Navigation – Plan du site
Activités de l'AFA

Séminaire « Actualités de l’anthropologie » : Transformations des institutions de recherche et d’enseignement, production des connaissances, idéologies

Programme 2006-20071
p. 417-421
  • 1   Dates, lieu, programme détaillé et noms des organisateurs en fin de texte.

Inauguré en janvier 2002, le séminaire « Actualités de l’anthropologie » de l’AFA a mené, durant les précédentes années, une réflexion théorique et épistémologique sur la globalisation, les transformations sociales qu’elle engendre, ses effets sur la pratique de terrain de l’ethnologue et sur sa position ; l’année 2005‑2006 a été spécifiquement consacrée aux banlieues françaises. Cette année ce séminaire sera organisé en commun avec l’APRAS (Association pour la recherche en anthropologie sociale). Il aura pour objectif la préparation des « Assises de l’ethnologie et de l’anthropologie en France » qui auront lieu en décembre 2007 à l’initiative conjointe des deux associations (voir http://assisesethno.org). Nous porterons l’attention sur l’impact des transformations institutionnelles sur la pratique de l’ethnologie et les conditions de production de connaissances anthropologiques.

Les institutions d’enseignement supérieur et de recherche (universités, établissements publics) ont connu ces dernières années une accélération des « réformes » qui impliquent une sérieuse transformation des conditions d’exercice des métiers d’enseignant‑chercheur et de chercheur. Elles se répercutent sur la formation des étudiants, le recrutement et les conditions d’emploi. Le travail préparatoire de ces Assises est l’occasion d’y réfléchir pour tenter d’en prendre toute la mesure en ce qui concerne l’ethnologie et l’anthropologie. On se penchera en particulier sur :

Les effets du passage aux masters et les nouvelles conditions d’existence des écoles doctorales. Quelle est la place de l’anthropologie dans les dispositifs actuels, en particulier en relation avec les autres disciplines des sciences sociales ? Comment assurer une bonne formation dans cette filière ? Et comment favoriser les échanges au sein des universités européennes ?

Les modalités de recrutement des (jeunes) chercheurs et des enseignants‑chercheurs. Si les situations diffèrent dans les universités et dans les EPST, on observe la diminution du nombre de postes pérennes au profit de postes contractuels (post‑doc, liés à des appels d’offre tels ceux de l’ANR, etc.) ou de situations précaires. À quelles conditions la recherche et l’enseignement de l’anthropologie sont-ils compatibles avec la temporalité des projets contractuels ?

Le financement de la recherche. De nouvelles conditions sont liées, entre autres, à la diminution des budgets publics et à l’importance croissante des appels d’offre, avec la création de structures nouvelles et particulières telles que l’ANR. On s’interrogera sur l’impact de ces nouvelles modalités sur la cons­truction et le déroulement des programmes de recherche, sur les pratiques de terrain et sur la circulation des savoirs. Comment mieux organiser le travail entre enseignants/chercheurs et adminis­trateurs de projets ?

L’évaluation de la recherche. La mise en concurrence des dispositifs universitaires et de recherche, au niveau mondial, opère au moyen d’une standardisation des critères d’évaluation (classement des revues, bibliométrie, comptage des citations, etc.) et d’un classement des pôles universitaires et de recherche. On s’interrogera sur les effets de cette culture de l’évaluation sur les manières d’être et de faire l’anthropologie ainsi que sur l’innovation scientifique et la prise de risque. Comment intégrer la prise de risque inhérente aux avancées scientifiques dans les processus standardisés d’évaluation ?

La mise en place d’une politique européenne de la recherche. La construction d’un espace européen de la recherche s’appuie sur des dispositifs complexes d’appels d’offre et de pilo­tage de la recherche. Le partage des coûts entre l’Union européenne et les États, la standardisation des procédures, la constitution des comités d’experts, l’architecture des appels à proposition et la taille des projets retenus, ont des conséquences sur la place réservée à l’anthropologie dans les projets européens. La codification de la profession de chercheur et d’enseignant, aux fins de « simplifier » leur circulation dans l’espace européen, de même que la rédaction de codes de déontologie pour réglementer les rapports avec la so­ciété induisent à terme une série de changements dont il faudrait prendre la mesure. De quelle manière la construction des projets européens et l’obligation de se « ranger dans les cadres » modi­fie‑t‑elle le parcours de recherche des anthropologues ? Comment améliorer les programmes internationaux qui permettent de réaliser des recherches de plus grande ampleur ?

Le pilotage institutionnel des recherches. La profession peut‑elle considérer certains domaines de recherche comme prioritaires ? Quels seraient les critères pour l’anthropologie ? Comment conduire des recherches pionnières qui, par définition, ne peuvent entrer dans les appels à propositions qui sont conçus à partir des savoirs constitués et des cercles d’experts associés à la décision ministérielle ?

Recherche publique, recherche privée. Les réformes actuelles modifient l’ensemble de l’architecture de la discipline. La faible visibilité de l’anthropologie dans le monde de l’entreprise et la non valorisation des recherches sur contrat privé sont‑elles une spécificité française ou bien le fruit d’une réflexion aboutie sur la liberté du chercheur ? Comment penser les conditions d’une collaboration équitable entre chercheurs et commanditaires de recherche des secteurs publics et privés ?

Avec la réforme des institutions d’enseignement supérieur et de recherche, la montée en puissance du mouvement social et des ONG dans la dynamique du développement conduisent l’ethnologue à s’impliquer dans les processus politiques et sociaux. Cette trans­formation touche‑t‑elle tous les acteurs : ethnologues statutaires ou non, engagés dans des parcours professionnels intermédiaires entre recherche, enseignement, médiation et action ?

Dans cette conjoncture de « réformes » il est légitime et nécessaire d’analyser l’idéologie et les normes morales qui prési­dent aux transformations des conditions d’exercice de l’anthropologie ; elle donne aux dispositifs institutionnels à la fois de la force de contrainte et une certaine volatilité voire une dimen­sion de fiction dans la mesure où elle peut susciter un usage intensif de la « langue de bois » et des montages institutionnels vides. La praxis anthropologique s’en trouve bouleversée selon des modalités qui sont à analyser, évaluer, discuter.

Dans la perspective de préparation des « Assises de l’ethnologie et de l’anthropologie en France », nous souhaitons appréhender les diverses manières dont ces « réformes » sont incorporées, mises en œuvre, et par lesquelles elles impliquent les anthropologues sans parfois qu’ils en prennent conscience. Une optique comparative sur des institutions de recherche et d’enseignement « autres » situées en Europe, en Afrique, en Asie, en Amérique latine, dans le monde postcommuniste, permettra d’introduire un regard anthropologique décalé sur la situation française présente.

Dans cet objectif, les séances seront engagées par de brefs exposés d’une quinzaine de minutes de plusieurs intervenants, de manière à multiplier les angles d’attaque tout en laissant la place la plus large possible aux échanges et aux discussions. La parole est offerte à tous ceux qui le souhaitent pour compléter ces exposés et/ou les discuter.

Les organisateurs souhaitent privilégier, à l’occasion de chaque séance, un travail d’élaboration collective de la réflexion sur les rapports entre les réalités sociales, la production de normes et la construction des connaissances scientifiques. Chaque séance constituera un atelier dont la participation est ouverte à tous.

Lieu, dates, programme provisoire

Le séminaire aura lieu à la Maison des sciences de l’Homme, 54 bd Raspail, 75006 Paris, de 17h00 à 20h00 en salle 015 aux dates suivantes :

16 janvier 2007 : Introduction de la réflexion, discussion collective des thématiques et des interventions à programmer.

13 février 2007 : L’enseignement de l’anthropologie au­jourd’hui : état des lieux.

13 mars 2007 : Un marché de la science ? Pilotage institu­tionnel de la recherche, conditions de financement et contractualisation.

3 avril 2007 : Recrutements, évaluations, contractualisation : carrières de chercheurs et d’enseignants, destins des doctorants, diplômés et « hors‑statuts ».

15 mai 2007 : Usages de l’anthropologie, engagements de l’anthropologue.

12 juin 2007 : L’anthropologie dans la politique européenne de la recherche.

Organisateurs, contacts

– Laurent Bazin, chargé de recherche au CNRS, CLERSÉ.

– Irène Bellier, directrice de recherche au CNRS, LAIOS.

– Sophie Chevalier, maîtresse de conférence à l’université de Franche‑Comté/Besançon.

– Ghislaine Gallenga, maîtresse de conférence à l’Université de Provence/IDEM.

– Gilles Raveneau, maître de conférences à l’Université Paris-10 Nanterre/LESC.

– Monique Selim, directrice de recherche à l’IRD, UR « Travail et mondialisation ».

Notes

1   Dates, lieu, programme détaillé et noms des organisateurs en fin de texte.

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association française des anthropologues
  • Revues.org