Navigation – Plan du site
Activités de l'AFA

Séminaire de l’AFA  « Actualites de l’anthropologie »

Les champs d’exercice de l’ethnologie. Nouvelles polarisations dans le cadre de la globalisation (15 novembre 2002 – 13 juin 2003)
p. 443-445

L’Association française des anthropologues organise depuis janvier 2002, à la Maison des Sciences de l’Homme, un séminaire mensuel, ouvert à tous, intitulé « Actualités de l’anthropologie ». Ce séminaire se donne pour but de constituer un espace d’échanges entre l’anthropologie et les autres disciplines des sciences sociales dans l’objectif de consolider les modes d’appréhension théoriques et méthodologiques des évolutions du monde contemporain.

La conjoncture actuelle est en effet marquée par une globali­sation économique, politique et culturelle qui présente une série de problèmes pour les anthropologues. Les débats sont aujourd’hui nombreux dans notre discipline pour tenter de penser avec les ins­truments qui sont les nôtres ces phénomènes complexes. D’aucuns penchent pour une approche strictement culturelle, en continuité avec les objets premiers de l’ethnologie ; d’autres considèrent au contraire que l’accent doit être mis sur les dimensions politiques et/ou économiques qui déterminent les modes présents de l’interdépendance. Un second faisceau de questions discute de la prépondérance des rapports entre des logiques d’uniformisation et de différenciation ou de segmentation.

D’une manière générale, le marché – comme forme sociale hégémonique actuelle – est souvent esquivé faute d’outils anthro­pologiques adéquats aux situations microsociales d’observation. Face à ces différents positionnements où l’anthropologie paraît hésitante, voire en retrait, la nécessité s’impose d’éclaircir les enjeux intellectuels qui sous‑tendent les diverses conceptions de la globalisation et de reconsidérer leur pertinence.

Six séances ont été consacrées durant le premier semestre 2002, dans la perspective d’une réflexion globale sur la globalisa­tion, aux domaines du travail, du religieux, de l’identité, de la parenté, du politique, des ONG et de la solidarité. Un effort a été fait à chaque fois pour replacer ces thématiques dans le contexte de la mondialisation, de l’expansion du capitalisme et de la généralisa­tion des échanges marchands. L’idée était de rompre avec les ap­proches fragmentées et parcellaires s’enfermant dans la spécificité des objets et des aires.

Durant l’année 2002‑2003, la globalisation sera abordée à travers les nouveaux modes d’exercice de l’ethnologie. Sous cet intitulé, nous désignons l’ensemble des changements qui affectent la discipline et la profession d’ethnologue ainsi que la fabrication des enquêtes.

L’intérêt d’une telle réflexion sur l’ethnologie dépasse le cercle des ethnologues dès lors qu’elle se fixe pour ambition tout d’abord de cerner les nouveaux axes de construction et de valorisation des sciences sociales ; elle peut d’autre part être un outil d’analyse parmi d’autres des caractéristiques les plus saillantes de la globalisation, notamment sous l’angle du marché des idéologies qui se dégage.

On s’interrogera donc sur l’éventuelle marginalisation de la discipline, ses causes et son potentiel cantonnement dans la gestion des marges : indigénisme, migrants et minorités ethniques, patri­moines naturels, culturels et industriels, laissés‑pour‑comptes, etc. On se penchera aussi sur le marché du travail qui s’ouvre présente­ment aux ethnologues. Le rétrécissement de l’emploi public est‑il compensé par la montée de contrats précaires au service d’acteurs collectifs très divers ? ONG autochtones, nationales ou internatio­nales, institutions variées, entreprises, musées, hôpitaux se proposent de louer les services d’ethnologues. De nouveaux secteurs convoquent parallèlement des ethnologues dans l’idée qu’ils seraient porteurs d’une norme morale, éthique et culturelle. Cette tendance s’affirme particulièrement dans les nouvelles tech­nologies de la reproduction, la santé, la biodiversité, les formes d’alliance et d’apparentement, la division des sexes de plus en plus problématique, les relations interculturelles.

Les demandes contradictoires qui s’adressent à l’ethnologie et les restructurations professionnelles qui s’y articulent ne témoi­gnent‑elles pas, à leur manière, des reconceptualisations à l’œuvre dans la globalisation, au sein de laquelle les dimensions de specta­cle, de marchandise symbolique et réelle, de culturalisation et d’ethnicisation se révèlent centrales ?

Dans cette optique, l’anthropologie ne serait‑elle pas orientée dans les strates inférieures de la gouvernance, qui se présente comme le paradigme par excellence des ordonnancements sociaux et politiques actuels ? Aucun domaine ne semble en effet échapper aux injonctions de la gouvernance, qu’il s’agisse des Etats, des collectivités territoriales, des établissements publics et privés, des associations, des syndicats, voire des familles, etc.

Ce paysage remodèle en profondeur les techniques d’enquête, les scénarios de terrain et les postures de l’ethnologue telles qu’elles lui sont assignées par les acteurs. Là encore, tout nombrilisme dis­ciplinaire doit être évité au profit d’un regard épistémologique qui prend la proximité singulière de l’ethnologue avec les gens comme un révélateur plus large des transformations en cours. L’espace social que produit une investigation ethnologique se donne à voir aujourd’hui sous un jour nouveau : les statuts, les rapports hiérar­chiques des uns et des autres ne sont‑ils pas façonnés par les visions du/des marché(s) et de leurs corollaires en termes de droits, de contrats, de ressources à capter, mais aussi par la diversification des commanditaires ou par l’expansion de l’économie de la communi­cation ? Les anciennes dominances dont jouissait l’ethnologue ne sont-elles pas brouillées par les nouvelles conjonctions et disjonc­tions entre mercenariat et militance ?

Nous souhaitons que le séminaire prenne la forme d’un atelier collectif de travail approfondissant ces quelques propositions autour des développements les plus significatifs de la discipline.

Les séances se tiendront à la Maison des Sciences de l’Homme, 54 bd Raspail, Paris 6e, salle 015,

de 10h00 à 13h00 aux dates suivantes :

– vendredi 15 novembre 2002

– vendredi 13 décembre 2002

– vendredi 17 janvier 2003

– vendredi 14 mars 2003

– vendredi 16 mai 2003

– vendredi 13 juin 2003

Responsables :

Laurent Bazin, chargé de recherches au CNRS

Robert Gibb, université d’Edimbourg

Monique Selim, directrice de recherche à l’IRD

Contact : lbazin@msh-paris.fr

                 rgibb@wanadoo.fr

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org