Navigation – Plan du site
Rencontre et parcours

Un projet

Marc Augé
p. 37-40

Texte intégral

1Quand Gérard est mort, nous avions depuis un petit moment un projet commun. Projet, c’est peut‑être un peu trop dire. Une intention, à tout le moins, mais nous y tenions et nous avions commencé à travailler. L’intention première, ç’avait été de faire un livre sur Paris. Nous l’aurions appelé « Paris », tout simplement − ce qui ne manquait pas d’audace. Gérard ne cessait pas d’explorer la ville, nez au vent, de s’intéresser aux effets de façade, tels qu’on peut les observer, par exemple, place de Catalogne, où le style néo‑antique dissimule des HLM très classiques, aux magasins de luxe de la place Vendôme et des alentours, où les vitrines sont la version huppée de la conjonction entre échange commercial et décor urbain qui est une des caractéristiques de la ville actuelle, ou aux plus belles églises de la capitale, qui organisent leur espace intérieur en fonction des parcours touristiques. Ensemble, nous avons commencé à faire en voiture, au ralenti (c’est une performance), le tour de Paris, en suivant le périphérique, d’abord, puis les Maréchaux.

2Nous observions la percée des architectures de banlieue qui pénètrent le Paris intra muros en longeant les voies de chemin de fer, en se glissant le long de la Seine ou en sautant carrément par‑dessus le périphérique dans un assaut de type commando dont le succès souligne assez le caractère poreux de cette nouvelle ligne Maginot, à supposer qu’elle ait jamais eu pour but de contenir une telle offensive, car, si l’on y réfléchit, elle en était plutôt le signe avant‑coureur, le signe avant-coureur de cette priorité à la circulation automobile qui, même déniée, révisée et repensée dans les années soixante‑dix, allait contribuer à l’atomisation du tissu urbain.

3L’architecte Bernard Huet a plusieurs fois exprimé des critiques à l’architecture actuelle dans la ville. Il rappelle que l’architecte devrait se soumettre aux contraintes de l’urbanisme au lieu de créer à sa fantaisie. Le problème de l’architecture de banlieue, note‑t‑il, c’est qu’elle est livrée aux initiatives originales de créateurs individuels ; le résultat le plus clair de cet état de choses, c’est que ce qu’on appelle la banlieue se présente comme un chaos d’initiatives singulières. Ce chaos, aujourd’hui, menace une partie de la ville stricto sensu, de la ville intra muros, alors même que la mise en scène et en spectacle des centres urbains en fait de plus en plus des espaces réservés au tourisme et à la consommation. Huet parle en architecte, mais ses propos rejoignent par leur cheminement propre certaines des analyses de Gérard.

4Nous en étions là. Gérard avait depuis longtemps réfléchi à ce qu’était la « ville rompue ». Il en avait analysé les caractères dans l’ouvrage publié en 1994 avec Jean‑Louis Comolli, Regards sur la ville, aux éditions du Centre Pompidou. Mais sa pensée ou plutôt sa méthode, me semble‑t‑il, était en train d’évoluer. Déjà, sa contribution à Regards sur la ville montrait un changement de point de vue. Gérard ne s’interrogeait plus sur les « événements » ou les « espaces » de communication, sur l’individu en situation de communication. Il n’était plus en situation d’enquête, il décryptait des images. Mais ces images étaient des images de film, des images d’auteur, des interprétations dont il appréciait le bien‑fondé tout en les interprétant lui‑même, en sorte qu’il leur appliquait un double traitement, y voyant à la fois l’effet d’un regard acéré proposant des images de la ville, dans des optiques différentes, et l’enregistrement des témoignages et des propos recueillis à cette occasion : la parole des acteurs de la politique y joue souvent un rôle important (à Marseille, à Bagnolet…) par ce qu’elle révèle des relations effectives, des pratiques de légitimation en démocratie, etc. Autrement dit, une hésitation subsistait : la ville est-elle un lieu où l’on recueille des propos ou un objet d’observation en soi ?

5On comprend très bien qu’elle puisse être les deux à la fois et même qu’elle soit nécessairement l’un et l’autre à la fois. Mais ne pourrait-on essayer d’aller encore un peu plus loin, d’épurer l’objet en ne s’intéressant qu’à sa forme ? Ne pourrait‑on tenter de faire une anthropologie de la ville et non plus dans la ville, c’est‑à‑dire, malgré le paradoxe de l’expression, une anthropologie sans autre témoignage humain que celui, indirect, de la forme de la ville ?

6Nous avons déambulé dans la ville. Dans le XVe arrondisse­ment, nous avons parcouru la zone longeant à l’ouest les voies ferrées aboutissant à la gare Montparnasse. On y construisait des logements d’habitation qui sont aujourd’hui à peu près achevés. Le mérite essentiel de ces résidences avec balconnets et jardinets était d’offrir parfois des vues inédites sur la tour Montparnasse. Vue dans ce sens, par derrière en quelque sorte, elle apparaissait comme la véritable entrée de la ville, l’entrée de la vraie ville, un peu comme si celle‑ci s’était repliée sur des positions préparées à l’avance.

7Une sémiologie de la ville, était‑ce ce que nous voulions entreprendre ? Peut‑être, mais alors une sémiologie des corps et des mouvements, et non pas seulement des formes, car la matière ur­baine est humaine, mobile et volatile, comme sa forme d’ailleurs. Nous nous interrogions, nous, sur ce que pourrait être la forme d’un livre dont nous n’avions encore arrêté ni le plan, ni, tout à fait, le sujet, mais dont nous sentions le besoin, voire l’urgence. Son point fort, c’était la cartographie des « pénétrantes » qui transperçaient les défenses imaginaires du Paris historique, les « pénétrantes » du « générique », disions‑nous parfois en empruntant ce terme à Koolhas ; c’était aussi – plus aisée à inventorier, malgré l’abondance du matériel – la mise en scène, en textes ou en images de l’histoire, car on ne cesse de faire bavarder les murs de Paris. La difficulté, c’était de relier ces différentes vues de Paris en les lais­sant parler d’elles-mêmes, d’éviter d’en faire la simple illustration d’une interprétation déjà élaborée. De laisser chacun entrevoir la cohérence de ces incohérences.

8C’est alors que Jean‑Paul Colleyn nous proposa de faire un film. Changement de point de vue, changement d’écriture : nous fûmes séduits et même enthousiastes. Gérard, je crois, a pensé qu’en changeant de point de vue, en créant l’image de la ville au lieu de l’interpréter, il irait plus loin dans sa prospection, dans sa réflexion, et qu’il se rapprocherait plus aisément de l’idéal qui ne cessait de nous défier : celui d’une description objective qui serait à elle‑même son propre commentaire.

9Nous étions bien décidés à réaliser ce projet et nous l’aurions réalisé : il nous rendait heureux et son inachèvement même, qui nous réservait sans doute des surprises, était la promesse d’une vraie recherche. Notre livre est mort‑né et le film n’aura jamais vu le jour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Augé, « Un projet », Journal des anthropologues, 102-103 | 2005, 37-40.

Référence électronique

Marc Augé, « Un projet », Journal des anthropologues [En ligne], 102-103 | 2005, mis en ligne le 17 novembre 2010, consulté le 18 août 2017. URL : http://jda.revues.org/1387

Haut de page

Auteur

Marc Augé

EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Journal des anthropologues

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org