Navigation – Plan du site
Dossier

Les ONG

Médiations politiques et globalisation
Françoise Bourdarias, Bernard Hours et Annie Le Palec
p. 7-11

Texte intégral

1En vingt ans les ONG sont passées de l’image du « bricolage militant » à des organisations de moralisation du monde au nom des droits. La fin de la guerre froide constitue le pivot de cette évolu­tion. Depuis 1990, plusieurs évidences sont apparues autour des ONG. L’éthique et la morale sont devenues politiques en même temps que les ONG se présentent comme une substitution au champ politique traditionnel de la représentation.

2Le développement durable, la lutte contre la pauvreté, la gou­vernance constituent des références idéologiques multilatérales qui ont remplacé, dans une large mesure, les politiques de développe­ment bilatérales d’antan. D’accessoires, les ONG semblent devenues des acteurs centraux dans un scénario global qui leur confie – de fait – une part de responsabilité dans la gestion de la planète et des hommes qui y vivent. Ce mandat naissant, en partie implicite, appa­raît bien dans les articles qui composent ce numéro. On y observe deux grandes tendances scientifiques ou approches.

3La première se penche principalement sur les stratégies des acteurs et leurs interactions. Elle est microsociale et micropolitique et s’est principalement développée en Afrique. Les articles de Tarik Dahou (Sénégal), d’Yves Guillermou (Cameroun), de Françoise Bourdarias (Mali), s’inscrivent dans une telle approche.

4Une seconde démarche, largement complémentaire, aborde des questions politiques à une échelle macrosociale. Les probléma­tiques concernent alors l’émergence de la société civile, les redéfinitions de la démocratie et des normes globales qui les orien­tent. Les articles de David Lewis (Bangladesh), Jean-Noël Ferrié (Égypte), Robert Gibb (France), Niagalé Bagayoko-Penone, Françoise Bourdarias et Bernard Hours se situent dans ce cadre principal.

  • 1 Catégorie sociologiquement contestable, mais socialement efficace.

5Au‑delà de l’anthropologie africaniste francophone, il faut souligner l’intérêt des travaux menés en Inde, en Amazonie, sur les aborigènes australiens, qui viennent enrichir ce champ en dépassant la notion de développement devenue étroite. Dans ces pays, les ONG locales sont des acteurs politiques à part entière et représentent parfois de véritables mouvements sociaux. Certains des articles réunis par M. Carrin et C. Jaffrelot (2002) dans un volume récent consacré aux formes de résistance et d’autonomie dans la société indienne intègrent de telles mobilisations à leurs analyses. La cons­truction de la catégorie de « peuples indigènes »1 par les instances internationales a renforcé le développement de mobilisations cultu­relles et l’élaboration identitaire par un certain nombre de groupes tribaux. La revendication d’autochtonie peut alors aller de pair avec celle du droit à l’autodétermination et à l’autonomie culturelle. Dans un tel contexte, l’action des ONG environnementalistes, les valeurs qui la sous‑tendent, sont supposées appropriées par les populations. Elles permettent à la fois de constituer les « peuples indigènes » en protecteurs de la nature menacée par les politiques développementalistes de l’État, et de légitimer les revendications liées à la redistribution des ressources économiques.

6Toutefois, la diversité des mobilisations liées à l’émergence des ONG reflète bien celle des tensions qu’elles suscitent localement, la multiplicité des usages dont elles sont l’objet, la polysémie des valeurs qu’elles diffusent.

7Au Nord comme au Sud, les ONG se voient aujourd’hui remises en question. Elles sont alors désignées comme les agents d’une globalisation opposée aux intérêts de certaines classes sociales ou fractions des populations locales. A cet égard, le cas des ONG vouées à la défense des droits de l’homme, et surtout à la protection de la nature et de l’environnement, est particulièrement intéressant. On pourrait évoquer par exemple les tensions qui se développent à Madagascar entre les agriculteurs installés dans les zones forestières de l’île et les organismes chargés de la protection de l’écosystème financés par les ONG occidentales, de même que les conflits liés à la multiplication des parcs nationaux en Afrique et en Asie.

8La position des ONG, au cœur de la globalisation, leur insertion dans le champ du politique, deviennent de plus en plus visibles. Elles devraient donc susciter dans les années qui viennent des mobilisations de plus en plus nombreuses et, en apparence, contradictoires.

9Les situations dans lesquelles émergent ces mouvements constituent un terrain anthropologique particulièrement fécond, permettant d’observer les modalités d’articulation du local et du global, les stratégies d’acteurs et les logiques politiques et sociales dans lesquelles elles se développent, la construction de nouvelles définitions et formes de gestion de l’altérité.

10L’extension des espaces sociaux transnationaux liés (connec­tés) aux ONG, nouvelle forme de réseaux de dépendance et de circulation de la domination, devrait également nous permettre de mettre à l’épreuve les outils d’observation et d’analyse propres à notre discipline. La production des élites, les conflits qui en résul­tent, leurs conséquences sur l’orientation des politiques publiques sont des domaines encore peu explorés par les anthropologues.

  • 2 Voir notamment en France les travaux du CAHIER (Collectif d’analyse de l’humanitaire international  (...)
  • 3 Voir par exemple Cultures et conflits, 2002, 38‑39.

11On peut constater que depuis les années 90, les politologues, les sociologues du politique, intègrent les ONG et le champ de l’humanitaire à leurs analyses2. Leur attention se focalise notam­ment sur les nouvelles formes de militantisme et de « mobilisation du consensus », la reconfiguration des relations internationales liée au « lobbying » exercé par les ONG (notamment dans l’espace politique européen3), l’émergence d’une « société civile mondiale » et d’une « normalité internationale » appelée gouvernance.

12On voit bien l’intérêt que pourrait présenter le croisement des perspectives disciplinaires sur l’objet que constitue le champ humanitaire construit par les ONG.

13Ce numéro propose quelques balises et apporte de multiples illustrations qui confirment la pertinence anthropologique de l’objet ONG.

Haut de page

Bibliographie

Carrin M., Jaffrelot C., (dir.), 2002. Purusartha, 23 (Tribus et basses castes. Résistance et autonomie dans la société indienne). Paris, EHESS.

Collovald A., Lechien M.-H., Rozier S. & Willemetz L., 2002. L’humanitaire ou le management des dévouements : enquête sur un militantisme de « solidarité internationale » en faveur du Tiers‑monde. Rennes, Res Publica, PUR.

Cultures et conflits, 2002. Sociologie de l’Europe, mobilisations, élites et configurations institutionnelles, 38‑39.

Dauvin P., Siméant J., 2002. Le travail humanitaire, les acteurs des ONG, du siège au terrain. Paris, Presses de Sciences Po.

DELER J.-P., FAURÉ Y.-A & ROCA P.-J., 1998. ONG et développement. Paris, Karthala.

HOURS B., 1998. L’idéologie humanitaire ou le spectacle de l’altérité perdue. Paris, L’Harmattan.

HOURS B., SELIM M., 1989.Une entreprise de développement au Bangladesh. Le centre de Savar.Paris, L’Harmattan.

Juhem P., 2001. « La légitimation de la cause humanitaire : un discours sans adversaires », Mots‑Paris-1980, 65 : 9‑27.

Keck M., Sikkink K., 1998. Activists Beyond Borders. Ithaca & London, Cornwell University Press.

Neveu E., 1996. Sociologie des mouvements sociaux. Paris, Découverte/Gallimard.

Ollitrault S., 2002. « Internet, soutien au militantisme sans frontières ? » in SERFATY V. (dir.), L’internet en politique des États‑Unis à l’Europe. Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg.

Rist G., 1996. Le développement. Histoire d’une croyance occidentale. Paris, Presses de Sciences-Po.

Haut de page

Notes

1 Catégorie sociologiquement contestable, mais socialement efficace.

2 Voir notamment en France les travaux du CAHIER (Collectif d’analyse de l’humanitaire international - Equipe Rochelaise).

3 Voir par exemple Cultures et conflits, 2002, 38‑39.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Bourdarias, Bernard Hours et Annie Le Palec, « Les ONG », Journal des anthropologues, 94-95 | 2003, 7-11.

Référence électronique

Françoise Bourdarias, Bernard Hours et Annie Le Palec, « Les ONG », Journal des anthropologues [En ligne], 94-95 | 2003, mis en ligne le 22 février 2009, consulté le 25 avril 2017. URL : http://jda.revues.org/1938

Haut de page

Auteurs

Françoise Bourdarias

Université de Tours

Articles du même auteur

Bernard Hours

IRD

Articles du même auteur

Annie Le Palec

LAST

Haut de page

Droits d’auteur

Journal des anthropologues

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org