Navigation – Plan du site
Activités de l'AFA

Journée d’étude de l’AFA 28 mai 2004

Anthropologues sous contrat pratiques et produits
Guillaume Huet
p. 339-340

INTERVENANTS : Jean‑Luc Bénichou, Christian Ghasarian, Noël Jouenne, Bruno Lefebvre, Sylvie Malsan, Charles‑Édouard de Suremain.

DISCUTANTS : Gérard Althabe, Valeria A. Hernandez.

Dans le contexte actuel de restriction des financements et des postes de la recherche publique, le recours au travail sous contrat s’est largement répandu dans la profession.

Compte tenu de la diversité des commanditaires (entreprises, ONG, collectivités locales, administrations publiques…) et en partant de l’expérience concrète des intervenants, l’objectif de cette journée d’étude était de réfléchir et de débattre sur les modalités de la pratique contractuelle en anthropologie et de la nature de ses productions.

La question de l’image de l’ethnologue et de sa discipline aux yeux des commanditaires, ainsi que les attentes de ces derniers, soulèvent des problèmes épistémologiques et éthiques que Christian Ghasarian, Noël Jouenne et Sylvie Malsan ont développé à travers leur expérience dans une entreprise, un musée, un office HLM et une collectivité locale.

Outre le fait de se demander si l’appel à des ethnologues constitue la reconnaissance d’une approche qualitative ou la simple attente d’exotisme, Bruno Lefebvre a mis en garde contre le risque de se contenter d’un « prêt‑à‑penser sociologique » dans de telles situations.

Charles‑Edouard de Suremain a plus particulièrement analysé les problèmes d’intégration conceptuelle, de partenariat et d’innovation méthodologique posés par les projets de recherche interdisciplinaire sous contrat.

Jean‑Luc Bénichou a exposé les outils de l’Association Bernard Gregory pour aider les jeunes docteurs de toutes disciplines à élargir leurs perspectives professionnelles et à trouver un emploi. Concernant cette question de l’aide à l’insertion professionnelle auprès des chercheurs sans poste, Sylvie Malsan a fait part de la création d’un groupe de réflexion à l’initiative de la Société d’ethnologie française afin d’aboutir à la création d’une organisa­tion professionnelle (fédération interprofessionnelle ou syndicat par exemple).

La discussion, menée par Gérard Althabe et Valeria Hernandez a principalement porté sur les implications épistémolo­giques (notamment en terme de méthode d’analyse des matériaux) du positionnement du chercheur au sein des logiques sociales de tout terrain d’enquête.

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org