L’Observatoire du ministère, le Groupe de vigilance sur l'indépendance de l'enseignement et de la recherche et le Réseau d'animation du débat public sont trois composantes d’un Mouvement de l'éducation et de la recherche face à l'institutionnalisation de la xénophobie (intitulé provisoire) dont les activités ont été engagées dès septembre. Une Assemblée Générale constitutive sera convoquée à la mi-octobre pour institutionnaliser ce mouvement sous forme d’association loi 1901.

Les personnes intéressées sont invitées à nous contacter.

Contact : afa@msh-paris.fr

Notes

1   Ce forum a été organisé à l’EHESS à l’initiative de l’Assocation française des anthropologues ; le réseau scientifique TERRA ; le Réseau thématique 2 « sociologie des migrations et production de l’altérité » de l’Association française de sociologie ; les historiens démissionnaires de la Cité nationale d’histoire de l’immigration ; l’Association pour la recherche en anthropologie sociale ; la Société d’ethnologie française.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org