Navigation – Plan du site
Anthropologie visuelle

Ethnologie et cinéma

Sixièmes rencontres autour du film ethnographique - Grenoble (2‑7 avril 2002)
Muriel Guigou
p. 433-436

Texte intégral

1Comme chaque année, avec la venue des beaux jours, Ethnologie et Cinéma nous en a mis plein les yeux : dix‑sept films présentant différentes facettes des rapports de l’Homme à son environnement.

Nomadisme

2Des films sur les peuples nomades furent présentés, mettant en lumière la tension entre tradition et modernité : au cœur de la Sibérie, une famille evenki élève des rennes tout en se déplaçant, vie rudimentaire dans l’immensité de la Taïga. Régulièrement d’énormes hélicoptères viennent chercher les jeunes enfants pour les amener... à l’école : Taïga Nomads (H. Lappaleinen, Finlande, 1992, 16 mm, 50’) ; au Sahel, les bergers nomades fulanis doivent franchir le fleuve Niger avec plus de trois millions de bovins pour accéder aux pâturages et aux points d’eau. Aujourd’hui, des anten­nes paraboliques ont été posées dans le sable africain par la NASA pour permettre de repérer par satellites les herbages et ces données sont transmises aux bergers : La vache a sauté au‑dessus de la lune (Ch. Walker, GB, 1999, Beta, 50’). Ce film a provoqué des remous dans la salle de la Maison des Sciences de L’Homme‑Alpes, certaines personnes le qualifiant de « film de propagande » au vu de longs plans sur les antennes paraboliques et à l’écoute de discours lénifiants de scientifiques américains déclarant vouloir sauver le monde. L’intérêt de ce film était cependant d’aborder le nomadisme sous un angle original, même si, sous‑jacents, se profilent des intérêts et des discours divergents. Jean‑Claude Duclos, conservateur en chef du Musée dauphinois et André Pitte, organisateur de la fête de la transhumance à Die étaient présents pour faire part de leur expérience et de leur connaissance des éleveurs transhumants. Deux très beaux documentaires, diffusés dans le réseau « Arts et Essai », ont été projetés au cinéma Le Méliès dans le cadre des rencontres et ce, pendant deux semaines : 7 chants de la toundra (M. Lehmuskallio, A. Lapsui, Finlande, 2000, 35 mm, 90’) et Highway (S. Dvortsevoy, Kazakhstan, 1999, 35 mm, 52’).

3La thématique du nomadisme nous a également donné l’occasion de voir et/ou revoir de grands classiques du film ethnographique Tagrest (Edmond Bernus, France, 1967‑68, 16 mm, 18’) montrant la vie quotidienne des nomades Touaregs au Niger et le magnifique Grass: a Nation Battle for Life (Merian C. Cooper, Ernest B. Schoedsack & Margaret Harrison, USA, 1924, 35 mm, 62’) relatant la spectaculaire transhumance de printemps d’éleveurs nomades Bakhtiari à travers les montagnes du sud‑ouest de l’Iran. Jean‑Pierre Digard, ethnologue spécialiste des tribus nomades Bakhtiari, était présent pour témoigner au public nombreux de sa propre expérience de cette transhumance et de ses vingt ans de travail auprès de ces nomades. En complément de ce film était projeté à la salle Juliet Berto, lieu de rencontre des cinéphiles, un autre film ethnographique incontournable L’Homme d’Aran (Robert J. Flaherty, GB, 1932‑34, 16mm, 70’) fresque impressionnante et lyrique de la vie d’une famille de pêcheurs sur une île de l’archipel d’Aran, au large de l’Irlande.

Céramique

4La céramique fut la seconde thématique des rencontres, en parallèle à l’exposition du musée Dauphinois sur ce même objet. Des films sur différentes manières de modeler la terre ont été pro­jetés, dont en particulier Ocumicho sauvé par le diable (F. Choffat, J. Gilbert, Suisse, 2002, DVcam 16.9, 30’) film présenté en avant-première et montrant de manière très vivante la place prise, dans un village mexicain, par la représentation du diable non seulement dans les esprits, mais aussi dans la façon dont elle est matérialisée dans des sculptures fantasques ; Potiers sedang (France, 1970, 16 mm, 9’) du fameux ethnocinéaste Dominique Lajoux, tourné au Vietnam, enfin Le chemin des tuileries (G. Nivoix, France, 1994, Beta, 22’) mettant en lumière le travail du père Janicot, dernier tuilier de la région Franche‑Comté. Chantal Spillemaecker, conser­vatrice au musée Dauphinois, a commenté ces films.

Environnement

5Troisième grande problématique de ces rencontres, les ques­tions d’environnement avec quatre films « décapants » : Colifichets et verroteries (Ch. Walker, GB, 1996, Beta, 52’) ou comment, en échange de broutilles, arnaquer des peuples pour installer sur leur territoire des exploitations de pétrole ; L’île aux fleurs (J. Furtado, Brésil, 1989, 35 mm, 14’) critique courte et cinglante de la société de consommation à travers la trajectoire d’une tomate, de sa planta­tion à la décheterie installée sur « l’île aux fleurs ; La jungle plate (Pays‑Bas, 1978, 16 mm, 86’) belle œuvre mi‑poétique, mi‑militante de Van der Keuken et enfin Le tocsin de Tchernobyl (R. Serguienko, 1986‑87, 16 mm, 100’) film déconcertant sur les lendemains de la catastrophe, montrant des hommes à peine proté­gés raclant les fonds de la centrale nucléaire, des paysans qui, malgré les interdictions, reviennent sur leurs terres restées intactes en apparence seulement, tandis que les maisons furent aspergées à l’eau savonneuse... Pour ce dernier film, le réalisateur initialement invité n’a pas pu venir de Russie, il a été remplacé par un sociologue spécialiste des situations de risques. Un des faits éton­nants à constater dans ce film fut le calme relatif des populations dans cette situation de crise : pas de bousculade, grande entraide... La discussion fut ensuite mouvementée du fait de la présence de militants (CRIIRAD), qui n’avaient pas tant envie de parler du film que du problème général de l’énergie nucléaire... ce qui fut fait.

Projection-spectacle

6La dernière thématique de cette journée était exceptionnelle. En effet, pour la première fois, l’équipe d’Ethnologie et Cinéma a commandé une projection‑spectacle sur le film ethnographique à une équipe d’artistes : Eric Heilman, artiste‑scénographe, Muriel Benazeraf, comédienne et Arnaud Marcaille, musicien. Grâce à une bonne connaissance des problématiques de l’ethnologue dans le rapport à « son terrain » et du cinéma direct, ils ont mis en scène l’existence et le travail cinématographique d’un grand ethnologue purement fictionnel et pourtant très proche du réel au vu de la manière dont la plupart des spectateurs à l’université ont cru à un canular. Analyse fine du travail de l’ethnologue revendiquant sa subjectivité comme outil de travail. Pour rendre compte au plus proche de la réalité, le spectacle était en permanence sur le fil du rasoir, entre le réel (citations de L’Afrique Fantôme) et le saugrenu (ce sont des films‑amateurs ordinaires qui faisaient office d’œuvre de l’ethnocinéaste).

7On peut se féliciter cette année d’une bonne programmation, d’intervenants passionnés et surtout d’un public maintenant acquis et très intéressé par les débats et discussions (une heure environ de débat chaque après‑midi et plus encore le soir, salle Juliet Berto).

8Une sélection filmée des débats sera diffusée sur le site internet d’Ethnologie et Cinéma (www.msh-alpes.prd.fr/ethno-et-cine).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Guigou, « Ethnologie et cinéma », Journal des anthropologues, 90-91 | 2002, 433-436.

Référence électronique

Muriel Guigou, « Ethnologie et cinéma », Journal des anthropologues [En ligne], 90-91 | 2002, mis en ligne le 01 décembre 2003, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://jda.revues.org/2171

Haut de page

Auteur

Muriel Guigou

Equipe Ethnologie et CinémaMaison des Sciences de l’Homme-Alpes ( Grenoble)

Haut de page

Droits d’auteur

Journal des anthropologues

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org