Navigation – Plan du site
Rencontre et parcours

Quelques mots à propos de Gérard Althabe…

Laurent Maillard
p. 77-79

Texte intégral

1Je suis intimidé ce jeudi matin de février 1995, où pour la première fois, en tant qu’autodidacte, je ne suis plus face à des cours par correspondance mais à un séminaire de l’EHESS en parti­culier celui des « Conditions épistémologiques de la démarche ethnologique ». De l’ethnologie, outre ce que j’ai « appris » à même le terrain auprès d’amis formés dans ce domaine (archéolo­gie et préhistoire), je ne connais que les ouvrages de la collection Logiques sociales de L’Harmattan et surtout, je n’ai à ce moment aucun projet précis concernant un éventuel sujet de recher­che. D’ailleurs, la possibilité de rédiger un jour un travail en sciences humaines ne m’effleure même pas. En ce qui me concerne, je me contente simplement de progresser dans cette discipline qui me passionne et je m’en tiens aux conseils d’un préhistorien : persévérer en ethnologie et surtout en méthodologie. Le séminaire semble donc, au moins pour son intitulé, correspondre à ce que je recherche. Reste à savoir si je parviendrai à suivre. La salle est comble et face à tant de confrères l’appréhension est de rigueur. Pourtant, elle s’estompe rapidement et la personnalité de Gérard Althabe incitant à la confiance, « j’accroche » aux exposés et autres comptes rendus et je sympathise également avec ses élèves qui m’accueillent et me conseillent. Finalement, en juin 1995, j’ose ! Je soumets à Gérard Althabe un projet de recherche sur les jeux de rôles en vue de préparer le diplôme de l’École. Quand bien même le sujet occupe l’actualité du moment, je suis inquiet. Vais‑je parvenir à convaincre un directeur de recherche ? La démarche est nouvelle pour moi et si Gérard Althabe insiste sur le fait que je dois à présent « produire de la connaissance », je comprends également que l’autodidacte ne peut pas toujours cheminer seul.

2Devenu élève de l’École sous sa direction, me voici à présent pleinement impliqué dans la production d’un travail de recherche. Le plus difficile pour moi ne consiste pas à rédiger la nuit ou pen­dant mes congés (je suis salarié à temps plein dans une grande entreprise publique) mais à positionner mes repos et mes vacances de façon à pouvoir suivre le séminaire avec le maximum de régula­rité afin de ne pas « décrocher ». À mon grand étonnement, Gérard Althabe ne m’a jamais rien imposé. Tout en m’aiguillant judicieu­sement, il a toujours su respecter une sorte d’intimité intellectuelle que je n’ai pas souvent rencontrée par la suite avec d’autres cher­cheurs. Dans sa préface à l’ouvrage de C. Verrier sur les autodi­dactes, René Barbier a bien cerné ce contexte : « Il y a ceux qui tout en s’inspirant des réflexions scientifiques et philosophiques de leur directeur de recherche font leur chemin personnel dans une relative solitude. Il faut les laisser aller vers leur voie singulière, seulement les accompagner » (Verrier, 1999) et c’est ainsi que je garde l’image des relations avec Gérard Althabe.

  • 1 Dans son ouvrage Un ethnologue dans le métro, Marc Augé relate des souvenirs se référant à cette li (...)

3Mais cela ne s’est pas terminé avec l’obtention du diplôme en juin 1997. Il m’avait incité à suivre d’autres séminaires, « pour voir d’autres choses » m’avait‑il dit et c’est donc ce que je me suis efforcé de faire jusqu’à aujourd’hui. Enfin, nos chemins se sont croisés une dernière fois sur la ligne 10 (si chère à Marc Augé)1, l’an passé à la station Maubert‑Mutualité où je travaillais, juste le temps de lui apprendre que j’avais obtenu un DEA en 2001.

4Bien que n’ayant fréquenté son séminaire et son équipe que de 1995 à 1998, Gérard Althabe est de ceux qui m’ont insufflé le désir de persévérer et de ne jamais abandonner. Immanquablement, la trajectoire individuelle des autodidactes converge toujours un temps avec des personnes qu’ils imaginaient trop lointaines pour pouvoir les côtoyer un jour. Il s’agit de ces rencontres inattendues qui influent durablement sur le for intérieur. Pour toutes ces raisons, je ne l’oublierai pas.

Haut de page

Bibliographie

AUGÉ M., 1986. Un ethnologue dans le métro. Paris, Hachette.

VERRIER C., 1999. Autodidaxie et autodidactes. L’infini des possibles. Paris, Anthropos.

Haut de page

Notes

1 Dans son ouvrage Un ethnologue dans le métro, Marc Augé relate des souvenirs se référant à cette ligne de métro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Maillard, « Quelques mots à propos de Gérard Althabe… », Journal des anthropologues, 102-103 | 2005, 77-79.

Référence électronique

Laurent Maillard, « Quelques mots à propos de Gérard Althabe… », Journal des anthropologues [En ligne], 102-103 | 2005, mis en ligne le 17 novembre 2010, consulté le 27 avril 2017. URL : http://jda.revues.org/1395

Haut de page

Droits d’auteur

Journal des anthropologues

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org