Navigation – Plan du site
Chroniques

Anthropolis, revue d’anticipation culturelle1

Marc Abélès
p. 295-297

Texte intégral

  • 1 NDLR. Nous reproduisons la présentation publiée par Marc Abélès sous le titre « Pourquoi Anthropol (...)

1Le projet d’Anthropolis est issu d’une constatation simple. Nous vivons dans un univers où le futur est désormais partie inté­grante du présent. Notre discours et nos comportements sont faits d’anticipations permanentes. Le virtuel est l’une des modalités essentielles du contemporain. L’appropriation massive des techno­logies de l’information a contribué à cette situation. De même, il est devenu parfois difficile de déterminer ce qui relève de la science proprement dite ou de la science‑fiction. Lorsque l’on cherche à penser le contemporain, on est sans cesse amené à se projeter dans le futur. Tout se passe comme si, dans le monde où nous vivons, l’avenir était en permanence imbriqué dans le présent. Cela tient aux transformations scientifiques et technologiques, à l’impact qu’elles ont sur le quotidien et sur nos représentations. Exemples : la rapidité avec laquelle Internet a bouleversé nos modes de com­munication ; les effets induits par l’évolution de la biologie et celle de la recherche médicale, qui obligent à anticiper des questions éthiques complexes comme le clonage. Dans des domaines plus inattendus, on voit le virtuel devenir le moteur presque magique du réel. N’est‑ce pas le cas avec l’Europe, cet « objet politique non identifié » qui se construit alors que sa forme politique définitive est toujours reportée ?

2Or, jusqu’ici, les sciences humaines ont fonctionné dans un rapport exclusif au présent et au passé, soit qu’elles privilégient l’un au détriment de l’autre, soit qu’elles combinent les deux en se fondant sur le passé pour mieux comprendre le présent, soit qu’elles projettent sur le passé l’éclairage du présent. L’extrême attention portée à l’historicité a parfois occulté une question que Claude Lévi‑Strauss a posée avec force en soulignant les limites de l’objectivité historienne et en traitant l’histoire comme un mode, parmi d’autres, d’appréhension du temps. D’où l’agacement des philosophes et des historiens devant cette approche hétérodoxe de leur concept de prédilection.

3Au‑delà du refus de fétichiser l’histoire, l’anthropologie ouvre une perspective qui intègre des modalités très diverses de représentation du temps tournées vers le passé (mythe, mémoire, histoire), mais aussi vers le futur, et la manière dont sa perception structure notre contemporanéité et nos relations au passé. Cette attention portée au temps paraît particulièrement pertinente pour aider à penser les processus contemporains. Car le futur – certains disent le virtuel – est devenu un aspect constitutif du présent. Aussi devient‑il indispensable de lui ménager toute la place qu’il mérite.

4Dans cette entreprise, nous nous distinguons des courants postmodernistes qui ont fait florès dans les deux dernières décen­nies. Car le « post » dont ils font état évoque bien plutôt une fin de l’histoire, un point fixe d’où l’on interroge en rétrospection la ma­nière dont le présent s’annexe le passé, dont il le réifie et l’instrumentalise, sans nullement se préoccuper d’aller de l’avant. Certes l’intérêt de ces approches est de remettre en cause l’idée d’un sens unique du temps. On est à mille lieues de l’idée rous­seauiste de perfectionnement qui apparaissait consubstantielle aux représentations de la modernité. Le postmodernisme correspond dans une certaine mesure à la mise en spectacle de l’effondrement de l’idée régulatrice de progrès qui a longtemps orienté les com­portements et les rapports sociaux. Mais sans se situer dans l’horizon du futur.

5La notion d’anticipation culturelle commande une autre stra­tégie intellectuelle. Elle s’inspire de la méthode des ethnologues qui consistait à introduire l’altérité dans le regard que nos sociétés portaient sur elles‑mêmes, obligeant ainsi à remettre en cause tout un tissu d’évidences. Ce qui est tenté ici, c’est une expérience diffé­rente. La mise en perspective dont il s’agit met au premier plan non l’espace, mais le temps. Précisons : l’anticipation ne se confond pas avec la prospective. Cette discipline qui a eu son heure de gloire semble connaître aujourd’hui un relatif essoufflement. Elle a privi­légié une vision technocratique et économiciste qui l’a souvent aveuglée. Mais surtout, l’incrustation du futur dans le présent, qui caractérise le monde contemporain, rend caduque une entreprise qui s’est constituée en référence à l’extériorité du futur.

6L’anticipation ne contraste pas seulement avec la prospective. Le télescopage de l’avenir et de l’actuel vient en effet déstabiliser un tout autre registre de discours, qui eux se réclament de l’utopie. Ce mode de penser a pour point commun avec la prospective de fonctionner par projection. D’un côté les contingences du présent, de l’autre des lendemains où tout était possible. A la différence du point de vue utopiste, la démarche que nous proposons de mettre en œuvre repose sur l’intériorité du futur au présent. L’anticipation dérange nos stéréotypes, elle amène à penser autrement ce que nous vivons au jour le jour. A consommer avec modération ? Au contraire : notre vœu est de faire intervenir dans ces pages des spécialistes de disciplines qui n’ont rien à voir avec l’avenir. Jouer les regards décalés, plutôt que les routines bien rodées, de cela nous avons besoin aujourd’hui plus que jamais. Rester en éveil.

Haut de page

Notes

1 NDLR. Nous reproduisons la présentation publiée par Marc Abélès sous le titre « Pourquoi Anthropolis ? » dans le premier numéro de cette revue, vol. 1 (L’hystérie procédurale). Paris, éditions des archives contemporai­nes, 2002. Contact : laios@msh-paris.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Abélès, « Anthropolis, revue d’anticipation culturelle », Journal des anthropologues, 92-93 | 2003, 295-297.

Référence électronique

Marc Abélès, « Anthropolis, revue d’anticipation culturelle », Journal des anthropologues [En ligne], 92-93 | 2003, mis en ligne le 22 février 2009, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://jda.revues.org/2151

Haut de page

Auteur

Marc Abélès

LAIOS

Articles du même auteur

  • Réponse à Jean Copans [Texte intégral]
    « L’anthropologie politique en France après 1980, une démission programmée ? »
    Paru dans Journal des anthropologues, 94-95 | 2003
Haut de page

Droits d’auteur

Journal des anthropologues

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org